RENZ ERNST (1815-1892)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dès qu'il put se tenir sur les jambes, Ernst Renz apprit le métier de son père, Cornelius Renz, danseur de corde dans la compagnie Maxwell. Il suit son père au cirque Brilloff où il apprend l'équitation. À vingt et un ans, l'élève, particulièrement doué, devient le bras droit de son directeur. Il apparaît trois fois dans le programme. D'abord comme funambule, où il saute des cerceaux. Comme écuyer ensuite. Son répertoire est varié : poses académiques, jeu des mouchoirs ramassés au galop, voltige sur deux chevaux nus, sauts périlleux en avant et en arrière. Enfin, comme homme fort : portant six personnes sur ses épaules ; ou exécutant une « souplesse » en arrière avec cent quarante livres dans les mains. Six ans après, il est à la tête du cirque équestre, Brilloff ayant été tué par un coup de pied de cheval. Il commence ses tournées à travers l'Allemagne. Les débuts sont difficiles. Pour payer ses artistes, il lui faut même, un jour, vendre sa montre. Mais le succès récompense bientôt ses efforts : en 1848, ses écuries contiennent quarante chevaux. Il subit, tour à tour, l'attaque des établissements concurrents, ce qu'on nomme la « contrecarre ». Même Dejean vient le défier à Berlin. À partir de 1852, il triomphe au cirque de la Friedrichstrasse. En 1876, sa salle étant expropriée, il édifie son grand cirque de la Karlstrasse, dont, plus tard, Max Reinhardt fera son théâtre favori. Le cirque Renz dépasse en luxe tous ceux que l'on vit jamais : par exemple, quand le public est admis à visiter les écuries où figurent deux cent cinquante chevaux magnifiquement harnachés, il est surpris de voir, tous les dix mètres, devant la litière alignée au cordeau, des laquais habillés à la française. Ernst Renz meurt à Berlin, laissant une fortune considérable et le souvenir du plus grand directeur de cirque allemand. Cet homme qui ne savait ni lire ni écrire ne voulait pas avouer son ignorance : quand on lui apportait une lettre, il faisait semblant de la lire attentivement, puis il la passait à so [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  RENZ ERNST (1815-1892)  » est également traité dans :

CIRQUE

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE, 
  • Tristan RÉMY
  •  • 7 234 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Le cirque dans le monde »  : […] L'évolution du cirque s'est poursuivie dans les mêmes conditions en Europe et sur le Nouveau Continent. Les artistes, voyageurs par destination, anciens ou nouveaux venus, apportent avec leurs techniques des habitudes que les entrepreneurs de spectacle mettent immédiatement à l'épreuve. Après Philip Astley, le créateur du cirque moderne en Angleterre, son fils John lui succédant monte le Pavillon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cirque/#i_8692

Pour citer l’article

Jean BAUDEZ, « RENZ ERNST - (1815-1892) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-renz/