LINDEMANN FERDINAND VON (1852-1939)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mathématicien allemand, né le 12 avril 1852 à Hanovre, mort le 1er mars 1939 à Munich.

À partir de 1870, Ferdinand von Lindemann étudie aux universités de Göttingen, de Munich, puis d'Erlangen, où il obtient son doctorat en 1873. Après des études post-doctorales, il enseigne à l'université de Freiburg de 1877 à 1883.

Lindemann est surtout célèbre pour avoir démontré la transcendance du nombre đ à partir de la méthode développée par le Français Charles Hermite (1822-1901) dans les années 1870. Celui-ci est le premier mathématicien à démontrer la transcendance d'un nombre, le nombre e. Lindemann lui rend visite à Paris, apprenant ainsi les résultats de ses calculs. S'appuyant sur sa méthode, il démontre la transcendance de đ dans un article intitulé « Über die Zahl đ » (1882, « Sur le nombre đ »). Il prouve ainsi définitivement qu'il est impossible de réaliser la quadrature du cercle, c'est-à-dire de construire par la règle et le compas un carré d'une superficie égale à celle d'une cercle d'un diamètre donné.

Auréolé d'une gloire soudaine, Lindemann est nommé professeur de mathématiques à l'université de Königsberg en Allemagne (auj. Kaliningrad, Russie) en 1883 et, dix ans plus tard, à l'université de Munich. Ses recherches en mathématiques se concentrent surtout sur la géométrie. À Königsberg, il dirige une brillante communauté de jeunes mathématiciens, dont Adolf Hurwitz (1859-1919), David Hilbert (1862-1943) et Hermann Minkowski (1864-1909).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  LINDEMANN FERDINAND VON (1852-1939)  » est également traité dans :

EXPONENTIELLE & LOGARITHME

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 6 278 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le nombre π »  : […] Pour t  = 2, on a : puisque la fonction cosinus est continue et égale à 1 pour t  = 0, il existe un plus petit nombre réel τ   >  0 tel que cos τ  = 0. Nous désignerons par la lettre grecque π , notation traditionnelle depuis Euler, le nombre π  = 2  τ . Ce nombre  π , dont la transcendance a été établie par F.  Lindemann en 1882, est égal à la moi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exponentielle-et-logarithme/#i_28136

TRANSCENDANTS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 2 107 mots

Dans le chapitre « Indépendance algébrique de nombres transcendants »  : […] La transcendance d'un nombre α signifie qu'il n'est pas racine d'un polynôme à coefficients entiers. Plus généralement, n nombres complexes α 1 , α 2 , ..., α n sont dits algébriquement indépendants s'il n'existe aucun polynôme non nul P(T 1 , ..., T n ) à n indéterminées et à coefficients entiers tel que P(α 1 , ..., α n ), = 0, ce qui implique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-transcendants/#i_28136

Pour citer l’article

« LINDEMANN FERDINAND VON - (1852-1939) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-von-lindemann/