HERMITE CHARLES (1822-1901)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les travaux du mathématicien français Charles Hermite portent surtout sur l'algèbre, la théorie des nombres et l'analyse. On lui doit de très nombreux résultats sur la théorie des invariants et sur les fonctions elliptiques et abéliennes, et il est le fondateur de la théorie arithmétique des formes quadratiques à un nombre quelconque de variables.

Algèbre et analyse

Charles Hermite, né à Dieuze, publia ses premiers travaux alors qu'il était encore élève à l'École polytechnique, et à trente ans il était déjà considéré comme un des meilleurs mathématiciens de son temps. Il fut successivement professeur à l'École polytechnique, au Collège de France et enfin à la Sorbonne à partir de 1869 ; son enseignement et sa volumineuse correspondance eurent une influence considérable. Il vécut à Paris jusqu'à sa mort. Il avait été élu membre de l'Académie des sciences à trente-quatre ans.

En algèbre, Hermite prit une part active aux premiers développements de la théorie des invariants, inaugurée par Arthur Cayley et James Joseph Sylvester ; il acheva, entre autres, la détermination des invariants des formes binaires du cinquième degré, commencée par Sylvester, et découvrit la « loi de réciprocité » entre covariants de formes binaires de degrés différents. On lui doit aussi un procédé d'interpolation améliorant la méthode de Lagrange en tenant compte des valeurs des dérivées premières, et la découverte de la famille de polynômes orthogonaux qui portent son nom.

Les travaux d'analyse d'Hermite portent la marque de son tempérament d'algébriste. Son sujet de prédilection pendant toute sa vie a été la théorie des fonctions elliptiques et des fonctions abéliennes, dont il aimait particulièrement explorer les liens cachés avec l'algèbre et la théorie des nombres. Un de ses résultats qui frappa le plus ses contemporains est la résolution de l'équation du cinquième degré à l'aide des fonctions elliptiques. Sa virtuosité dans les calculs des f [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HERMITE CHARLES (1822-1901)  » est également traité dans :

DIOPHANTIENNES APPROXIMATIONS

  • Écrit par 
  • Marcel DAVID
  •  • 4 883 mots

Dans le chapitre « Approximations simultanées »  : […] Étant donné k irrationnels τ 1 , τ 2 , ..., τ k , on peut soit chercher à les approcher par des fractions p 1 / r , p 2 / r , ..., p k / r de même dénominateur (pas obligatoirement toutes irréductibles), soit chercher à rendre minimum pour des entiers u i et w . Ces deux problèmes duals l'un de l'autre sont également délicats. Le premier problème […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/approximations-diophantiennes/#i_26658

LINDEMANN FERDINAND VON (1852-1939)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 267 mots

Mathématicien allemand, né le 12 avril 1852 à Hanovre, mort le 1 er  mars 1939 à Munich. À partir de 1870, Ferdinand von Lindemann étudie aux universités de Göttingen, de Munich, puis d'Erlangen, où il obtient son doctorat en 1873. Après des études post-doctorales, il enseigne à l'université de Freiburg de 1877 à 1883. Lindemann est surtout célèbr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-von-lindemann/#i_26658

NOMBRES (THÉORIE DES) - Nombres algébriques

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL
  •  • 14 064 mots

Dans le chapitre « Entiers algébriques »  : […] Parmi les nombres algébriques, les entiers algébriques sont définis de manière à former un anneau dont l'intersection avec Q soit réduite à Z  ; on veut de plus que tous les conjugués d'un entier algébrique (c'est-à-dire les racines de son équation minimale à coefficients rationnels) soient encore entiers. Alors les coefficients de l'équation min […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-theorie-des-nombres-algebriques/#i_26658

QUADRATIQUES FORMES

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 6 810 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Formes « indéfinies » »  : […] Si Q est une forme quadratique de signature ( p ,  q ) avec p  +  q  =  r et pq  ≠ 0, on ne peut plus poser le problème de la « réduction » comme pour les formes positives. En effet, le groupe orthogonal O (Q), sous-groupe de GL ( r ,  R ) laissant Q invariante, est ici tel que O (Q) ∩  SL ( n , Z ) soit infini , et la propriété de finitude de Sie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formes-quadratiques/#i_26658

SIEGEL CARL LUDWIG (1896-1981)

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 434 mots

Mathématicien allemand, né à Berlin et mort à Göttingen, dont les travaux portent principalement sur la théorie des nombres et les fonctions automorphes. Carl Ludwig Siegel fut l'élève de G. F. Frobenius ; il enseigna aux universités de Francfort et de Göttingen et fut membre de l'Institute for Advanced Study de Princeton à partir de 1940, ayant pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-ludwig-siegel/#i_26658

TRANSCENDANTS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 2 107 mots

Dans le chapitre « Valeurs transcendantes de fonctions entières »  : […] Le premier résultat profond sur les nombres transcendants fut obtenu par C.  Hermite en 1872 : par une méthode très originale reposant sur l'approximation de la fonction exponentielle e z par des fonctions rationnelles, il put montrer que le nombre e est transcendant, et c'est par une extension de la méthode d'Hermite que Ferdinand von Lindemann […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-transcendants/#i_26658

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean DIEUDONNÉ, « HERMITE CHARLES - (1822-1901) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-hermite/