Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHIKUNGUNYA

Le vecteur Aedes

Sans vecteur dans lequel il se multiplie, le virus ne peut être transmis. On ne connaît pas en effet – sauf lors des transfusions sanguines – de transmission non vectorielle du CHIKV. La biologie et la génétique du vecteur, ainsi que la plus ou moins grande capacité du virus à y proliférer, sont essentielles pour comprendre tant la survenue des épidémies que la diffusion de la maladie hors de son espace géographique habituel en Afrique et en Asie du Sud-Est.

Le genre Aedes comprend au moins 260 espèces dont seulement certaines sont vectrices, dont le célèbre Aedesalbopictus ou « moustique tigre », reconnaissable à ses rayures de l’abdomen, et qui a été récemment introduit en Italie et dans le sud de la France. Le deuxième vecteur est A. aegypti, notablement moins important en ce qui concerne la transmission du virus chikungunya. Les Aedes sont cosmopolites et se maintiennent dans toutes zones climatiques où la température moyenne est de l’ordre de 20 0C. Les moustiques du genre Aedes ont un cycle de vie qui les rend particulièrement robustes. Les femelles pondent leurs œufs à proximité de l’eau, un par un, voire même en terrain sec, et leur développement reprend, éventuellement après plusieurs mois, lorsque l’œuf entre en contact avec l’eau. L’œuf résiste à des températures élevées (+ 45 0C) et au froid (— 17 0C), ainsi qu’à la dessiccation. Cette capacité de résistance et le temps qui peut s’écouler entre la ponte et le développement expliquent leur déplacement fréquent d’un point à un autre du globe, les œufs étant transportés avec des marchandises. Un tel déplacement est à l’origine de l’infestation de l’Italie, sans doute à partir de l’Asie du Sud-Est via l’Albanie. L’insecte peut ainsi, au contraire de nombreux autres moustiques, traverser des périodes de sécheresse et de froid. Les larves se développent ensuite sous surface d’une eau propre, même en petite quantité. Les Aedes adultes sont peu exigeants quant à leurs conditions de vie et relativement adaptables. Cette adaptabilité explique la réapparition du vecteur dans des zones où on le croyait disparu du fait des insecticides utilisés pour lutter contre le paludisme. C’est le cas dans l’île de La Réunion : le vecteur introduit au cours du xixe siècle avait disparu en 1950 et est réapparu, maintenant adapté à des altitudes de moyenne montagne (600 mètres), en 1977, reconstituant des populations à partir desquelles la maladie pouvait reprendre. La maladie est ainsi strictement dépendante de la zone d’expansion d’Aedesalbopictuset A. aegypti, à un moindre degré.

En outre, dans les maladies à vecteurs, il existe une spécificité d’espèce assez forte d’un virus vis-à-vis de son vecteur dans une zone géographique donnée. Dans le cas de chikungunya et de Aedes, cette spécificité est relativement faible, d’autres espèces sont probablement vectrices, et elle est encore diminuée par la haute fréquence de mutations du virus et l’existence de sous populations vectrices adaptées tant au virus qu’à différentes conditions climatiques. Cela explique que Aedesalbopictus et la maladie qui lui est associée ont pu largement sortir hors de leur aire d’origine de l’océan Indien. Par exemple, ce vecteur a atteint les États-Unis en 1985, l’Amérique centrale en 1988 et l’Italie en 1991. En France métropolitaine, la présence d’Aedesalbopictusest surveillée de la Méditerranée à la façade atlantique depuis une dizaine d’années et la progression y est claire. Il prolifère pendant toute l’année en zone intertropicale et résiste aux hivers ailleurs. Les populations se sont étendues et il suffit de l’introduction de quelques humains porteurs du virus Chikungunya pour que les conditions d’une épidémie soient rassemblées. Cela s’est passé en Italie, plus précisément en Émilie-Romagne en 2007. C’est ce qui se[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Pour citer cet article

Gabriel GACHELIN. CHIKUNGUNYA [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Virus du chikungunya - crédits : Molekuul.be/ Shutterstock

Virus du chikungunya

Sensibilisation à la lutte contre le chikungunya - crédits : ARS, Agence Régionale de Santé, Guadeloupe/ D.R.

Sensibilisation à la lutte contre le chikungunya

Autres références

  • ARBOVIRUS

    • Écrit par Claude HANNOUN, Jean-François SALUZZO
    • 1 867 mots
    • 1 média
    Lechikungunya, qui a sévi en 2005-2006 dans l'île de la Réunion, entre dans le groupe des fièvres tropicales longtemps confondues avec la dengue. Cette maladie est due à un virus de la famille des Togaviridae, transmis par les moustiques du genre Aedes. Le virus est présent en Asie et en...
  • CATASTROPHES

    • Écrit par Yves GAUTIER
    • 7 372 mots
    • 3 médias
    ...1 500 décès qui surviennent quotidiennement sur le territoire français sont désormais passés au crible). Ainsi, l'I.N.V.S. avait signalé plusieurs cas de chikungunya à l'île de la Réunion dès mars 2005, avant l'explosion de l'épidémie : la surveillance ne permet pas d'empêcher la survenance d'une...
  • ÉPIDÉMIES ET PANDÉMIES

    • Écrit par Jacqueline BROSSOLLET, Georges DUBY, Universalis, Gabriel GACHELIN, Jean-Louis MIÈGE
    • 20 843 mots
    • 15 médias
    Le chikungunya. Le chikungunya est originaire d’Afrique de l’Est. Le virus est également transmis par des Aedes. L’homme n’est pas réservoir, mais l’homme infecté est contaminant pour le moustique qui peut ensuite transmettre le virus à d’autres hommes. La maladie se traduit par des douleurs articulaires...
  • HYGIÈNE

    • Écrit par Universalis, Philippe HARTEMANN, Maurice MAISONNET
    • 12 502 mots
    • 9 médias
    ...insectes vecteurs et agents pathogènes s’adaptent très vite. La propagation en Europe de maladies qui n’étaient pas autochtones initialement – comme le chikungunya ou encore la dengue, véhiculés par le moustique tigre – montre que certaines évolutions peuvent se réaliser très vite, particulièrement en...
  • Afficher les 9 références

Voir aussi