CARMEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né au xiie siècle, le Carmel, ordre mendiant voué à la solitude, à la prière et à l'apostolat, aime à se rattacher au prophète Élie. Illustré par de nombreux mystiques, Thérèse d'Avila, Jean de la Croix et Thérèse de Lisieux, il fut toujours considéré, en dépit des métamorphoses de l'institution, comme une des principales écoles d'oraison.

Le temps des incertitudes

Le Carmel doit son nom à la montagne de Palestine illustrée par Élie (I Rois, xviii) et toujours considérée comme un lieu propice à la concentration. Jamblique assure que Pythagore aimait s'y retirer pour méditer. D'après une légende que certains textes antiques et récits de pèlerinage semblent accréditer, cette « sainte montagne » fut un lieu constamment habité par des anachorètes vivant sous le patronage du prophète Élie. Aussi les Carmes seraient-ils devenus, au xiie siècle, les successeurs de ces ermites. En 1156, un monastère situé autour de la chapelle consacrée à la Vierge prit le nom de Notre-Dame du Mont-Carmel et les religieux furent appelés « frères de Notre-Dame ». Leur vie était strictement érémitique : ils se consacraient à la prière et au travail, vivaient dans des huttes ou cellules séparées et ne se rencontraient que pour les offices liturgiques. Souhaitant posséder un document authentifiant leur mode de vie religieuse, ils s'adressèrent au patriarche de Jérusalem, Albert. Entre 1206 et 1214, ce dernier rédigea pour eux une Règle, approuvée par le pape Honorius III, en 1226, et par Grégoire IX, en 1229. Dès 1235, à la suite des revers éprouvés par les croisés, les ermites du Mont-Carmel essaimèrent en Occident. Ils y subirent l'influence des Dominicains et modelèrent leurs constitutions sur les leurs. Ils devenaient un ordre se vouant aussi à l'enseignement et aux missions.

Au xviie siècle, les Carmélites cloîtrées, fondées par Jean Soreth, s'établiront en France, venant d'Espagne – Mme Acarie (devenue sœur Marie de l' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CARMEL  » est également traité dans :

ACARIE BARBE (1566-1618)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 175 mots

Spirituelle française, originaire d'une grande famille de bourgeois parisiens, Barbe Avrillot, mariée à seize ans à Pierre Acarie, conseiller du roi et adhérent de la Ligue, fut mère de six enfants et mena une vie de piété et de dévotion qui fit de son hôtel de la rue des Juifs, à Paris, un centre du renouveau mystique : elle y reçut Benoît de Canfield, François de Sales, Bérulle, Michel de Marill […] Lire la suite

BÉRULLE PIERRE DE (1575-1629)

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 1 698 mots

Dans le chapitre « Un homme d'action »  : […] Né dans un milieu parlementaire – son père était conseiller au Parlement de Paris et sa mère, fille de Pierre Séguier, président à mortier – Bérulle avait pour cousine Mme Acarie dont l'hôtel joua « au seuil du xvii e  siècle, le rôle qui devait être plus tard celui du parloir de Port-Royal et du vallon chanté par Racine » (J. Dagens). À l'hôtel Acarie, il se trouva, dès sa jeunesse, en relation […] Lire la suite

CARMES DÉCHAUX

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 294 mots

Branche masculine de la réforme du Carmel qu'a inaugurée sainte Thérèse d'Ávila. En 1568, Jean de la Croix et Antoine de Jésus commencent à vivre, dans le hameau de Duruelo, selon la règle primitive du Carmel telle qu'elle était pratiquée depuis 1562 au nouveau monastère féminin de Saint-Joseph, à Ávila. La descalcez (c'est-à-dire aller pieds nus dans des sandales) était comme le signe extérieur […] Lire la suite

JEAN DE LA CROIX (1542-1591)

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Bernard SESÉ
  •  • 3 742 mots

Dans le chapitre « Le réformateur et le mystique »  : […] Juan de Yepes est né en 1542, à Fontiveros, petit village de Vieille-Castille, d'une famille noble, mais pauvre, que la mort prématurée du père plongea bientôt dans la misère. Installé avec sa mère à Medina del Campo, il essaya divers métiers et s'intéressa en particulier à l'architecture et à la peinture, pour laquelle il était remarquablement doué. Après des études au collège des Jésuites, il en […] Lire la suite

SORETH JEAN (1394-1471)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 217 mots

Réformateur du Carmel au xv e siècle. Profès du Carmel à Caen, Jean Soreth poursuit des études universitaires à Paris. Provincial de France en 1440 et commissaire général pour la région rhénane et les Pays-Bas, il est élu 25 e prieur général de l'ordre en 1451. Son activité de réformateur ne se limite pas alors à lutter contre les abus concernant la pauvreté, la vie commune, les privilèges des g […] Lire la suite

THÉRÈSE D'ÁVILA (1515-1582)

  • Écrit par 
  • Pierre SÉROUET
  •  • 2 240 mots

Dans le chapitre « La réformatrice »  : […] Teresa de Ahumada y Cepeda naquit probablement à Gotarrendura ; elle fut baptisée en l'église San Juan d'Ávila. Son père était le fils d'un marchand drapier de Tolède, qui, né dans une famille juive, mais baptisé dans son enfance, passa au judaïsme avant de revenir vers l'an 1500 à la religion catholique. La mère de Teresa appartenait à une famille de petite noblesse castillane. Nourrie de pieuses […] Lire la suite

THÉRÈSE DE L'ENFANT JÉSUS (1873-1897)

  • Écrit par 
  • Jean-François SIX
  •  • 782 mots

Née à Alençon, « petite dernière » d'une famille qui compte quatre autres filles. Le père, Louis Martin, horloger, abandonne son métier ; c'est la mère qui fait vivre la famille : elle fait fortune en créant un atelier de dentelle d'Alençon où des ouvrières travaillent pour elle. Thérèse a moins de cinq ans quand sa mère meurt. Le père et ses cinq filles viennent alors vivre à Lisieux près du frèr […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Pologne. Apaisement des tensions au sujet du carmel d'Auschwitz et commémoration de l'insurrection du ghetto de Varsovie. 1er-19 avril 1993

Le 1er, le Vatican ordonne le transfert du couvent de carmélites installé depuis 1984 dans l'enceinte du camp de concentration d'Auschwitz, où sont morts un million et demi de juifs. Cette décision met fin à une polémique entre juifs et chrétiens, que l'accord conclu à Genève le 22 février 1987 n'avait pu clore en raison des résistances de l'Église polonaise.Le 13, le cardin […] Lire la suite

Pologne – Vatican. Apaisement de la polémique autour du carmel d'Auschwitz. 19-21 septembre 1989

Le 19, le Vatican prend pour la première fois position dans l'affaire du carmel d'Auschwitz en se prononçant en faveur du transfert des carmélites, installées depuis 1984 dans un des bâtiments de l'ancien camp de concentration nazi, vers le centre de rencontres et de prière prévu par les accords […] Lire la suite

Pologne. Polémiques autour de la présence de carmélites à Auschwitz. 10-26 août 1989

Le 10, le cardinal Macharski, archevêque de Cracovie, annonce la suspension des travaux d'aménagement du centre judéo-chrétien qui doit se substituer, selon l'accord signé le 22 février 1987 à Genève entre juifs et catholiques, au carmel installé en août 1984 dans un bâtiment dépendant de l'ancien […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Madeleine DAVY, « CARMEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/carmel/