CHARBONNAGES DE FRANCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Charbonnages de France sont nés en 1946 de la nationalisation des Houillères de France, pour la plupart déjà intensivement exploitées depuis plus d'un siècle. Depuis leur création jusqu'à leur disssolution en 2007, leur mission a considérablement évolué. De fournisseur de l'énergie principale du pays, l'entreprise est passée à un rôle d'acteur industriel placé sur un marché concurrentiel. Opérateur du traitement du charbon, le groupe est intervenu dans toutes les phases de la chaîne charbonnière : extraction, gestion industrielle des mines, maîtrise des métiers de la préparation et de la valorisation des combustibles (notamment production de coke et d'électricité), mais aussi dans la reconstitution d'un tissu industriel sur les anciens sites.

À l'origine, la loi de 1946 crée une fédération d'établissements publics à caractère industriel et commercial : les Houillères du bassin du Nord et du Pas-de-Calais (qui seront fermées en 1990), les Houillères du bassin de Lorraine et sept houillères (Aquitaine, Auvergne, Blanzy, Cévennes, Dauphiné, Loire et Provence) qui seront rassemblées en 1969 au sein des Houillères de bassin du Centre et du Midi. L'ensemble est coordonné à Paris par l'établissement central, Charbonnages de France (C.d.F.), placé sous la tutelle du ministère de l'Industrie.

La production, après une très forte progression (45,4 millions de tonnes en 1947, avec un effectif record de 358 000 personnes) ; 58,9 millions de tonnes en 1958), commence à décliner à partir de 1960. En 1984, elle n'est plus que de 18 millions de tonnes avec l'arrêt définitif de toute embauche (l'effectif étant alors légèrement supérieur à 50 000 personnes). À cette date, l'extraction charbonnière en Europe est affectée d'un déséquilibre structurel en raison, d'une part, de la nature des gisements et de l'épuisement des couches les plus accessibles et, d'autre part, de la concurrence du charbon importé et des autres énergies primaires pour les usages domestiques et industriels (énergie nucléaire et gaz naturel essentiellement). Ensuite, pendant plus de vingt ans, Charbonnages de France a conduit la réduction de son activité avec plusieurs priorités :

– Le devenir du personnel  : le Pacte charbonnier, signé en octobre 1994, a garanti à chaque mineur qui le souhaitait de pouvoir poursuivre sa carrière dans le groupe Charbonnages de France.

– La réhabilitation des anciens sites industriels et miniers à laquelle plus d'1 milliard d'euros ont été consacrés jusqu'en 2007.

– La ré-industrialisation des bassins houillers en facilitant l'implantation de P.M.E.-P.M.I. Pour ce faire, la Société financière pour l'industrialisation des régions minières (Sofirem) et le Fonds d'industrialisation des bassins miniers (F.I.B.M.) ont été créés.

– La cession des activités industrielles rentables, parmi lesquelles la Société nationale d'électricité et de thermique (S.N.E.T), compagnie d'électricité du groupe Charbonnage de France qui avait été créée le 1er janvier 1995 par filialisation des centrales thermiques des houillères.

L'extraction de la dernière tonne de charbon du siège La Houve, en Lorraine, en avril 2004, a mis fin à plus 250 ans d'extraction charbonnière en France. Le 31 décembre 2007, Charbonnage de France a été dissous par décret ministériel.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHARBONNAGES DE FRANCE  » est également traité dans :

CHARBON - Industrie charbonnière

  • Écrit par 
  • Michel BENECH, 
  • Pierre BERTE, 
  • Jacques BONNET, 
  • Robert PENTEL
  •  • 11 876 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La politique charbonnière française »  : […] Comme toute l'Europe, la France a été confrontée au déclin de sa production charbonnière et à la fermeture progressive de ses sites de production, pour les raisons précédemment évoquées d'épuisement des gisements et de concurrence des charbons internationaux, produits à bas coût dans des exploitations à ciel ouvert. Depuis les années 1970, Charbonnages de France a dû régulièrement mettre en place […] Lire la suite

PATRIMOINE MINIER EN EUROPE

  • Écrit par 
  • Louis BERGERON
  •  • 2 673 mots

Dans le chapitre « Le débat autour du patrimoine minier »  : […] L'image du passé est loin d'être négative, dans les anciens bassins miniers, dans le cœur de populations qui ont souvent racheté et désormais transmettent leurs maisons à leurs héritiers. Traditionnellement elles entretiennent une réelle fierté d'un métier qui est toujours apparu à la fois comme très dur mais aussi comme réellement « qualifiant » et, parfois même, comme héroïque. Le lourd héritage […] Lire la suite

Les derniers événements

23 avril 2004 France. Fermeture de la dernière mine de charbon

Les quatre mille deux cent soixante-cinq mineurs encore en activité dans le pays procéderont au démantèlement et à la mise en sécurité des deux cent soixante et une concessions encore détenues par Charbonnages de France, avant la disparition de l'entreprise publique programmée pour l'horizon 2008. La France a consommé, en 2003, 13,5 millions de tonnes de charbon importé. […] Lire la suite

29-31 mars 1984 France. Présentation du plan de restructuration industrielle

Pour Charbonnages de France (C.D.F.), dont le conseil d'administration arrête, le 2, le projet d'entreprise pour les cinq années à venir (1984-1988), l'aide globale de l'État est maintenue à 6,5 milliards de francs pour la durée du IXe plan. Un accord avec Électricité de France (E.D.F.) prévoit le transfert de mille jeunes mineurs par an en moyenne à E. […] Lire la suite

13 novembre 1983 France. Démission du président communiste des Charbonnages de France

, donne sa démission de la présidence des Charbonnages de France (C.D.F.) qu'il occupait depuis février 1982. Cette démission met en lumière le désaccord entre les communistes et le gouvernement sur la politique charbonnière. La gauche se trouve en effet confrontée à l'échec de la politique de relance annoncée en 1981 : malgré une aide de l'État de 6,5 milliards de francs en 1983, le déficit de C. […] Lire la suite

2-18 février 1982 France. Entrée en vigueur des nationalisations

) président des Charbonnages de France. Sont également nommés les présidents des caisses chargées de gérer les titres des entreprises nationalisées (Jean Pronteau à la Caisse nationale de l'énergie, Jacques Maroselli à la Caisse nationale des banques, Jacques Piette à la Caisse nationale de l'industrie). Michel Rolant, secrétaire national de la C.F. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BERTE, « CHARBONNAGES DE FRANCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charbonnages-de-france/