PARIÉTALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Pariétales : structure florale

Pariétales : structure florale
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ochnacées

Ochnacées
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Dionée attrape-mouche

Dionée attrape-mouche
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Fleurs de la passion

Fleurs de la passion
Crédits : Schafer & Hill/ Getty Images

photographie

Tous les médias


Les Pariétales constituent un ordre botanique au sens très large, dans lequel sont réunies des plantes dicotylédones aussi variées que nombreuses, puisqu'il s'agit pratiquement de toutes les Dialypétales à placentation pariétale. De par l'extraordinaire diversification des plantes qui le constituent, l'ordre des Pariétales a donné lieu à de multiples controverses quant à sa valeur systématique. Il est continuellement sujet à des révisions nouvelles et fondamentales. Le terme de pariétale, correspondant à un ordre si vaste et si divers, est souvent abandonné de nos jours, pour être remplacé par un ensemble de plusieurs ordres, dont on peut notamment retenir les Papavérales, les Capparidales et les Violales. Les Pariétales ont parfois été scindées en deux sous-ordres : les Rhœadales, dont les fleurs sont construites sur le type 2 ou 3, et les Eupariétales, dont les fleurs correspondent au type 5 que l'on retrouve chez les plantes à placentation axile. Certains auteurs ont été conduits à éloigner les Capparidacées, Cistacées et Violacées des Crucifères et Papavéracées, sans tenir compte en premier lieu des caractères floraux et en particulier de la placentation pariétale ; d'autres, au contraire, les ont réunies dans l'ordre des Pariétales, mais ont sorti de celui-ci quelques familles qu'ils ont regroupées en un petit ordre, celui des Guttiférales, différencié du précédent par le fait que l'ovaire tend à devenir pluriloculaire et la placentation axile. Il ne sera question ici que des Eupariétales, les autres groupes étant traités à crucifères, à rhœadales et à guttiférales.

Même ainsi réduit, le nombre de familles et, par surcroît, de genres et d'espèces est si élevé que l'on s'en tiendra aux plus importantes ou aux plus caractéristiques du point de vue botanique ou économique.

Phytogéographie

Un ordre aussi vaste possède naturellement des représentants sur toute la surface du globe. La répartition géographique des différents groupes peut cepen [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PARIÉTALES  » est également traité dans :

VIOLETTE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 132 mots

La pensée sauvage ( Viola tricolor L. ; violacées) aux multiples variétés renferme un peu d'huile essentielle composée surtout de salicylate de méthyle, de l'acide salicylique, des tanins, une saponine. C'est une excellente dépurative, très efficace dans certaines dermatoses : croûtes de lait infantiles, acné, psoriasis, eczéma persistant, dermatoses des neuro-arthritiques. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violette/#i_29001

Voir aussi

BÉGONIA    CAMÉLIA    CISTACÉES    DROSÉRACÉES    OCHNACÉES    PAPAYE    PASSIFLORACÉES    PENSÉE botanique    PLANTES CARNIVORES    TAMARIXACÉES    THÉACÉES    THÉIER    VIOLACÉES

Pour citer l’article

Marc-André THIÉBAUD, « PARIÉTALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/parietales/