Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHANGE L'intégration monétaire européenne

À la recherche de la stabilité des changes

Face à la détérioration du système de Bretton Woods, des initiatives sont prises pour constituer une zone de stabilité des changes en Europe. La première – le plan Werner – est très ambitieuse, puisque le Conseil de la Communauté européenne ratifie, en 1971, un plan pour la réalisation, en 1980, de l'union économique et monétaire, un programme qui sera abandonné quelques années après. Les deux suivantes – le serpent monétaire et le Système monétaire européen – sont en retrait, même si c'est dans ce contexte qu'est créée l'unité de compte européenne (European Currency Unit, E.C.U.), qui peut être considérée comme le précurseur de l'euro. Elles se limitent à la recherche de la stabilité des changes alors qu'existent encore dans la plupart des pays des mesures de contrôle des mouvements de capitaux.

Le plan Werner

Le rapport Werner, présenté le 8 octobre 1970, tient compte à la fois de la thèse économique et de la thèse monétaire, en posant comme affirmation du principe de faire progresser parallèlement l'intégration monétaire et la convergence des politiques économiques. Walter Hallstein qualifie à ce propos le rapport de « compromis entre les deux tendances, avec un léger penchant vers la thèse économiste ». Il définit ainsi la notion d'union monétaire : « Une union monétaire implique à l'intérieur la convertibilité totale et irréversible des monnaies, l'élimination des marges de fluctuation des cours de change, la fixation irrévocable des rapports de parité et la libération totale des mouvements de capitaux. » Et d'ajouter : « L'union économique et monétaire permettra de réaliser une zone à l'intérieur de laquelle les biens et les services, les personnes et les capitaux circuleront librement et sans distorsions de concurrence, sans pour autant engendrer des déséquilibres structurels ou régionaux. »

Le rapport Werner prend également en compte l'indispensable transfert de compétences du national vers le communautaire, grâce à l'initiative institutionnelle de la mise en place d'un système communautaire des banques centrales. Un rôle de plus en plus important est prévu pour le Comité des gouverneurs des banques centrales en matière de coordination de la politique monétaire et du crédit. Il doit en particulier définir en ce domaine les orientations générales de la Communauté. Il doit pouvoir adresser des avis et des recommandations aux banques centrales des pays membres et donner des avis au Conseil et à la Commission.

Le rapport Werner prévoit, en fonction d'un « horizon temporel », que l'U.E.M. soit réalisée progressivement, par étapes :

– La première étape (1970-1971) devrait voir s'accélérer l'intégration des marchés financiers, notamment par l'accroissement des mouvements de capitaux. En conséquence de quoi, obligation est faite aux États d'adopter des mesures d'harmonisation fiscale. En ce qui concerne la coordination des politiques économiques, il est proposé de mettre en place un système d'indicateurs d'alerte, afin de rendre plus efficace la coordination des politiques conjoncturelles. De plus, les grandes orientations à moyen terme en matière de politique budgétaire doivent être définies en commun.

– La deuxième étape (1972-1975), jugée « décisive », doit être « principalement consacrée à assurer la convergence des évolutions économiques des pays membres et à amorcer la formation d'un ensemble monétaire individualisé ». Pour ce faire, les lignes directrices de la politique économique globale sont définies en commun, en fixant spécifiquement les orientations de la politique conjoncturelle et budgétaire. Au niveau monétaire, il est prévu une limitation à 1 p. 100 des écarts de cours entre les monnaies des pays membres. Au terme[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Christian BORDES. CHANGE - L'intégration monétaire européenne [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

Serpent monétaire - crédits : Encyclopædia Universalis France

Serpent monétaire

Cours pivots : marges - crédits : Encyclopædia Universalis France

Cours pivots : marges

Franc : évolution du cours - crédits : Encyclopædia Universalis France

Franc : évolution du cours

Autres références

  • CHANGE, notion de

    • Écrit par et
    • 1 786 mots

    Au xiie siècle, lors des grandes foires de Champagne, les commerçants venus d'horizons divers avaient recours aux changeurs, qui procédaient à la conversion des différentes monnaies en circulation. Ce n'est toutefois qu'à l'époque de la Renaissance que les banquiers d'Italie du Nord réunirent les fonctions...

  • BÂLE ACCORDS DE (1972)

    • Écrit par
    • 303 mots

    Le 24 avril 1972, les accords monétaires de Bâle sont signés. Ils mettent en place l'une des propositions du plan rédigé par l'équipe réunie autour de Pierre Werner, Premier ministre luxembourgeois de l'époque, proposant de parvenir par étapes à la création d'une Union économique et monétaire....

  • ACCORDS DE BRETTON WOODS

    • Écrit par
    • 286 mots
    • 1 média

    Le système monétaire mis en place à Bretton Woods en 1944 répond, pour les Américains, à la volonté d'éviter les crises monétaires, dont on pensait qu'elles avaient entraîné le protectionnisme, le nationalisme, la guerre. Le système se présente comme un retour à l'étalon or qui, avec un système de...

  • AN ENQUIRY INTO THE NATURE AND EFFECTS OF THE PAPER CREDIT OF GREAT BRITAIN, Henry Thornton - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 032 mots
    Thornton décrit le mécanisme d'arbitrage dit « des points d'entrée et de sortie de l'or » et démontre comment, lorsque la convertibilité des billets en or est suspendue, un déficit de la balance des paiements provoque une baisse sensible du taux de change qui fait monter le prix...
  • ANTICIPATIONS, économie

    • Écrit par
    • 6 072 mots
    • 4 médias
    – Dans le monde contemporain où prédominent les changes flottants – même s'il existe des zones de stabilité des changes voire d'intégration monétaire forte (exemple de la zone euro) – et où les banques centrales interviennent largement pour gérer le flottement, les anticipations...
  • Afficher les 53 références