FILONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Corps mis en place ou apparu dans une cassure ou fissure des roches, le filon est morphologiquement assimilable en général à une plaque ou lame à faces parallèles, et son contenu, dit caisse filonienne, n'a pas la même composition que les roches environnantes, dites encaissantes.

Un filon est défini et caractérisé par son allure générale, son plan sagittal, sa direction ou orientation, sa longueur, sa largeur ou puissance, son pendage, la nature de sa caisse et celle de ses épontes, ces dernières étant les parties de l'encaissant directement au contact du filon.

On connaît des filons simples, des filons se relayant l'un l'autre, des trains filoniens (composés d'un filon maître, ou principal, de ses satellites de même direction que lui et d'échappées de directions différentes), etc. Le tracé d'un filon peut être rectiligne ou apparaître au contraire comme constitué par des segments diversement orientés lui donnant une allure générale en ligne brisée, chaque changement d'orientation pouvant alors soit correspondre à une réfraction du filon là où celui-ci passe d'une formation lithologique ou pétrographique à une autre, différente, soit souligner un point de faiblesse tectonique préexistant (intersection avec faille antérieure, joints de cisaillement, « nœud » tectonique...). Le plan sagittal est celui qui contient le filon. La longueur est la distance selon laquelle le filon a été suivi ou reconnu, tant en surface (sur le terrain, sur photographies aériennes) qu'en profondeur (dans les travaux miniers, à la faveur de sondages mécaniques ou géophysiques) : dans la sierra Nevada (États-Unis), un filon aurifère est ainsi connu, avec des interruptions certes, sur 112 kilomètres de longueur. Entre la caisse filonienne et ses épontes, il existe généralement une passée argileuse : la salbande, due au caractère tectonique (broyage) de la fracture originelle, avec fréquents glissements.

Quant à la caisse elle-même, elle correspond soit au remplissage d'une fracture (faille, diaclase) ouverte, soit au remplacement (substitution) de la r [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : docteur ès sciences, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  FILONS  » est également traité dans :

ÉLÉMENTS NATIFS

  • Écrit par 
  • Guy ROGER
  •  • 2 059 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Or »  : […] Les gisements d'or peuvent être divisés en quatre groupes : – filons associés à des plutons granitiques ; – concentrations détritiques ; – gisements dans des terrains métamorphiques ; – gisements dans des roches magmatiques. La genèse de ces deux derniers types de gisements est controversée. […] Lire la suite

FLUORURES NATURELS

  • Écrit par 
  • Guy ROGER
  •  • 1 282 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Gisements »  : […] Le mode de gisement le plus courant est filonien, de basse température. La fluorine, en général associée à de la barytine et à du quartz, peut servir de gangues ou être accompagnée de minerais plombozincifères et argentifères. D'importants gisements filoniens se trouvent dans le Harz. En France, les filons sont particulièrement nombreux dans le Massif central (gîtes du Beix dans le Puy-de-Dôme, du […] Lire la suite

GANGUE

  • Écrit par 
  • Yannick LOZAC'H
  •  • 328 mots

L'origine de ce terme remonte au mot allemand Gang , qui veut dire filon. La gangue comprend généralement tous les minéraux d'un gîte métallifère qui, d'une part, diffèrent de ceux de la roche encaissante et qui, d'autre part, ne sont pas recherchés par l'exploitant. Pour certains auteurs, cette notion de gangue rejoint plus ou moins la notion de « stérile » employée par le mineur et qui désigne t […] Lire la suite

GÉODES ou DRUSES

  • Écrit par 
  • Yannick LOZAC'H
  •  • 233 mots

Ce sont des cavités rocheuses de taille très variable (du millimètre au mètre) sur les parois desquelles se sont formés des agrégats de cristaux en excroissance. Les cristaux ont pris naissance à partir de germes cristallins situés sur les parois des cavités ; plus tard, gênés dans leur développement, ils n'ont pu s'accroître que dans une direction de l'espace souvent normale aux parois, suivant l […] Lire la suite

LAMPROPHYRES

  • Écrit par 
  • D. VELDE
  •  • 1 349 mots

Le pétrographe allemand C. W. von Gümbel, en 1879, trouva à côté de dolérites des roches brillantes, riches en mica, à structure variable, en filons étroits et longs. Pour désigner ces roches brillantes, il proposa le terme lamprophyre (du grec lampros , brillant). Les lamprophyres sont des roches filoniennes, caractérisées par la présence, dans une pâte (mésostase) microgrenue ou aphanitique, de […] Lire la suite

MÉTAUX - Gisements métallifères

  • Écrit par 
  • Marie-José PAVILLON
  •  • 7 825 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les concentrations liées à la tectonique »  : […] Un dépôt minéralisé stratiforme soumis à des déformations souples (plissements, flexures) se déforme, recristallise ; il se produit des laminages avec dépôt aminci dans les flancs inverses, et des concentrations dans les charnières s'il s'agit de plis plus ou moins déversés, des laminages s'il s'agit de flexures. Dans le cas d'une tectonique cassante, les fractures ouvertes sont des lieux de choix […] Lire la suite

MÉTAUX - Métallogénie

  • Écrit par 
  • Guy TAMAIN
  •  • 4 298 mots

Dans le chapitre « Contrôles et guides »  : […] L' apparition d'une concentration minérale anormalement élevée au point de vue géochimique, la situation même d'un gisement métallifère, etc., sont toujours en relation avec certains faits géologiques spécifiques, dits contrôles. Ces contrôles sont de nature, d'ordre, d'importance différents et variés. Certains n'ont qu'une valeur plus ou moins locale et ne s'appliquent qu'à un district minier, ou […] Lire la suite

MINES, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Claude DOMERGUE
  •  • 12 790 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Prospection »  : […] Les techniques de prospection sont faites d'une somme de constatations empiriques reposant sur l'observation. Pline en a recensé certaines dans les livres XXXIII et XXXIV de son Histoire naturelle  : présence du fer signalée par la couleur rouille des affleurements, de la cassitérite (minerai d'étain) par le poids et la couleur noire des graviers, de l'or par son éclat dans les sables des rivières […] Lire la suite

OPHIOLITES

  • Écrit par 
  • Michelle ERNEWEIN, 
  • Hubert WHITECHURCH
  •  • 3 836 mots

Dans le chapitre « Les différentes unités lithologiques d'un complexe ophiolitique »  : […] Un assemblage ophiolitique stricto sensu peut être divisé en deux parties, une séquence mantellique surmontée d'une séquence crustale . La séquence mantellique , souvent épaisse (jusqu'à 12 km), est constituée de roches magnésiennes, les péridotites. Dans la plupart des ophiolites, il s'agit de harzburgites et de dunites, plus rarement de lherzolites et de dunites. Ces péridotites sont appelées t […] Lire la suite

PLOMB

  • Écrit par 
  • Claude FOUASSIER, 
  • Michel PÉREYRE, 
  • Michel RABINOVITCH, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 741 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Gisements filoniens ou en amas directement associés à une intrusion acide »  : […] Les gisements de ce type sont de loin les plus nombreux et les plus anciennement prospectés et exploités. En général, ils sont de petite dimension : les réserves des gisements individuels sont souvent inférieures au million de tonnes de minerai ; toutefois, certains districts pris dans leur ensemble dépassent largement les 10 millions de tonnes. Ils comportent fréquemment des métaux rares « valori […] Lire la suite

SULFURES ET SULFOSELS NATURELS

  • Écrit par 
  • Roland PIERROT, 
  • Guy ROGER
  •  • 6 119 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Gisements associés à des plutons granitoïdes »  : […] De nombreux gîtes filoniens ou en amas sont en relation spatiale plus ou moins étroite avec des plutons acides (granites, granodiorites, monzonites, par exemple). Cette observation est à l'origine de l'hypothèse « hydrothermaliste », selon laquelle ces minéralisations auraient été déposées par des solutions hydrothermales provenant d'une différenciation magmatique, et qui a été appliquée de façon […] Lire la suite

TRIPLITE

  • Écrit par 
  • Guy TAMAIN
  •  • 224 mots

Minéral de couleur brun sombre (rose saumon dans les variétés riches en manganèse) devenant noir de poix par altération, la triplite doit son nom à la présence de trois clivages. Elle cristallise dans le système monoclinique en éléments grossiers. La triplite a pour formule chimique : P 2 O 5 ,3 RO,R(F,OH) 2 , où R = Fe, Mn. Le fer Fe et le manganèse Mn se substituent mutuellement, (OH) peut égale […] Lire la suite

URANINITE

  • Écrit par 
  • Philippe ROSSI
  •  • 560 mots

L'uraninite est le principal minerai d'uranium et de radium et doit son nom au premier de ces métaux. C'est un dioxyde d'uranium, mais, dans la nature, celui-ci est plus ou moins oxydé, et, de ce fait, sa composition varie entre deux pôles : UO 2 et UO 3 . Le trioxyde serait dû, en partie, à une auto-oxydation résultant du fait que les processus radiogéniques maintiennent le minéral à une tempéra […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy TAMAIN, « FILONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/filons/