HIMALAYENNE CHAÎNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La structure de la chaîne

Le style de la déformation

La déformation de la chaîne himalayenne est caractérisée, pour l'essentiel, par l'existence de grands chevauchements qui cisaillent toute la croûte continentale. Ceux-ci font parfois remonter en surface le manteau supérieur, et leurs flèches dépassent couramment 100 kilomètres. Le style de la déformation associée varie considérablement.

Dans les parties profondes, la déformation est ductile, contemporaine d'un métamorphisme qui atteint le faciès amphibolite (avec du grenat, du disthène et de la sillimanite). Les roches sont alors transformées sur plusieurs kilomètres d'épaisseur en micaschistes et en gneiss, typiques de la Haute Chaîne. Ceux-ci sont caractérisés par une foliation et par une linéation d'allongement (direction d'étirement du matériau). Dans les sédiments sus-jacents moins métamorphisés, la foliation passe à une schistosité. Par contre, vers le bas, il arrive souvent que les roches les plus métamorphiques aient fondu ; il se forme alors des granites clairs, particuliers, appelés leucogranites, qui se présentent en gros massifs (par exemple au Makālu, 8 470 m, ou au Manāslu, 8 125 m), ou bien apparaissent en filons généralement déformés par étirement (« boudinage »).

Dans les parties plus superficielles, les séries sédimentaires sont plissées avec une intensité qui dépend de leur situation dans la chaîne et avec un style qui varie avec la nature des roches. Les plis les plus simples se trouvent au pied et en avant de la Haute Chaîne, dans les Siwāliks, et dans leur prolongement au Pakistan. Là, les sédiments cénozoïques continentaux (comme ceux de couleur rouge de la région de Murree au Pakistan) qui ont été formés par suite de l'érosion de la chaîne en formation, sont affectés par des grands plis visibles sur des photographies prises par des satellites ; ces plis sont jeunes (moins de 10 millions d'années) et ils continuent à se former. On retrouve des séries plissées, toujours bien visibles sur des photographies spatiales, au nord de la Haute Chaîne, au Tibet et au Ladakh, mais le plissement est beaucoup plus intense (une schistosité est souvent présente) et plus complexe. Il affecte des séries allant du Paléozoïque inférieur à l'Éocène ; il est probablement polyphasé.

Entre ces deux régions plissées, la partie métamorphique de la chaîne est caractérisée par une absence apparente de plissement ; en fait, celui-ci a un style très particulier, et il est masqué par le développement de la foliation ; seuls des plis tardifs, tels ceux de l'Annapurna, déversés vers le nord, sont bien visibles.

Les grands chevauchements

La carte de la figure et les coupes de la figure 7 montrent la géométrie d'ensemble de ces chevauchements. Si certains fonctionnent encore actuellement, la plupart, plus ou moins anciens, sont « fossiles ». Sur la coupe transversale du Népal, on peut assez bien préciser leurs époques de formation ; ils sont d'autant plus jeunes qu'ils sont plus méridionaux. Cela correspond à la progression de la chaîne vers le sud après la collision. La plupart des grands chevauchements ont reçu une dénomination internationale que nous conservons ici (en anglais, chevauchement : thrust).

Chevauchement entre Himalaya et Tibet

Dessin : Chevauchement entre Himalaya et Tibet

Carte structurale des principaux grands chevauchements de l'Himalaya et du Tibet (les traits repérés par a, b, c et d correspondent à la trace des coupes de la figure suivante, intitulée Chevauchements). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le Main Boundary Thrust (M.B.T.), situé au front de la chaîne, est considéré comme un grand chevauchement actif ; il se manifeste périodiquement par des tremblements de terres catastrophiques, accompagnés par des ruptures de surface en faille inverse. Il a provoqué le plissement des dépôts récents des Siwāliks. On considère qu'il se prolonge à grande profondeur, où, en raison de la température, la déformation devient ductile, et, par conséquent, son fonctionnement devient asismique.

Le Main Central Thrust (M.C.T.) qui apparaît au cœur même de la chaîne est sans conteste le plus beau chevauchement connu. Il amène des terrains très métamorphiques (gneiss et micaschistes) sur des terrains schisteux, beaucoup moins métamorphiques, du moyen Himalaya. Il est particulièrement spectaculaire sur les flancs du massif de l'Annapurna. La région de Kātmāndu, au Népal, appartient à une spectaculaire « klippe » liée à ce chevauchement ; celui-ci permet de montrer que la flèche du M.C.T. dépasse 100 kilomètres. Le M.C.T. a probablement fonctionné entre − 25 et − 15 Ma.

Le Main Mantle Thrust (M.M.T.) a été défini au Pakistan au front de l'arc du Kohistān. Il amène des roches du manteau [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Himalaya : morphologie générale

Himalaya : morphologie générale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Le K2 ou Chorogi (Himalaya)

Le K2 ou Chorogi (Himalaya)
Crédits : De Agostini Picture Library/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Mouvements relatifs entre l'Eurasie, l'Inde et l'Afrique

Mouvements relatifs entre l'Eurasie, l'Inde et l'Afrique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Sutures ophiolitiques entre Paléo-Eurasie et Inde

Sutures ophiolitiques entre Paléo-Eurasie et Inde
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  HIMALAYENNE CHAÎNE  » est également traité dans :

ALPINES CHAÎNES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 4 539 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'état présent des chaînes alpines »  : […] L'ensemble des chaînes alpines, des Caraïbes à l'Indonésie, n'est certainement pas au même stade d'évolution. Dans l'ensemble, jusqu'au Paléogène (35 Ma), il n'y eut qu'un continent septentrional de l'Amérique du Nord à l'Eurasie, tandis que le continent méridional du Gondwana s'était séparé bien avant en de nombreux fragments : Amérique du Sud, Afrique, Arabie, Inde, Australie (et Antarctique). I […] Lire la suite

CÉNOZOÏQUE

  • Écrit par 
  • Marie-Pierre AUBRY
  •  • 7 576 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les zones de subduction »  : […] La « ceinture de feu » du Pacifique, connue pour ses fréquents séismes (San Francisco, 1906 ; Kobe 1995 ; Sumatra, 2004 ; Pérou, 2007), encercle l'océan Pacifique. Comprenant des fosses océaniques profondes, des arcs volcaniques et des chaînes montagneuses, elle résulte du mouvement de plaques océaniques et de leurs collisions. L'éruption du mont Saint-Helens (État de Washington) en 1980, celle d […] Lire la suite

INDE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe CADÈNE, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Georges MASCLE
  •  • 16 377 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les montagnes du Nord »  : […] L'Inde ne comprend de vastes parties de montagnes himalayennes qu'aux extrémités orientale et occidentale. Au centre, le Népal, le Bhoutan et le Sikkim atteignent les confins de la plaine du Gange. C'est au nord-ouest que le territoire sous contrôle indien s'enfonce le plus profondément dans la zone montagneuse ; dans le Pendjab montagneux, l'Himachal Pradesh et le Cachemire indien, on retrouve l […] Lire la suite

MONTAGNES - Formation des chaînes de montagnes

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Maurice MATTAUER, 
  • Jacques-Louis MERCIER
  •  • 11 321 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'exemple de l'Himalaya-Tibet »  : […] Pour analyser ces déformations intracontinentales, nous reprendrons l'exemple de l'Himalaya- Tibet examiné ci-dessus. Nous avons vu que de grands chevauchements se forment dans la marge nord-indienne à la suite de la collision continentale. Le raccourcissement qui en résulte, estimé à moins de 1 000 kilomètres, ne suffit toutefois pas à absorber tout le déplacement de l'Inde vers le nord. Le rest […] Lire la suite

ROCHES (Déformations) - Charriages et chevauchements

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 3 203 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les charriages dans l'espace et dans le temps »  : […] Si les chevauchements sont présents dans toutes les chaînes de montagnes, les charriages se rencontrent essentiellement dans les chaînes de collision dont l'exemple est fourni par les chaînes alpines issues de la Téthys, cet océan aujourd'hui disparu qui séparait, pendant le Secondaire et le Tertiaire ancien, l'ensemble des continents aujourd'hui septentrionaux des continents aujourd'hui méridion […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice MATTAUER, Jacques-Louis MERCIER, « HIMALAYENNE CHAÎNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chaine-himalayenne/