CINÉMA-VÉRITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fortune de l'expression « cinéma-vérité » trouve son origine en 1960, dans une chronique d'Edgar Morin qui rendait compte d'un festival de films ethnographiques à Florence. En réalité, Morin avait intitulé son article « Pour un nouveau cinéma-vérité », hommage implicite aux travaux du cinéaste soviétique Dziga Vertov (1895-1954). Théoricien du mouvement Kino-Glaz (« ciné-œil »), celui-ci prônait une exploration du monde visible fondée sur le montage de plans volés à la réalité brute. Entre 1923 et 1925, Vertov avait publié un magazine filmé qu'il avait appelé Kino-Pravda : ce qui signifiait littéralement « ciné-vérité » certes, mais en référence au quotidien du Parti communiste. L'influence de Vertov sur le documentaire muet, de Walter Ruttmann à Jean Vigo, a été considérable.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire, historien de cinéma, président de l'Association française de recherche sur l'histoire du cinéma

Classification


Autres références

«  CINÉMA-VÉRITÉ  » est également traité dans :

BRAULT MICHEL (1928-2013)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 697 mots

Opérateur et réalisateur, Michel Brault joua au cours des décennies 1960-1970 un rôle de premier plan dans l’émergence du « cinéma direct » puis du jeune cinéma dit « du Québec libre ». Son art de la marche, caméra au très grand angulaire à l’épaule et son synchrone, révolutionna, du documentaire à la fiction, la technique et l’esthétique de la prise de vues. Cette pratique s’est imposée par la s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-brault/#i_42856

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « La vague soviétique »  : […] Le cinéma avait été en Russie, avant la révolution de 1917, ce qu'il était partout : un divertissement. Lui aussi avait eu ses vedettes, ses stars, mais non ses créateurs. Il demeurait sagement à la remorque des cinémas américain et scandinave. Particulièrement théâtral, il n'avait pas toujours la chance d'être entre les mains d'un Stanislavsky. Florissant pendant la guerre de 1914-1918, parce que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_42856

CINÉMA (Aspects généraux) - Les théories du cinéma

  • Écrit par 
  • Youssef ISHAGHPOUR
  •  • 5 373 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Puissances du montage (l'école soviétique) »  : […] « Béla oublie les ciseaux », reproche Eisenstein à Balázs. Cette phrase définit assez l'orientation des théoriciens-cinéastes soviétiques, qui tiennent le montage pour l'essence du cinéma et lui donnent chacun un sens selon leur pratique, liée à la recherche et à l'enseignement. Lev Koulechev (1899-1970) va démontrer, expérimentalement, la puissance du montage en collant le même gros plan d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-les-theories-du-cinema/#i_42856

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma documentaire

  • Écrit par 
  • Guy GAUTHIER, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 5 452 mots
  •  • 2 médias

L'origine du mot « documentaire » est incertaine. On peut noter son emploi dans des articles restés célèbres, mais sa première apparition en tant que substantif pour désigner une catégorie de films n'a pas été localisée avec précision. Ce n'est qu'avec l'apparition de Nanouk l'Esquimau (Robert Flaherty, 1922) qu'un nouveau mot se devait d'être employé. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-cinemas-paralleles-le-cinema-documentaire/#i_42856

EUSTACHE JEAN (1938-1981)

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 2 027 mots

Dans le chapitre « Un cinéma-vérité très autobiographique »  : […] Au cours de l'hiver de 1963, Eustache réalise Du côté de Robinson avec un budget très modeste. Il s'agit d'un moyen-métrage en 16 mm, sans son synchrone, tourné en noir et blanc dans les environs de Pigalle. Deux ans plus tard, également en plein hiver, il réalise à Narbonne Le Père Noël a les yeux bleus , dont il confie le rôle principal à Jean-Pierre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-eustache/#i_42856

LA LOI DU MARCHÉ (S. Brizé)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 975 mots

Dans le chapitre « Le paradoxe du comédien  »  : […] La séquence où Thierry demande un prêt à sa banque, qui le lui refuse, témoigne de la riche complexité de sens que suscite ce dispositif. Dans son propre rôle, la jeune conseillère énumère d’abord maladroitement ses mauvaises raisons, avant de trouver le réflexe professionnel et les arguments qui l’amèneront à lui proposer de souscrire une assurance vie. Ce qu’un scénariste aurait difficilement im […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-loi-du-marche/#i_42856

LEACOCK RICHARD (1921-2011)

  • Écrit par 
  • Guy GAUTHIER
  •  • 728 mots

Né à Londres en 1921, établi aux États-Unis à partir de 1938, Richard Leacock entreprend des études de physique, puis devient pendant la Seconde Guerre mondiale opérateur du documentariste Willard Van Dyke sur To Hear Your Banjo Play (1941). Il continua de travailler avec Van Dyke après avoir été l'opérateur de Robert Flaherty pour Louisiana Story (1948 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-leacock/#i_42856

ROUCH JEAN (1917-2004)

  • Écrit par 
  • Guy GAUTHIER
  •  • 701 mots

Ingénieur, ethnographe et cinéaste, Jean Rouch est né à Paris. Il a commencé à se servir de la caméra pour témoigner de son expérience africaine. De cette première période témoignent de nombreux courts-métrages, dont Au pays des mages noirs (coréalisé avec Jean Sauvy et Pierre Ponty, 1946) et Les Fils de l'eau (1952, film constitué des courts-métrages […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-rouch/#i_42856

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre JEANCOLAS, « CINÉMA-VÉRITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-verite/