Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PASQUA CHARLES (1927-2015)

Au ministère de l’Intérieur

En 1986, Jacques Chirac redevient Premier ministre lors de la première cohabitation d’un gouvernement de droite avec François Mitterrand. Charles Pasqua, qui a dirigé la campagne présidentielle de Chirac en 1981, est nommé ministre de l’Intérieur. Au cours de ce premier passage place Beauvau, Charles Pasqua durcit les conditions de séjour des étrangers en France, donne des consignes de fermeté à la police lors de manifestations universitaires qui se soldent par la mort d’un étudiant, Malik Oussekine, et mène une politique sécuritaire médiatisée par un aphorisme resté célèbre : « Il faut terroriser les terroristes. » Après le retour des socialistes au gouvernement en 1988, il retrouve son siège de sénateur et dépose une proposition de loi visant à rétablir la peine de mort.

Après avoir figuré parmi les principaux opposants au traité de Maastricht, lors du référendum de 1992, Charles Pasqua retrouve le ministère de l’Intérieur en 1993, à l’occasion de la seconde cohabitation, Édouard Balladur étant Premier ministre et Jacques Chirac préférant se maintenir à la tête du R.P.R., dans la perspective de la présidentielle de 1995. Alors qu’il se revendique du souverainisme, et malgré son compagnonnage de longue date avec le président du R.P.R., Charles Pasqua décide de soutenir la candidature libérale d’Édouard Balladur à l’élection présidentielle, alors que Jacques Chirac est lui-même candidat. Ce choix provoque l’incompréhension de nombreux militants R.P.R. L’élection de Jacques Chirac à la tête de l’État sonne le glas de sa carrière ministérielle.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Charles Pasqua

Charles Pasqua

Autres références

  • CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

    • Écrit par Pierre BRÉCHON
    • 9 350 mots
    • 6 médias
    ...et renonce à se présenter deux mois avant l'échéance, ne se sentant pas assez soutenu par le président de la République. Nicolas Sarkozy le remplace. Charles Pasqua s'allie avec Philippe de Villiers pour présenter une liste eurosceptique et souverainiste. L'U.D.F. présente aussi une liste, emmenée par...
  • FRANCE - L'année politique 2000

    • Écrit par Nicolas TENZER
    • 2 833 mots
    ...les esprits. Dès 2000, Alain Madelin, président de Démocratie libérale, et François Bayrou, président de l'U.D.F., ont annoncé leur candidature à la première, non sans critiques au sein de leurs partis respectifs,et Charles Pasqua, président du R.P.F., s'est également mis sur les rangs.
  • FRANCE - L'année politique 2004

    • Écrit par Nicolas TENZER
    • 2 953 mots
    • 4 médias
    ...Ces élections sénatoriales virent également l'arrivée au palais du Luxembourg de l'ancien dirigeant du P.C.F., Robert Hue, ainsi que le retour de Charles Pasqua, défait aux européennes, et regagnant là son immunité parlementaire. Après un duel au sein de l'U.M.P. entre le président sortant, ...
  • PONCELET CHRISTIAN (1928-2020)

    • Écrit par Bruno DIVE
    • 909 mots

    Christian Poncelet est un homme politique français. Ce Vosgien a multiplié les mandats électifs et occupé quelques postes ministériels, avant de devenir président du Sénat de 1998 à 2008.

    Né dans un petit village des Ardennes le 24 mars 1928, d’une mère femme de ménage et d’un père mécanicien...

Voir aussi