CENTROSPERMALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Relations phylogénétiques

Les types primitifs (Chénopodiacées, Amarantacées) présentent de nombreuses affinités avec les Urticales (ortie) : l'inflorescence en cyme contractée, le périanthe simple, les étamines parfois recourbées dans le bouton et face aux pièces périanthaires, l'ovaire supère uniloculaire et uniovulé, les akènes entourés d'un périanthe accrescent sont autant de caractères communs.

Pour Emberger (1960), les Centrospermales dérivent d'un type « urtical » primitif, ce qui justifie leur classification dans le phylum des Urticales-Amentiflores-Centrospermales. La position variable des Thélygonacées, Urticales pour les uns, Centrospermales pour les autres, permet d'établir une relation directe entre ces deux ordres.

La classification d'Engler-Melchior (1964) donne aux Centrospermales la même filiation et la même homogénéité, bien que les Cactacées, pour leur placentation, soient rangées dans les Pariétales, près des Myrtiflores.

Hutchinson (1959) distingue, dans la série herbacée, les Chénopodiales et les Caryophyllales, considérant les premières comme l'aboutissement d'une évolution simplificatrice, tandis que les secondes, plus primitives, s'apparentent selon lui aux Ranales herbacées. Les Cactacées sont incluses dans la série ligneuse, à proximité des Passiflorales-Bixales pour leur placentation pariétale.

Systématique

Systématique

Tableau

Tableau systématique des Centrospermales. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cependant, la placentation variable, basilaire-centrale, axile ou pariétale, ne peut être considérée ici comme un caractère systématique. En effet, Eichler (1875) et, par la suite, Hagerup (1936) ont montré, en suivant le développement de l'ovaire, qu'elles dérivent toutes de la placentation basilaire-centrale.

Placentation

Placentation

Dessin

La placentation centrale caulinaire des Centrospermales (d'après Hagerup)Les dernières ébauches formées ou carpelles se referment au-dessus de l'axe floral différencié en placenta :la placentation est basilaire (Chénopodiacées) ou centrale (Caryophyllacées) ; si les carpelles se... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les Centrospermales forment, par leur graine et leur placentation, un ensemble homogène qu'il paraît arbitraire de fragmenter en divers ordres.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Betterave, racine

Betterave, racine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Betterave, fleur

Betterave, fleur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Betterave, graine

Betterave, graine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Salicorne, fleur

Salicorne, fleur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 7 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  CENTROSPERMALES  » est également traité dans :

AIZOACÉES

  • Écrit par 
  • Chantal BERNARD-NENAULT
  •  • 1 285 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Position systématique »  : […] La structure de la graine, l'anatomie anormale des tiges, l'origine staminale des pétales, la tendance à la succulence sont les caractères qui permettent à de nombreux auteurs (Engler, 1912, Wettstein, 1935, Emberger, 1960), d'inclure les Aizoacées (encore nommées Ficoïdacées ou Mésembryanthémacées) dans l'ordre des Centrospermales. Cependant Hutchinson (1959) les range dans la série herbacée, av […] Lire la suite

CACTACÉES

  • Écrit par 
  • Chantal BERNARD-NENAULT, 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 1 397 mots
  •  • 7 médias

Les Cactacées constituent une famille de plantes dicotylédones, communément appelées cactus, appréciées pour leurs formes curieuses et leurs fleurs brillamment colorées. Caractéristiques de l'Amérique tropicale, ces plantes épineuses, dépourvues de feuilles mais à tiges épaisses et gorgées d'eau (succulentes), constituent une adaptation remarquable à la sécheresse. L'eau nécessaire à leur vie est […] Lire la suite

CARYOPHYLLACÉES

  • Écrit par 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 2 149 mots

Cette famille d'Angiospermes dicotylédones, appartient à l'ordre des Centrospermales (Caryophyllales), en raison de la disposition incurvée de l'embryon au sein de la graine. Cependant, à l'inverse des autres représentants de cet ordre, qui possèdent des fleurs sans pétales (ou presque), les Caryophyllacées se signalent par leurs très belles corolles qui, par surcroît, sont souvent délicieusement […] Lire la suite

Pour citer l’article

Chantal BERNARD-NENAULT, « CENTROSPERMALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/centrospermales/