Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHANSON DE GESTE

Chanson de geste - crédits : AKG-images

Chanson de geste

Les chansons de geste, chansons d'histoire romancée, sont des poèmes qui narrent les hauts faits, les guerres, les drames imaginaires et les légendes pieuses d'illustres personnages historiques ou inventés. Composées par des trouvères, dont on vante parfois le savoir et la noble naissance, colportées par des jongleurs qui hantent les palais et battent l'estrade, les quelque quatre-vingts chansons conservées constituent l'ensemble le plus important de la littérature française des origines.

La genèse

Les doctrines

Les plus anciennes des chansons connues remontent à la fin du xie et au xiie siècle. Visiblement remaniées, contenant des allusions à des chants inconnus, elles ne sont pas les premières qui aient été écrites ou chantées. Comme elles célèbrent des hommes morts depuis longtemps, on a cru qu'elles venaient de loin, voire que leur matière devait remonter au temps de Charlemagne et de Clovis. De savantes expéditions furent donc organisées pour repérer les sources du fleuve épique et pour en tracer le cours souterrain. L'enquête fut longue et admirable. Elle ne ramena que des queues de poisson, des « souffles épiques », des allusions à des vulgaria et à des barbara et antiquissima carmina, dont on ignorait le contenu. En fait, au-delà du xie siècle, c'était l'« universel silence » des siècles et des scribes.

On expliqua ce silence, que la raison ne saurait admettre, par la mystique du génie populaire. Si les chants s'étaient perdus, c'est qu'ils étaient les créations spontanées d'une légion de rhapsodes incultes, qui se transmettaient de bouche à oreille et de siècle en siècle, les souvenirs et les gesta des héros. C'est donc de l'amalgame d'une foule de cantilènes que se seraient formées, par une sorte de processus darwinien, les chansons qui paraissent au bout d'une nuit trois ou cinq fois séculaire.

Apparemment décousues, elles furent mises en pièces afin qu'elles avouent, par leurs incohérences et par leurs disparates, le fait de la composition collective, leurs naissances latentes, leurs transferts, leurs collages. Complaisantes et évasives, elles avouèrent tout ce qu'on leur demanda, sans jamais parvenir à nous fixer sur leurs obscurs berceaux et sur leurs asiles mouvants. Le temps viendra où ces mêmes chansons raconteront à d'autres savants qu'elles étaient nées au xie siècle seulement, ou bien qu'elles lisaient le latin de Stace et de Virgile.

Les théories des origines lointaines, populaires, germaniques régnèrent pendant tout le xixe siècle. Entrées en crise au commencement du xxe siècle, qui en fit table rase, elles nous sont revenues avec le néo-traditionalisme. Le débat génétique continue à tourner en rond, ou en des cercles qui ont fâcheusement tendance à se révéler vicieux. Les archives ne gardent que des chartes douteuses et des témoignages tardifs. La chanson reconnaît qu'elle n'est pas proles sine matre creata, mais elle ignore toujours ses ancêtres. Elle nous rappelle que, somme toute, elle n'est qu'une chanson. Elle ne peut nous livrer que les médiocres ou beaux mensonges de tout fait poétique.

Les faits

Plusieurs centaines de milliers de vers, des poèmes d'inégale valeur, d'inégale étendue : le phénomène de l'épopée française est trop complexe pour s'accommoder de tel ou tel système unitaire. Des légendes sortant de tous côtés, les innombrables épisodes d'une guerre permanente, quelques chefs-d'œuvre, le fatras des dilatations romanesques, le sublime mêlé au grossier : il est impossible de serrer dans une formule, dans un schème préétabli, les créations fort diverses d'un genre poétique dont l'histoire commence au xie siècle et dont la vogue se perpétue pendant quatre siècles, jusqu'aux déchéances de la mise en prose. Il n'en reste pas moins[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : recteur de l'université de Venise, docteur honoris causa de la Sorbonne et de l'université de Grenoble

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Chanson de geste - crédits : AKG-images

Chanson de geste

Autres références

  • AIMERI ou AYMERI DE NARBONNE

    • Écrit par Edina BOZOKY
    • 267 mots

    Personnage des chansons de geste ; baron de Charlemagne. Aimeri n'est pas un personnage historique ; sa légende est d'origine méridionale. Les chansons d'Aimeri constituent un groupe distinct à l'intérieur du cycle de Guillaume d'Orange, l'un des fils d'Aimeri. La première...

  • ALISCANS

    • Écrit par Daniel POIRION
    • 262 mots

    Cette chanson de geste de huit mille cinq cents décasyllabes apporte une version remaniée des épisodes chantés dans la deuxième partie de La Chanson de Guillaume. Le titre fait allusion au champ de bataille où meurt Vivien : ce n'est plus l'Archamp de Catalogne, mais la célèbre nécropole d'Arles....

  • ASPREMONT

    • Écrit par Daniel POIRION
    • 299 mots

    Chanson de geste de plus de onze mille vers décasyllabes rimés, mêlés d'alexandrins, qui célèbre les exploits de Charlemagne et du jeune Roland, dans le sud de l'Italie (elle tire son nom du massif d'Aspromonte en Calabre). Les armées ont en effet franchi les Alpes pour venir s'opposer au...

  • AYMON LES QUATRE FILS

    • Écrit par Daniel POIRION
    • 302 mots

    Chanson de geste de dix-huit mille vers, désignée aussi par le nom du héros principal, Renaut de Montauban. Elle raconte les conflits qui opposent Charlemagne à quatre barons révoltés, les fils d'Aymes de Dordone : Renaut, Alart, Guichart et Richart. À l'origine de cette révolte, qui exploite le thème...

  • Afficher les 27 références

Voir aussi