Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHANGE L'intégration monétaire européenne

L'intégration monétaire est une situation où plusieurs économies – entre lesquelles la mobilité des capitaux est parfaite – ont soit des monnaies liées entre elles par des taux de change fixes, soit une monnaie unique (union monétaire). Mais l'expression est aussi utilisée pour désigner le processus – plus ou moins long – au cours duquel l'intégration est en voie de réalisation. La fixité des taux de change et la mobilité des capitaux sont alors loin d'être parfaites et, a fortiori, on est loin de la monnaie unique, mais ce sont des objectifs plus ou moins clairement affichés. Dans tous les cas, l'intégration monétaire renvoie à la stabilité des taux de change et est associée à une perte plus ou moins grande d'autonomie de la politique monétaire nationale.

On peut faire remonter l'histoire moderne de l'intégration monétaire européenne au xixe siècle. En 1865, la constitution de l'Union monétaire latine – à laquelle participent la Belgique, la Bulgarie, la France, la Grèce et la Suisse – répond déjà à la volonté d'établir une zone de stabilité des changes en Europe. Cet objectif ressurgit entre les deux guerres mondiales quand s'imposent les changes flexibles et l'instabilité monétaire qui les accompagne. Mais, plus raisonnablement, c'est à la fin de la Seconde Guerre mondiale qu'il faut revenir. De grands hommes politiques européens tirent alors les leçons de la crise des années 1930 et des conflits qui ont dévasté l'Europe, afin d'éviter que de tels événements se reproduisent. Le projet d'intégration européenne est donc animé, dès le début, par des motivations autant politiques – empêcher le retour de la guerre en réconciliant durablement France et Allemagne – qu'économiques – réinsérer l'Europe au sein de l'économie internationale d'après guerre. Il en sera toujours ainsi par la suite. Même si l'économique semble jouer le rôle intégrateur, la dimension politique reste au cœur de la dynamique européenne.

Les explications de l'intégration monétaire européenne privilégient l'une ou l'autre de ces deux dimensions. Dans les approches centrées sur les facteurs économiques, elle est la conséquence de l'intégration des marchés des biens – la réduction des obstacles tarifaires et non tarifaires dans le cadre du Marché commun a alors un rôle décisif – ou des capitaux – qui vient limiter les marges de manœuvre de la politique monétaire. Les approches privilégiant le politique insistent sur la politique intérieure – plus précisément sur l'uniformisation des préférences et des idées des responsables européens en matière de politique économique –, sur les compensations politiques et fonctionnelles – tout particulièrement entre la France et l'Allemagne – ou encore sur la politique étrangère – avec la volonté de faire contrepoids à la puissance des États-Unis (Henning, 1998). En réalité, tous ces facteurs sont étroitement imbriqués et il est bien difficile de les démêler. Dans ces conditions, mieux vaut suivre le fil de l'histoire.

L'Europe dans le système de Bretton Woods

L'idée d'une Europe unie naît simultanément dans beaucoup de lieux différents. Dans les années qui suivent immédiatement la Seconde Guerre mondiale, elle s'exprime avec force en Europe même – où, par exemple, Winston Churchill appelle de ses vœux en 1947 « les États-Unis d'Europe » – mais aussi aux États-Unis – où l'Administration et le Congrès apparaissent entièrement acquis à la cause d'une Europe unifiée (Marjolin, 1999). Sans se prononcer sur le poids des uns et des autres, on s'accorde pour dire que le Plan Marshall a joué un rôle décisif dans le démarrage du processus d'intégration de l'Europe occidentale.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Christian BORDES. CHANGE - L'intégration monétaire européenne [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

Serpent monétaire - crédits : Encyclopædia Universalis France

Serpent monétaire

Cours pivots : marges - crédits : Encyclopædia Universalis France

Cours pivots : marges

Franc : évolution du cours - crédits : Encyclopædia Universalis France

Franc : évolution du cours

Autres références

  • CHANGE, notion de

    • Écrit par et
    • 1 786 mots

    Au xiie siècle, lors des grandes foires de Champagne, les commerçants venus d'horizons divers avaient recours aux changeurs, qui procédaient à la conversion des différentes monnaies en circulation. Ce n'est toutefois qu'à l'époque de la Renaissance que les banquiers d'Italie du Nord réunirent les fonctions...

  • BÂLE ACCORDS DE (1972)

    • Écrit par
    • 303 mots

    Le 24 avril 1972, les accords monétaires de Bâle sont signés. Ils mettent en place l'une des propositions du plan rédigé par l'équipe réunie autour de Pierre Werner, Premier ministre luxembourgeois de l'époque, proposant de parvenir par étapes à la création d'une Union économique et monétaire....

  • ACCORDS DE BRETTON WOODS

    • Écrit par
    • 286 mots
    • 1 média

    Le système monétaire mis en place à Bretton Woods en 1944 répond, pour les Américains, à la volonté d'éviter les crises monétaires, dont on pensait qu'elles avaient entraîné le protectionnisme, le nationalisme, la guerre. Le système se présente comme un retour à l'étalon or qui, avec un système de...

  • AN ENQUIRY INTO THE NATURE AND EFFECTS OF THE PAPER CREDIT OF GREAT BRITAIN, Henry Thornton - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 032 mots
    Thornton décrit le mécanisme d'arbitrage dit « des points d'entrée et de sortie de l'or » et démontre comment, lorsque la convertibilité des billets en or est suspendue, un déficit de la balance des paiements provoque une baisse sensible du taux de change qui fait monter le prix...
  • ANTICIPATIONS, économie

    • Écrit par
    • 6 072 mots
    • 4 médias
    – Dans le monde contemporain où prédominent les changes flottants – même s'il existe des zones de stabilité des changes voire d'intégration monétaire forte (exemple de la zone euro) – et où les banques centrales interviennent largement pour gérer le flottement, les anticipations...
  • Afficher les 53 références