CHARBONIndustrie charbonnière

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le charbon en France

Le contexte énergétique français

La consommation d'énergie primaire en France a connu une légère progression ces dernières années, passant de 334 millions de tonnes équivalent charbon (1 T.E.C. = 0,7 T.E.P., tonne équivalent pétrole) en 1996 à 394 millions de T.E.C. en 2005, soit une croissance annuelle moyenne de 2 p. 100. L'équilibre entre les énergies évolue : aujourd'hui, le charbon ne représente plus en France que 5 p. 100 de la consommation totale d'énergie primaire, tandis que la part du nucléaire s'élève à près de 35 p. 100. Cette faible part de l'utilisation du charbon est une conséquence du développement important de l'énergie nucléaire et fait de la France un cas atypique dans la répartition entre les différentes énergies. La moyenne mondiale pour le charbon est en effet d'environ 25 p. 100. La part du gaz naturel ne cesse de croître depuis 1970.

Le marché de l'énergie en France se caractérise aussi par la place prise par l'électricité dans l'ensemble de la consommation d'énergie. Cette part atteint aujourd'hui 42 p. 100 de la consommation d'énergie du pays et s'explique par la forte hausse de la production nucléaire depuis la fin des années 1970. L'électricité française est essentiellement produite à partir de l'énergie nucléaire (78 p. 100 en 2005), de l'énergie hydraulique (10 p. 100) et du thermique classique dont le charbon (5 p. 100). En 1980, la répartition était de 25 p. 100 pour le charbon, 24 p. 100 pour les hydrocarbures, 27 p. 100 pour l'hydraulique et 24 p. 100 pour le nucléaire.

Le marché charbonnier français

Le marché charbonnier français ne correspond plus qu'aux importations de houille.

Elles sont stabilisées depuis quelques années aux environs de 20 millions de tonnes (21,5 Mt en 2005). Ces importations concernent du charbon vapeur (65 p. 100), destiné à la production d'électricité, et du charbon à coke (35 p. 100), utilisé pour la sidérurgie. Les cinq principaux pays d'origine sont l'Australie (5,3 Mt), l'Afrique du Sud (4,2 Mt), la Colombie (2,5 Mt), les États-Unis (1,9 Mt) suivis de la Pologne (1,5 Mt).

Quelles sont les utilisations du charbon en France ? Sur une disponibilité de plus de 19 millions de tonnes en 2005, 6,3 Mt, soit 33 p. 100 ont été utilisés pour la production de coke, destiné à la fonderie ou à la sidérurgie. La demande de cette dernière a d'ailleurs beaucoup chuté depuis sa restructuration (la sidérurgie consommait 13 Mt de coke en 1978).

La principale utilisation du charbon reste aujourd'hui la génération d'électricité, en particulier par les deux producteurs principaux : E.D.F. et S.N.E.T. (Société nationale d'électricité et de thermique) ex-filiale de Charbonnages de France (C.D.F.), devenu en 2007 ENDESA-France. Le charbon est l'élément de bouclage dans la production d'électricité française, et son utilisation varie en fonction des conditions climatiques ou des aléas de la production nucléaire et hydraulique. En 2005, 10,4 Mt (soit 54 p. 100 des disponibilités) ont été utilisées à la génération d'électricité, en légère augmentation par rapport aux années antérieures.

Une autre utilisation du charbon en France est la production d'électricité et de vapeur dans l'industrie (environ 12 p. 100 des disponibilités, soit 2,3 Mt). Le volume utilisé est stable depuis plusieurs années.

Enfin, environ moins d'un Mt sont encore à usage domestique, pour le chauffage ou la cuisson des aliments, essentiellement dans les régions à tradition charbonnière comme le Nord - Pas-de-Calais ou la Lorraine. Cette utilisation décroît de 10 p. 100 tous les ans.

La politique charbonnière française

Comme toute l'Europe, la France a été confrontée au déclin de sa production charbonnière et à la fermeture progressive de ses sites de production, pour les raisons précédemment évoquées d'épuisement des gisements et de concurrence des charbons internationaux, produits à bas coût dans des exploitations à ciel ouvert.

Depuis les années 1970, Charbonnages de France a dû régulièrement mettre en place des plans de restructuration qui lui ont permis de s'adapter à la diminution du marché, à un coût supportable pour l'entreprise, ses hommes et la collectivité nationale. Pendant de nombreuses années sa politique a été axée sur une meilleure maîtrise des coûts de l'entreprise, qui a conduit à la fermeture des sites définitivement hors compétitivité et à l'amélioration de la productivité des exploitations disposant encore d'un potentiel de progrès.

En même temps, l'entreprise a mené une action d'industrialisation de ses régions d'implantation, avec un programme de conversion professionnelle du personnel de l'entreprise, qui a permis d'éviter tout licenciement et d'offrir à chaque mineur un nouvel emploi dans un nouveau métier. C'est ainsi que les effectifs des C.D.F. sont passés de 217 000 personnes en 1960, pour une production nationale de 58 Mt, à 61 000 personnes en 1980 (production 21 Mt), à 12 100 personnes à la fin de l'année 1997 et à moins de 2000 personnes en 2004, année de la fermeture de la dernière mine de charbon en France (mine de La Houve en Lorraine).

Les houillères du bassin du Nord et du Pas-de-Calais, qui produisaient 29 Mt en 1960, sont fermées depuis 1990. L'exploitation a également cessé aux houillères de la Loire en 1993. En 1994, la signature du pacte charbonnier a avalisé l'arrêt total de l'extraction du charbon national en 2005, assurant en même temps des garanties sur les acquis sociaux du personnel employé par C.D.F.

La fin de la production nationale ne signifie pas la fin de l'utilisation du charbon en France. Comme dans les autres pays européens qui ont déjà arrêté toute production nationale (Belgique, Pays-Bas, Italie), le charbon importé continuera d'alimenter les centrales électriques, d'être transformé en coke pour produire l'acier de la sidérurgie française ou de produire de la vapeur sur les sites industriels ou tertiaires.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Médias de l’article

Exploitation par découverte

Exploitation par découverte
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Exploitation charbonnière à ciel ouvert

Exploitation charbonnière à ciel ouvert
Crédits : Hans Peter Merten/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Dragline

Dragline
Crédits : Paul Chesley/ Stockbyte/ Getty Images

photographie

Charbonnages polonais

Charbonnages polonais
Crédits : Steven Weinberg/ Stockbyte/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : ingénieur principal du service technique et réglementation aux Charbonnages de France, Paris
  • : ingénieur, délégué aux affaires européennes
  • : ingénieur civil des mines, directeur technique
  • : chargé de mission au service environnement et procédés, Bureau de recherches géologiques et minières

Classification

Autres références

«  CHARBON  » est également traité dans :

CHARBON - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Robert PENTEL
  •  • 791 mots

Après avoir été la principale énergie consommée dans le monde de 1850 à 1950, le charbon est encore aujourd'hui un combustible indispensable. Si, au début du xxie siècle, le pétrole conserve la première place avec plus du tiers du bilan énergétique mondial, le charbon en constitue le quart, devant le gaz naturel, l'ensemble des énergies renouvelables […] Lire la suite

CHARBON - Géologie

  • Écrit par 
  • Robert FEYS
  •  • 2 769 mots
  •  • 3 médias

Toute une série de roches sédimentaires, tourbe, lignite et houille, entre autres, résultent de la transformation d'anciens végétaux terrestres. Les débris de plantes mortes sont normalement détruits à l'air, mais noircissent sous l'eau par l'action de micro-organismes. Les modifications subies au cours de la fossilisation consistent surtout en un enrichissement en carbone aux dépens des autres co […] Lire la suite

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Vanessa CASTEJON, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  •  • 27 374 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Mines, énergie et industrie »  : […] L'Australie-Occidentale est, par excellence, l'État minier du pays dont il assure en valeur, tous minerais confondus, plus du quart de la production nationale. En fait, considérant la structure géologique du pays, les mines sont réparties de façon assez homogène sur l'ensemble du territoire australien, d'autant que l'activité extractive, contrairement à l'agriculture, n'est pas tributaire des alé […] Lire la suite

BERGIUS FRIEDRICH KARL RUDOLF (1884-1949)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 372 mots
  •  • 1 média

Chimiste allemand né à Goldschmieden (près de Breslau, Allemagne) et décédé à Buenos Aires (Argentine). Bergius entreprend des études de chimie à l'université de Breslau où il suit les cours de Ladenburg, puis à Leipzig où il prépare un doctorat qu'il soutient en 1907. Il devient ensuite pendant deux ans assistant successivement de Walther Nernst puis de Fritz Haber à Berlin ; c'est à cette occasi […] Lire la suite

CARBONIFÈRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 1 167 mots

C'est dès le xviii e  siècle que Richard Kirwan a introduit le terme carbonifère pour désigner des roches productrices de charbon et le mot a désigné les dépôts houillers de Grande-Bretagne et d'Europe occidentale à partir du xix e  siècle. Aujourd'hui, le Carbonifère représente un système de l'ère paléozoïque (ère primaire) qui succède au Dévonien (système précédent). Il s'étale de — 359,2 m […] Lire la suite

CHARBONNAGES DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Pierre BERTE
  •  • 593 mots

Les Charbonnages de France sont nés en 1946 de la nationalisation des Houillères de France, pour la plupart déjà intensivement exploitées depuis plus d'un siècle. Depuis leur création jusqu'à leur disssolution en 2007, leur mission a considérablement évolué. De fournisseur de l'énergie principale du pays, l'entreprise est passée à un rôle d'acteur industriel placé sur un marché concurrentiel. Opér […] Lire la suite

CLEVELAND

  • Écrit par 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 1 230 mots
  •  • 3 médias

Cleveland, ville de 385 000 habitants (2016), est située sur la rive sud du lac Érié. Son agglomération, avec 2,056 millions d’habitants, est la deuxième de l’État de l’Ohio (après celle de Cincinnati). Son rang parmi les villes américaines révèle l’histoire de son développement : quarante-cinquième en 1840, elle est classée septième en 1950, puis à nouveau quarante-cinquième en 2010. Cleveland a […] Lire la suite

DORTMUND

  • Écrit par 
  • Antoine LAPORTE
  •  • 814 mots
  •  • 1 média

Dortmund est une ville d’Allemagne, située dans le Land de Rhénanie-du-Nord–Westphalie, qui comptait 580 000 habitants en 2017 . Son agglomération constitue l’extrémité est du bassin minier, industriel et urbain de la Ruhr. La ville, traversée par l’Emscher, affluent du Rhin, se situe à 490 kilomètres de Berlin et à 100 kilomètres de Cologne. On retient de l’histoire de Dortmund deux phases de dév […] Lire la suite

ÉNERGIE - Les ressources

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CHEVALIER, 
  • Daniel CLÉMENT, 
  • François MOISAN, 
  • Jean-Pierre TABET
  •  • 6 340 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les grandes compagnies de l'énergie »  : […] La production, la transformation et l'utilisation de l'énergie, sur une base commerciale, ont donné naissance à une industrie internationale de l'énergie complexe et diversifiée ; producteurs de charbon, électriciens, compagnies gazières, compagnies pétrolières. Ces entreprises, publiques ou privées, sont plus ou moins spécialisées, plus ou moins verticalement intégrées. Elles opèrent sur un marc […] Lire la suite

ÉNERGIE POLITIQUES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CHEVALIER, 
  • Sophie MERITET
  •  • 8 043 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La politique énergétique des États-Unis »  : […] Les États-Unis demeurent au premier rang des plus gros consommateurs d'énergie de la planète en volume et par habitant (10 tep/an/hab.). Représentant moins de 5 p. 100 de la population mondiale, ils consomment 25 p. 100 de l'énergie totale. Les priorités de leur politique énergétique sont centrées sur l'offre, à savoir la diversification des sources d'énergie et la sécurité d'approvisionnement. L […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel BENECH, Pierre BERTE, Jacques BONNET, Robert PENTEL, « CHARBON - Industrie charbonnière », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charbon-industrie-charbonniere/