COMMUNAUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la communauté rurale telle qu'elle exista en Occident du ixe au xviiie siècle au moins, les communaux représentaient cette partie du territoire d'un village qui, n'étant pas l'objet d'actes (formels ou non) de propriété privée (même limitée), était de ce fait réputée commune à tous les habitants. Il s'agissait en général de chemins, des fossés et des haies qui les bordent, de bois et de landes plus ou moins étendus, parfois de la rivière, voire, très rarement, d'un étang. Ordinairement, des communaux servaient à l'entretien des bestiaux des villageois, à la fourniture de petit bois de chauffage, etc. Les revenus assurés par les terres boisées étaient pour une communauté un bel avantage : ils permettaient par exemple aux habitants de faire entièrement restaurer l'église paroissiale sans bourse délier. Au demeurant, dans l'équilibre toujours précaire qui existait entre cheptel et céréales, les communaux, joints aux usages communautaires (droit de vaine pâture par exemple), jouaient un rôle non négligeable. Ils permettaient de plus aux paysans les plus démunis de posséder au moins une vache ou une brebis, c'est-à-dire de quoi ajouter quelques laitages à une nourriture fondée sur la prédominance des préparations céréalières.

Cependant, le seigneur, « premier habitant » de la communauté, possédait juridiquement un droit éminent sur la totalité de son territoire, surtout dans les régions où seigneurie et communauté villageoise tendaient à correspondre territorialement. Quand, au cours des xviie et xviiie siècles, avec l'essor des manufactures lainières et, plus généralement, après 1750, avec la diffusion des théories physiocratiques, il devint évident que l'investissement dans l'agriculture (dans les ovins, notamment) était de bon rapport, les seigneurs les plus avisés s'ingénièrent à faire établir par les cours souveraines que les communaux étaient composés de deux sortes de fonds : une part présumée seigneuriale, équivalant au tiers, et le reste, réputé communal. Comme la confusion des deux parts était réputée due à la seule et précaire générosité seigneuriale, le [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  COMMUNAUX  » est également traité dans :

AGRICOLE RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Abel POITRINEAU, 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 10 248 mots

Dans le chapitre « Lutte contre les contraintes traditionnelles »  : […] Pour éliminer les pratiques communautaires difficilement compatibles avec la culture des prairies artificielles et des plantes fourragères, les novateurs demandent la suppression des institutions coercitives correspondantes, et notamment des droits de glanage, de chaumage, de vaine pâture, et de l'assolement forcé. De nombreux auteurs dénient toute valeur économique et sociale aux communaux, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-agricole/#i_42584

RÉACTION ARISTOCRATIQUE

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 856 mots

Nom qui désigne la réaction des privilégiés au cours du xviii e siècle contre l'ordre politique et social établi par Louis XIV. La réaction aristocratique comprend une réaction proprement nobiliaire, venue de ceux qu'on appelle des gentilshommes, une autre du clergé et, enfin, celle des parlementaires et de la noblesse de robe en général. Chacun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reaction-aristocratique/#i_42584

RURALES COMMUNAUTÉS, histoire

  • Écrit par 
  • Françoise MOYEN
  •  • 634 mots

La communauté villageoise a dû prendre naissance aux premiers temps du Moyen Âge comme communauté d'exploitants : elle est d'abord liée à un certain finage, avec ses obligations et ses contraintes agricoles communes (assolement, clôtures), mais surtout avec son exploitation rigoureusement collective des communaux et avec de nombreux droits d'usage (vaine pâture, glandée, gruerie, etc.). Mais, comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communautes-rurales-histoire/#i_42584

Pour citer l’article

Françoise MOYEN, « COMMUNAUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/communaux/