CHIROPTÈRES ou CHAUVES-SOURIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Chauve-souris

Chauve-souris
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Chauve-souris Myotis myotis ou grand murin

Chauve-souris Myotis myotis ou grand murin
Crédits : H-P. Stutz/ D.R.

photographie


Biologie et comportement

Vol et écholocation

Les Chauves-Souris ont une activité nocturne et parfois crépusculaire ; les espèces – ce sont les plus nombreuses – qui se nourrissent d'insectes les repèrent en vol et dans l'obscurité, par un système d'écholocation très perfectionné qui leur permet aussi d'éviter les obstacles. Les ultra-sons peuvent être émis à une cadence de 200 par seconde, avec une fréquence de 50 à 120 kilocycles par seconde, d'une durée très courte, souvent de l'ordre de la milliseconde.

Les types et les modes d'émission des ultra-sons sont très variables suivant les genres et même les espèces. Chez les Vespertilionidae, des membranes spéciales du larynx constituent l'organe émetteur. Beaucoup d'espèces ont des appendices nasaux, de formes variées, parfois très développés, jouant un rôle dans la modulation des ultra-sons. Les ultra-sons réfléchis par la proie, ou l'obstacle, sont captés par les pavillons auditifs, très souvent de grande taille, et renseignent l'animal avec une extrême rapidité sur la distance qui le sépare de son but.

Le vol est plus ou moins rapide, plus ou moins efficace aussi, suivant la forme et la surface portante des ailes. Les Rhinolophes, aux ailes courtes, ont un vol malhabile et hésitant, cependant que la noctule, aux ailes longues et effilées, peut planer et atteindre parfois une vitesse de 50 km/h. Le record de vitesse appartient sans doute à une espèce américaine, Tadarida brasiliensis, chez laquelle une vitesse voisine de 100 km/h a pu être enregistrée. Ses migrations se font du Texas, où a lieu au printemps la mise bas, au Mexique, où les femelles surtout viennent en automne pour hiberner. Beaucoup d'autres espèces effectuent des migrations de moindre importance. Cependant, les noctules européennes, par exemple, parcourent parfois plus de 2 000 km, alors que le murin commun passe souvent l'hiver à plus de 200 km de son lieu de séjour estival. Des expériences incontestables ont montré chez les Chiroptères une capacité d'orientation lo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Écrit par :

  • : docteur ès sciences, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  CHIROPTÈRES ou CHAUVES-SOURIS  » est également traité dans :

COMPORTEMENT ANIMAL - Fondements du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 2 820 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Autres rythmes »  : […] D'autres facteurs peuvent rythmer le comportement. Certains animaux nocturnes suivent le rythme de la lune : les chauves-souris roussettes de Jamaïque préfèrent l'obscurité qui leur permet d'être cachées tant pour attraper leurs proies que pour éviter les prédateurs. Elles-mêmes n'ont pas besoin de lumière pour « voir » puisqu'elles possèdent un système d'écholocation leur permettant de percevoir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comportement-animal-fondements-du-comportement/#i_6959

CYANOBACTÉRIES ou CYANOPHYCÉES, anc. ALGUES BLEUES

  • Écrit par 
  • Pierre BOURRELLY, 
  • Jean Claude LEFEUVRE
  •  • 2 715 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nocivité des Cyanobactéries »  : […] Les cyanobactéries, présentes dans la plupart des milieux aquatiques, sont capables de synthétiser une très grande variété de molécules. Cela va de produits utiles comme des antibiotiques, des antiviraux et antitumoraux jusqu'à différentes toxines qui font l'objet, en France, d'une surveillance depuis l'année 2000, en raison du risque sanitaire. Trois types de toxines sont habituellement répertor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyanobacteries-cyanophycees-algues-bleues/#i_6959

EBOLA FIÈVRE ET VIRUS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 356 mots
  •  • 1 média

La fièvre Ebola tire son nom d’une rivière de la République démocratique du Congo (RDC) où cette maladie a été identifiée pour la première fois en septembre 1976 chez l’homme. Elle appartient au groupe des fièvres hémorragiques, comme les fièvres Marburg, Lassa, Rift, etc. Elle débute par une fièvre brutale et intense, accompagnée de multiples troubles somatiques, diarrhées, éruptions cutanées. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ebola-fievre-et-virus/#i_6959

ÉQUATORIAL MILIEU

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Yves GAUTIER, 
  • Emmanuelle GRUNDMANN
  •  • 6 366 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les relations faune-flore »  : […] Les plantes et les animaux ont établi des « pactes » de solidarité, d'entraide et de coadaptation, résultat d'une lente et fructueuse cohabitation. Si les graminées des vastes steppes et savanes ont opté pour la fécondation anémophile, en forêt tropicale, un seul coup de vent ne suffirait pas à assurer la pollinisation. De ce fait, certaines espèces animales se sont spécialisées dans la distribu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/milieu-equatorial/#i_6959

FIÈVRES HÉMORRAGIQUES VIRALES

  • Écrit par 
  • Yannick SIMONIN
  •  • 4 736 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cycle de transmission des fièvres hémorragiques virales »  : […] Les virus associés à la plupart des FHV sont zoonotiques. Cela signifie qu‘ils résident naturellement dans un hôte réservoir et vecteur animal – arthropode, rongeur sauvage, commensal (rat, souris…) ou chauve-souris dans la plupart des cas. Ils sont totalement dépendants de leur hôte pour leur multiplication et leur persistance dans l’environnement. L’homme ne constitue donc en aucun cas le réser […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fievres-hemorragiques-virales/#i_6959

HIBERNATION

  • Écrit par 
  • Charles KAYSER
  •  • 1 832 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les Mammifères hibernants »  : […] L'hibernation des Mammifères se rencontre dans tous les ordres, des Monotrèmes et Marsupiaux jusqu'aux Primates (Lémuriens), mais surtout chez les Rongeurs (marmottes, spermophiles , loirs , hamsters, lérots, etc.). Parmi les Insectivores hibernants, on connaît le hérisson, le tenrec, le setifer. Chez les chauves-souris des régions tropicales, les macrochiroptères sont homéothermes et présentent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hibernation/#i_6959

MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 10 465 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les chauves-souris réservoirs de virus »  : […] Une autre espèce animale joue un rôle croissant comme réservoir d’agents pathogènes alimentant l’émergence de plusieurs maladies : ce sont les chauves-souris et en particulier les espèces frugivores. Dans le cas de cet animal, le contact contaminant direct de la chauve-souris avec l’homme est peu fréquent. En revanche, la contamination de la nourriture par l’urine et les fèces de ces animaux est s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-infectieuses-emergentes/#i_6959

MEMBRES

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 15 020 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Adaptation au vol »  : […] Les trois groupes de Tétrapodes qui ont été capables de réaliser un vol véritable ont utilisé une « solution structurale » différente au problème de l'adaptation au milieu aérien, par modification du membre antérieur . Chez les Ptérosaures (Reptiles volants du Jurassique et du Crétacé), la surface portante était constituée d'une membrane (patagium) tendue uniquement par les phalanges du quatriè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/membres/#i_6959

MERS (Middle East respiratory syndrome)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 775 mots
  •  • 2 médias

Le MERS, acronyme anglais traduit par « syndrome respiratoire du Moyen-Orient », est une pathologie lourde caractérisée par une pneumonie aiguë et une défaillance rénale. Le taux de décès parmi les personnes qui ont manifesté des signes cliniques est de l’ordre de 50 p. 100. La maladie est provoquée par un virus de la famille des coronavirus, d’où son nom MERS-CoV . Les tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mers/#i_6959

MIGRATIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD, 
  • Jean DORST
  •  • 11 679 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Mammifères »  : […] Les déplacements saisonniers sont moins répandus chez les mammifères que chez les oiseaux, du moins parmi les formes terrestres, la marche n'étant pas un mode de locomotion rapide et économique sur de longues distances. Toutefois, les grands Ongulés habitant des régions soumises à d'importantes fluctuations climatiques parcourent des distances considérables, de plusieurs milliers de kilomètres ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/migrations-animales/#i_6959

PIPISTRELLE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude BOMSEL
  •  • 413 mots

Petite chauve-souris insectivore vivant en colonies en Europe, Afrique du Nord et Asie. Classe : Mammifères ; ordre : Chiroptères ; sous-ordre : Microchiroptères ; famille : Vespertilionidés. Les pipistrelles, représentées par une quarantaine d'espèces, possèdent un corps trapu, une tête pointue au museau court et aux oreilles dressées. Leurs membranes alaires (patagium), de couleur noire, sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pipistrelle/#i_6959

PSYCHOLOGIE COGNITIVE ET CONSCIENCE

  • Écrit par 
  • Axel CLEEREMANS
  •  • 1 620 mots

La conscience, en tant qu’objet d’étude, représente un des plus grands défis scientifiques du xxi e   siècle. Le concept de conscience est multiple. Dans son sens premier, le mot « conscience », qui tire son origine du latin conscientia , « avec connaissance », fait référence au savoir : nous dirons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-cognitive-et-conscience/#i_6959

RAGE

  • Écrit par 
  • Pierre SUREAU
  •  • 2 477 mots

Dans le chapitre « Épidémiologie »  : […] Historiquement, la rage fut d'abord une maladie des animaux sauvages, surtout du loup et des carnassiers voisins. Dès que les hommes se groupèrent en collectivités urbaines entraînant avec eux leurs animaux commensaux, elle devint également citadine, et ceci dès la plus haute Antiquité. Ces deux types épidémiologiques de rage existent encore actuellement. La rage citadine dite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rage/#i_6959

ROUSSETTE, chiroptère

  • Écrit par 
  • Marie-Claude BOMSEL
  •  • 490 mots

Chauve-souris frugivore vivant dans les régions chaudes et humides de l'Ancien Monde (Afrique, Asie, une partie de l'Australasie). Classe : Mammifères ; ordre : Chiroptères ; sous-ordre : Mégachiroptères ; famille : Ptéropodidés. Les roussettes, représentées par quelque cent soixante espèces, possèdent une tête ressemblant à celle d'un chien ou d'un renard (d'où le nom de renards volants pour l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roussette-chiroptere/#i_6959

SPÉLÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe RENAULT, 
  • Raymond TERCAFS, 
  • Georges THINÈS
  •  • 11 740 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'écosystème souterrain »  : […] On appelle « écosystème » un milieu biologique limité par un certain nombre de barrières physiques et dans lequel vivent des communautés animales et végétales. Ces communautés ont des relations entre elles et avec le milieu environnant. Le but de l'écologie est de dégager ces rapports, de les quantifier et de proposer des théories générales qui expliquent ces peuplements. Le milieu souterrain con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/speleologie/#i_6959

TAXIES

  • Écrit par 
  • Gaston RICHARD
  •  • 5 868 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La place des taxies dans l'étude moderne du comportement »  : […] L'éthologiste moderne cherche à lier à la fois l'étude du comportement des animaux dans leur milieu naturel de vie et l'analyse physico-chimique ou physiologique des phénomènes qu'il observe. Ainsi conduit vers la neuroéthologie, vers une endocrinologie ou vers une génétique du comportement, il ne peut plus tenir les taxies pour des réactions simples qu'il suffirait de combiner linéairement pour e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taxies/#i_6959

VOL ANIMAL

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 8 251 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Autres Vertébrés volants »  : […] Parmi les Poissons cartilagineux, ou Chondrichthyens, les énormes raies Manta sont capables d'effectuer des sauts hors de l'eau, mais on ne peut qualifier de vol ces incursions très limitées dans le milieu aérien. Chez les Téléostéens, les poissons volants les plus connus sont les Exocets qui planent au moyen de leurs grandes nageoires pectorales . L'élan nécessaire à l'envol est fourni par la mu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vol-animal/#i_6959

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert MANARANCHE, « CHIROPTÈRES ou CHAUVES-SOURIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chiropteres-chauves-souris/