FRANCEL'année politique 2004

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Alors que l'année 2003, en France, n'avait connu aucune élection, 2004 en vit quatre : cantonales, régionales, européennes et sénatoriales. Celles-ci traduisirent toutes une progression marquée de la gauche, principalement socialiste, et témoignèrent du mécontentement de nombre d'électeurs envers le gouvernement. Au-delà des résultats, les deux camps ont porté au jour leurs propres divisions : la droite, avec la double rivalité entre l'U.D.F. et l'U.M.P., d'une part, et entre le président de la République et Nicolas Sarkozy, d'autre part, dans la perspective de l'élection présidentielle à venir, sans parler des critiques internes envers le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin ; le P.S., avec des prises de position de la part de différents postulants à la candidature en 2007 et l'expression de divergences lors du référendum interne sur le projet de traité constitutionnel européen. De telles dissensions n'épargnent d'ailleurs ni les Verts, ni le Front national.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

France : élections régionales de 2004

France : élections régionales de 2004
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

France : élections régionales (1986-2004)

France : élections régionales (1986-2004)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : composition des conseils régionaux (1992-2004)

France : composition des conseils régionaux (1992-2004)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections cantonales (1988-2004)

France : élections cantonales (1988-2004)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

9-23 septembre 2004 France. Le non de Laurent Fabius à la Constitution européenne

Le 9, Laurent Fabius, interrogé sur France 2 sur la ratification par référendum de la Constitution européenne, indique qu'il votera non si des « réorientations » ne sont pas envisagées dans les domaines de l'emploi, du budget et des délocalisations. Le numéro deux du Parti socialiste (P.S.) exige ainsi que le président Chirac obtienne la révision du pacte de stabilité, une augmentation des dotations budgétaires communautaires relatives à la recherche, à l'investissement et à la formation, une harmonisation fiscale en vue de lutter contre les délocalisations et une directive protégeant les services publics. […] Lire la suite

4-25 novembre 2003 Union européenne. Assouplissement du pacte de stabilité pour la France et l'Allemagne

Le déficit budgétaire de la France pour 2004 doit dépasser, pour la troisième année consécutive, la borne des 3 p. 100 du P.I.B. posée par le pacte de stabilité et de croissance de juin 1997. Le 20, la Commission exige des efforts similaires de la part de l'Allemagne. Le 25, sur l'initiative de Berlin et de Paris, le conseil des ministres de l'Économie et des Finances de l'Union européenne (conseil Ecofin) décide de suspendre l'application du pacte de stabilité pour la France et pour l'Allemagne. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2004 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2004/