LUXEMBOURG PALAIS DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Sénat occupe à Paris une ancienne résidence royale construite par Marie de Médicis, le palais du Luxembourg. La reine avait acquis en 1611, de François de Luxembourg, un hôtel bâti au milieu du xvie siècle ainsi qu'un grand parc. D'autres terrains situés à l'est du domaine sont achetés par la suite pour permettre la construction d'une demeure à la mesure de la propriétaire. La reine commande un plan du palais Pitti, où elle a passé son enfance, et elle envoie Clément Métezeau à Florence pour étudier ce modèle. Mais elle retiendra les plans de Salomon de Brosse ; le bossage à refends qui anime les façades est le seul trait qui évoque le palais florentin. L'organisation de la demeure autour d'une cour rectangulaire avec des pavillons aux angles, le portique encadrant le pavillon d'entrée, la surélévation du fond de la cour, l'escalier formant un corps central couvert d'un dôme sont des traits caractéristiques de l'architecture française. La construction commence en 1616. En 1622, la galerie ouest peut recevoir la série des tableaux de Rubens représentant la vie de Marie de Médicis (actuellement au Louvre). Poussin et Philippe de Champaigne exécutent les décors peints pour la chapelle et les appartements.

Transformé en prison pendant la Révolution, le Luxembourg devint palais des Directeurs sous le Directoire, puis siège du Sénat. Des travaux sont alors entrepris par Chalgrin pour adapter le palais à sa nouvelle destination. Pour établir un large escalier, l'architecte fait détruire la galerie ouest et organise la salle des séances sur l'emplacement de l'escalier primitif et de la chapelle, dans l'axe du palais. Des travaux d'agrandissement sont entrepris de 1836 à 1840 par de Gisors : une nouvelle façade, édifiée sur le modèle de celle qui existait, et deux pavillons supplémentaires sont élevés. Cette adjonction permet de créer une salle des séances plus spacieuse et d'organiser une grande bibliothèque. Des peintures décoratives sont alors demandées à Delacroix, aidé de quelques autres peintres.

Le jardin, amputé par les agrandissements du bâtiment et les lotissements du quartier, reste cependant l'un des plus beaux de Paris. C'est essentiellement un parc à la française avec terrasses, grotte, jeux d'eau, bassin. De nombreuses statues de reines de France et d'hommes célèbres scandent les balustrades ou décorent les parterres : elles forment une sorte de musée de plein air pour la sculpture du xixe siècle.

—  Renée PLOUIN

Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  LUXEMBOURG PALAIS DU  » est également traité dans :

BROSSE SALOMON DE (1571 env.-1626)

  • Écrit par 
  • Rosalys T. COOPE
  •  • 1 183 mots

Dans le chapitre « Descendant de Jacques Ier Androuet Du Cerceau »  : […] Salomon de Brosse est né à Verneuil (Oise) d'un père architecte ; sa mère était la fille du célèbre graveur et architecte Jacques I er Du Cerceau. La première mention connue de la profession d'architecte de Salomon de Brosse date de 1597 : il travaille alors avec son oncle pour Gabrielle d'Estrées au château de Montceaux. De 1600 à 1608, il s'occupe de l'achèvement du châ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salomon-de-brosse/#i_7033

MUSÉE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 11 420 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Trésors, collections, musées »  : […] Les premiers rassemblements historiques d'objets précieux furent, en Occident comme en Égypte ou en Chine, les trésors des temples, constitués d'offrandes remises aux dieux en reconnaissance de leurs bienfaits, et les trésors funéraires. La pinacothèque des Propylées à Athènes, qui contenait, selon le témoignage de Pausanias, des tableaux de Polygnote, était certes un lieu public, mais investi d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musee/#i_7033

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 398 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le langage des ordres : rhétorique et symbolique »  : […] Outil plastique, à la fois structural et ornemental, l'ordre est redevenu l'un des fondements du langage architectural. Certaines ordonnances dérivent directement des ordonnances antiques : portiques à la manière des frontispices de temples comme le Panthéon (chapelle de la villa Maser, villas Rotonda et Malcontenta, façade sur cour de la chapelle de la Sorbonne), ou ordres adossés à des arcades […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-architecture/#i_7033

Pour citer l’article

Renée PLOUIN, « LUXEMBOURG PALAIS DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/palais-du-luxembourg/