CHIROPTÈRES ou CHAUVES-SOURIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Systématique

Les Chiroptères se répartissent en deux sous-ordres : les Mégachiroptères chez lesquels le 2e doigt comportant trois phalanges est indépendant du 3e doigt ; les Microchiroptères qui ont au contraire le 2e doigt pourvu de deux phalanges étroitement associé au 3e doigt.

Les Mégachiroptères constituent une seule famille : les Pteropidae, dont tous les représentants habitent les régions tropicales et subtropicales. En font partie les grandes Chauves-Souris frugivores que sont les roussettes et les Pteropus.

Les Microchiroptères se divisent en une quinzaine de familles qui peuplent la totalité du globe, à l'exception des régions polaires. Parmi les plus communes, on doit citer : les Rhinolophidae, dont le genre Rhinolophus est des plus communs dans l'Ancien Monde ; les Phyllostomatidae, chez lesquels on trouve des genres adaptés aux régimes alimentaires les plus variés (Trachops sud-américain, carnivore ; Macrotus nord-américain, entomophage ; Leptonycteris d'Amérique centrale, pollinivore ou nectarivore ; Desmodus, Diphylla et Diaemus, tous d'Amérique tropicale, hématophages...) ; les Vespertilionidae, qui groupent de 300 à 400 espèces réparties dans le monde entier, parmi lesquelles le murin commun (Myotis myotis), l'oreillard (Plecotus auritus), la pipistrelle (Pipistrellus pipistrellus), la grande sérotine (Vespertilio serotinus), sont très communs en Europe.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Chauve-souris

Chauve-souris
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Chauve-souris Myotis myotis ou grand murin

Chauve-souris Myotis myotis ou grand murin
Crédits : H-P. Stutz/ D.R.

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès sciences, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  CHIROPTÈRES ou CHAUVES-SOURIS  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE DES ZOONOSES

  • Écrit par 
  • Frédéric KECK, 
  • Christos LYNTERIS
  •  • 3 952 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Régimes de causalité et d’imputation »  : […] Ces deux conceptions des zoonoses – comme événement accidentel dans un cycle écologique ou comme mutation catastrophique dans une série de révolutions – entrent en tension dans les pratiques de gestion des zoonoses sur les différents terrains où elles sont traitées comme des problèmes publics. Alors que l’écologie des maladies infectieuses met en avant des causalités circulaires entre plusieurs es […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Fondements du comportement

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 2 820 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Autres rythmes »  : […] D'autres facteurs peuvent rythmer le comportement. Certains animaux nocturnes suivent le rythme de la lune : les chauves-souris roussettes de Jamaïque préfèrent l'obscurité qui leur permet d'être cachées tant pour attraper leurs proies que pour éviter les prédateurs. Elles-mêmes n'ont pas besoin de lumière pour « voir » puisqu'elles possèdent un système d'écholocation leur permettant de percevoir […] Lire la suite

CORONAVIRUS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 294 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Distribution des coronavirus  »  : […] Les coronavirus appartiennent à la famille des Coronaviridae et, pour ceux présentés ici, à la sous-famille des Orthocoronavirinae, qui comprend une quarantaine d’espèces parmi lesquelles les coronavirus humains. Leur nomenclature comporte souvent l’acronyme de la maladie suivie de la désinence CoV. Ainsi, la maladie SRAS est causée par le virus SARS-CoV-1 (1 parce que c’est le premier de cette e […] Lire la suite

CYANOBACTÉRIES ou CYANOPHYCÉES, anc. ALGUES BLEUES

  • Écrit par 
  • Pierre BOURRELLY, 
  • Jean Claude LEFEUVRE
  •  • 2 715 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nocivité des Cyanobactéries »  : […] Les cyanobactéries, présentes dans la plupart des milieux aquatiques, sont capables de synthétiser une très grande variété de molécules. Cela va de produits utiles comme des antibiotiques, des antiviraux et antitumoraux jusqu'à différentes toxines qui font l'objet, en France, d'une surveillance depuis l'année 2000, en raison du risque sanitaire. Trois types de toxines sont habituellement répertor […] Lire la suite

EBOLA FIÈVRE ET VIRUS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 356 mots
  •  • 1 média

La fièvre Ebola tire son nom d’une rivière de la République démocratique du Congo (RDC) où cette maladie a été identifiée pour la première fois en septembre 1976 chez l’homme. Elle appartient au groupe des fièvres hémorragiques, comme les fièvres Marburg, Lassa, Rift, etc. Elle débute par une fièvre brutale et intense, accompagnée de multiples troubles somatiques, diarrhées, éruptions cutanées. […] Lire la suite

ÉQUATORIAL MILIEU

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Yves GAUTIER, 
  • Emmanuelle GRUNDMANN
  •  • 6 366 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les relations faune-flore »  : […] Les plantes et les animaux ont établi des « pactes » de solidarité, d'entraide et de coadaptation, résultat d'une lente et fructueuse cohabitation. Si les graminées des vastes steppes et savanes ont opté pour la fécondation anémophile, en forêt tropicale, un seul coup de vent ne suffirait pas à assurer la pollinisation. De ce fait, certaines espèces animales se sont spécialisées dans la distribu […] Lire la suite

FIÈVRES HÉMORRAGIQUES VIRALES

  • Écrit par 
  • Yannick SIMONIN
  •  • 4 737 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cycle de transmission des fièvres hémorragiques virales »  : […] Les virus associés à la plupart des FHV sont zoonotiques. Cela signifie qu‘ils résident naturellement dans un hôte réservoir et vecteur animal – arthropode, rongeur sauvage, commensal (rat, souris…) ou chauve-souris dans la plupart des cas. Ils sont totalement dépendants de leur hôte pour leur multiplication et leur persistance dans l’environnement. L’homme ne constitue donc en aucun cas le réser […] Lire la suite

HIBERNATION

  • Écrit par 
  • Charles KAYSER
  •  • 1 832 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les Mammifères hibernants »  : […] L'hibernation des Mammifères se rencontre dans tous les ordres, des Monotrèmes et Marsupiaux jusqu'aux Primates (Lémuriens), mais surtout chez les Rongeurs (marmottes, spermophiles , loirs , hamsters, lérots, etc.). Parmi les Insectivores hibernants, on connaît le hérisson, le tenrec, le setifer. Chez les chauves-souris des régions tropicales, les macrochiroptères sont homéothermes et présentent […] Lire la suite

MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 8 018 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les chauves-souris, réservoirs de virus »  : […] Les chiroptères, et en particulier les espèces de chauves-souris frugivores, jouent un rôle croissant comme réservoir d’agents pathogènes alimentant l’émergence de plusieurs maladies. Si le contact contaminant direct de la chauve-souris avec l’homme est peu fréquent, en revanche, la contamination de la nourriture par l’urine et les fèces de ces animaux est susceptible de transmettre divers agents […] Lire la suite

MEMBRES

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 15 020 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Adaptation au vol »  : […] Les trois groupes de Tétrapodes qui ont été capables de réaliser un vol véritable ont utilisé une « solution structurale » différente au problème de l'adaptation au milieu aérien, par modification du membre antérieur . Chez les Ptérosaures (Reptiles volants du Jurassique et du Crétacé), la surface portante était constituée d'une membrane (patagium) tendue uniquement par les phalanges du quatriè […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert MANARANCHE, « CHIROPTÈRES ou CHAUVES-SOURIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chiropteres-chauves-souris/