ASSOLEMENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce mot, pris aujourd'hui par les spécialistes des techniques agricoles comme synonyme de « rotation des cultures », a connu, du Moyen Âge au xviiie siècle, un sens beaucoup plus restreint et précis : c'était l'organisation et l'obligation de cette rotation sur tout un terroir. Dans le modèle classique, l'ensemble des terres était partagé en trois grands blocs appelés « soles » dans le Bassin parisien, « roies », « champs » ou « saisons » ailleurs ; chacune de ces soles portait alternativement l'un des trois types de culture de la rotation triennale, et chaque paysan, dont les parcelles étaient également réparties entre les trois soles, était tenu de se conformer à la rotation collective. Bien sûr, si la pratique locale était la rotation biennale, le terroir n'était divisé qu'en deux soles. Ce système présentait l'avantage de faciliter la dépaissance collective des troupeaux sur les terres en jachère, puisqu'elles étaient toutes regroupées en une même sole, aisément isolées des cultures par une clôture temporaire ; c'est pourquoi l'assolement obligatoire, qui n'est pas attesté avec certitude avant le xive siècle, se répandit après l'arrêt des défrichements, lorsqu'on voulut, en développant l'élevage, tirer encore davantage d'un terroir déjà saturé.

La création de ces soles obligatoires suppose à l'origine une contrainte qui ne peut être que seigneuriale, mais ce furent les communautés villageoises qui en devinrent ensuite les farouches gardiennes jusqu'au xviiie siècle ; à ce moment, les plus gros exploitants souffrirent de devoir toujours pratiquer la jachère alors que les innovations de la « première révolution agricole » leur permettaient d'économiser cette année perdue. Mais, jusque-là, les villageois avaient beaucoup tenu à l'assolement, surtout les plus pauvres pour qui la possession de quelques bêtes dans le troupeau commun était la seule richesse.

Cependant, il ne faut pas tenir pour générale la pratique de l'assolement, qui resta toujours limitée aux pays d'openfield : non seulement les pâturages naturels y sont plus rares, mais encore ce sont les seules régions où, les parcelles n'étant pas encloses en permanence, on n'aurait pu mener paître les troupeaux sur des jachères dispersées dans le terroir sans risquer d'endommager les cultures voisines.

—  Françoise MOYEN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ASSOLEMENT  » est également traité dans :

AGRICOLE RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Abel POITRINEAU, 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 10 248 mots

Dans le chapitre « Cultures révolutionnaires »  : […] La « trouée » va être faite par quelques plantes « révolutionnaires », au premier rang desquelles il faut placer la pomme de terre. Originaire du Nouveau Monde, elle passe en Italie et en Espagne à la fin du xvi e  siècle, s'introduit en Angleterre, puis gagne l'Irlande. Dès le milieu du xvii e   […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-agricole/#i_1283

AGRICULTURE DURABLE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 5 423 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L’agriculture raisonnée »  : […] Dans le cas de l’agriculture raisonnée, l’accent est mis sur la réduction de l’emploi des intrants d’origine industrielle et sur leur stricte adaptation aux besoins constatés des cultures, mais sans qu’une interdiction quasi totale soit requise comme dans le cas de l’agriculture biologique. Une expression équivalente – tirée de l’anglais integrated […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agriculture-durable/#i_1283

AGRONOMIE

  • Écrit par 
  • Stéphane HÉNIN, 
  • Michel SEBILLOTTE
  •  • 9 159 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les premières étapes, de l'Antiquité au XVIIIe siècle »  : […] L'importance de l'agriculture dans la vie humaine, et en particulier dans les premières civilisations, a fait que très tôt des écrivains, souvent poètes, ont cru utile soit d'en célébrer les mérites, soit d'en préciser les recettes. Ces auteurs sont souvent qualifiés d'agronomes, encore que leurs explications soient rarement scientifiques. On trouve dans Virgile, par exemple, une description de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agronomie/#i_1283

ROTATION, agriculture

  • Écrit par 
  • Pierre MOYEN
  •  • 344 mots
  •  • 1 média

Née de la nécessité de régénérer la terre après chaque récolte, la rotation, ou alternance de différentes végétations d'une année à l'autre, a permis de compenser en partie l'insuffisance des techniques agricoles et notamment de la fumure. La rotation biennale, la plus simple, faisait alterner culture et jachère un an sur deux ; ce fut sans doute la règle dans les campagnes carolingiennes, malgré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rotation-agriculture/#i_1283

UNION EUROPÉENNE - Politique agricole commune

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 7 259 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les principales mesures »  : […] Cette réforme dite « de 2013 » n’a été définitivement mise au point qu’en 2014 et mise en application par les agriculteurs qu’en 2015. Elle va vers plus d’équité et davantage d’écologie. Les DPU (droits à paiement unique) sont remplacés par un dispositif de paiements directs additionnant trois types de paiements : – des DPB (droits à paiement de base) qui doivent évoluer vers davantage de converge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/union-europeenne-politique-agricole-commune/#i_1283

Pour citer l’article

Françoise MOYEN, « ASSOLEMENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/assolement/