CITIZEN KANE, film de Orson Welles

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un film-enquête

Citizen Kane est un film anthologique à plusieurs niveaux tant thématiques que formels.

À travers la biographie de son personnage principal, le film offre une description critique remarquable de l'histoire de la presse américaine, de son développement et de sa concentration, de ses liens avec la vie politique intérieure et internationale (la guerre d'Espagne, l'attitude à l'égard du nazisme, le syndicalisme). C'est une analyse interne particulièrement fouillée du capitalisme américain à partir de la vie de l'un de ses représentants les plus emblématiques.

Le récit en flash-blacks permet de cerner par touches successives la personnalité complexe d'un homme de pouvoir, à travers son enfance, la relation avec sa mère, son tuteur, ses amis, ses deux épouses, sa profession, son goût pour la politique et son délire de possession. Charles F. Kane est un capitaliste qui accumule les succès, les journaux, les objets, les femmes, mais dont le désir demeure éternellement inassouvi. C'est donc un personnage de film dense et contradictoire, assez unique dans le cinéma américain des studios. En ce sens, l'énigme initiale posée par le célèbre « Rosebud » est devenu l'emblème même de ce type de récit à éclairages multiples et contradictoires .

Cette virtuosité narrative va de pair avec une virtuosité technique et stylistique encore aujourd'hui fascinante. Welles mobilise à la fois, comme l'avait bien vu André Bazin, le découpage en plans séquences et en profondeur de champ (lors des entretiens entre Thompson et les témoins), les fondus enchaînés et le montage court.

Citizen Kane reste donc un chef-d'œuvre inégalé du montage cinématographique, grâce à sa construction en retour en arrière et à tous les types formels d'organisation séquentielle mobilisés : lors des actualités, de la description des rapports conjugaux de Kane avec Emily, du récit de la carrière de cantatrice de Susan, de l'épilogue final, de la destruction des objets accumulés, de la fumée noire qui s'échappe et de la grille finale où l'on peut lire « No trespassing ». Le mystère de Rosebud reste donc en p [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Citizen Kane, d'Orson Welles

Citizen Kane, d'Orson Welles
Crédits : RKO Radio Pictures Inc./ Collection privée

photographie

Citizen Kane, O. Welles

Citizen Kane, O. Welles
Crédits : Keystone/ Hulton Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  CITIZEN KANE, Orson Welles  » est également traité dans :

CITIZEN KANE (O. Welles), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 212 mots
  •  • 1 média

Connu pour ses mises en scène peu conformistes de Shakespeare et pour l'immense panique provoquée par son adaptation radiophonique de La Guerre des mondes, de H. G. Wells, un jeune homme de vingt-cinq ans, Orson Welles (1915-1985), obtient de la R.K.O. un contrat exceptionnel, qui lui laisse toute liberté – chose rarissime dans la pr […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Welles et Bogart »  : […] Le coup de force de Citizen Kane (1941) sera aussi déterminant pour les vingt années à venir que celui, en son temps, de Naissance d'une nation . En 1915 s'affirmait l'unité américaine ; en 1941, cette unité se brise en la personne d'un Américain exemplaire. Le journaliste qui enquête sur la personnalité fabuleuse du citoyen Kane ne réunit que des bribes, des cendres, le bric-à-brac hétéroclite d […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 765 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Retrouver la puissance de suggestion de la lumière naturelle »  : […] C'est avec Orson Welles et Citizen Kane que l'on situe généralement l'accession de la mise en scène à la modernité . L'utilisation systématique du plan-séquence et de la profondeur de champ transforme largement les données du cinéma hollywoodien : le montage perd son invisibilité et le spectateur retrouve une liberté perdue, ayant à choisir – ou l'illusion de choisir –, parmi les différentes act […] Lire la suite

HERRMANN BERNARD (1911-1975)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 3 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une formation classique »  : […] Né le 29 juin 1911 à New York dans une famille juive d'origine russe, Bernard Herrmann reçoit une formation musicale classique en matière de composition et de direction à l'université de New York, où il est l'élève de Philip James et de Percy Grainger, puis à la Juilliard School of Music de New York, où il travaille la composition avec Bernard Wagenaar et la direction d'orchestre avec Albert Stoes […] Lire la suite

WELLES ORSON

  • Écrit par 
  • Jean COLLET
  •  • 2 370 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Comédie et vérité »  : […] La première parole proférée dans Citizen Kane est aussi le dernier mot d'un personnage, son dernier soupir. Comment oublier le très gros plan de la bouche de Kane-Orson Welles qui murmure le fameux « Rosebud » avant de se fermer pour toujours ? Un jeune homme de vingt-cinq ans (Welles est né en 1915) se projette au terme d'une vie, se déguise en vieillard, joue ses derniers instants. Truffaut no […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel MARIE, « CITIZEN KANE, film de Orson Welles », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/citizen-kane/