CRESSENT CHARLES (1685-1768)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un sculpteur sur bois d'Amiens, Cressent s'installe à Paris où il est reçu comme sculpteur à l'Académie de Saint-Luc en 1714. Collaborateur du grand rival de Boulle, Joseph Poitou (mort en 1719), il épouse sa veuve et lui succède ainsi dans la charge d'ébéniste du duc d'Orléans. Il travaille alors pour le Régent puis pour son fils. L'obligation de l'estampille ne datant que de 1743, l'œuvre de Cressent, qui correspond au style Régence et au début du style rocaille, n'est pas signée. Certains meubles peuvent être connus grâce aux procès-verbaux des deux saisies qui furent faites chez lui à la demande de la corporation des fondeurs en 1722 et en 1735 et aux ventes qui eurent lieu de son vivant en 1748, en 1756 et en 1765 : des bureaux plats (musée du Louvre, Résidence de Munich, collection Gulbenkian de Lisbonne), des commodes (Résidence de Munich), des médailliers (Bibliothèque nationale, Paris, et collection Gulbenkian). Ces œuvres, d'une qualité vraiment exceptionnelle, furent célèbres dès le xviiie siècle ; elles sont caractérisées par l'importance accordée aux bronzes, comme sur les meubles de Boulle. Cressent se contente d'une marqueterie simplifiée et obtient la richesse du décor par des feuillages de bronze peuplés de personnages, tels que termes de femmes (« espagnolettes ») placés aux angles, singes se balançant ou enfants symbolisant des métiers. Cressent sculptait et ciselait lui-même ses bronzes, ce qui explique ses démêlés avec la corporation des fondeurs-ciseleurs. Malgré une longue carrière, son activité la plus importante se situe entre 1725 et 1745, et c'est à cette période qu'il fixa les formes du bureau plat et celles de la commode Louis XV aux pieds doucement galbés et au libre décor de bronze rocaille.

Bureau plat

Bureau plat

photographie

Bureau plat attribué à Charles Cressent (1685-1768). Acajou plaqué et bronzes dorés. Wallace Collection, Londres. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Colombe SAMOYAULT-VERLET

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur au Musée national du château de Fontainebleau, professeur à l'École du Louvre

Classification


Autres références

«  CRESSENT CHARLES (1685-1768)  » est également traité dans :

MOBILIER

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 4 414 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le style Louis XV et le rococo »  : […] Le mobilier du xviii e  siècle, directement issu du baroque, est dominé par le style rocaille, caractérisé par des lignes sinueuses souvent dissymétriques, la profusion des motifs végétaux, feuillages et fleurs. Ce style est imposé en France par des ébénistes comme Charles Cressent qui fixe certains types de meuble, le bureau plat, la commode mon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mobilier/#i_8098

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 053 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le mobilier »  : […] Le goût des formes contournées et de l'ornementation rocaille s'épanouit avec une aisance particulière dans le domaine du mobilier. Les ébénistes parisiens jouissent pendant le xviii e  siècle d'une suprématie incontestée, et leurs innovations font la loi dans toute l'Europe. Leur génie se manifeste d'abord par l'invention de nouveaux types de meu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/#i_8098

Pour citer l’article

Colombe SAMOYAULT-VERLET, « CRESSENT CHARLES - (1685-1768) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-cressent/