BÉRULLE PIERRE DE (1575-1629)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Célèbre de son vivant, Bérulle tomba dans l'oubli après sa mort et passa de mode assez vite. Ses Œuvres complètes publiées en 1644 ne connurent que deux rééditions au xviie siècle. Mais Henri Bremond a réhabilité, au début du xxe siècle, « le maître de tant de saints, le docteur de tant de docteurs ». L'historiographie actuelle, nuançant et corrigeant parfois les jugements de Bremond, continue à s'intéresser à un personnage qui a profondément marqué, directement ou indirectement, la spiritualité française de l'âge classique.

Un homme d'action

Né dans un milieu parlementaire – son père était conseiller au Parlement de Paris et sa mère, fille de Pierre Séguier, président à mortier – Bérulle avait pour cousine Mme Acarie dont l'hôtel joua « au seuil du xviie siècle, le rôle qui devait être plus tard celui du parloir de Port-Royal et du vallon chanté par Racine » (J. Dagens). À l'hôtel Acarie, il se trouva, dès sa jeunesse, en relation avec l'élite du Paris dévot. Il avait été l'élève des Jésuites au collège de Clermont et il resta influencé par la spiritualité ignacienne. Ordonné prêtre en 1599 et ayant fait vœu – un vœu méritoire à l'époque – de n'accepter aucun bénéfice, il séjourna, pour une retraite, en 1602, chez les jésuites de Verdun. Mais il resta prêtre séculier, ayant pareillement écarté la tentation d'entrer en religion chez les Chartreux et les Capucins.

En mettant l'accent sur la piété et la mystique bérulliennes, H. Bremond risquait de faire oublier l'homme d'action qui fut souvent sur la brèche. Saint François de Sales écrivait de lui : « Il est tout tel que je saurais désirer être moi-même, [...] mais il y a ce mal qu'il est extrêmement occupé. » Bérulle fut, comme Thérèse d'Avila, un contemplatif tourné vers l'action. Controversiste réputé, il se classa très tôt parmi les plus redoutables défenseurs de l'Église catholique dans les rencontres avec les protestants et fut à ce titre remarqué par Henri IV. Introducteur, avec Mme Acarie, des Carmélites en France (en 1604), [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire au Collège de France, membre de l'Institut

Classification


Autres références

«  BÉRULLE PIERRE DE (1575-1629)  » est également traité dans :

AUGUSTINISME

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 5 573 mots

Dans le chapitre « Spiritualité et vision du monde »  : […] L'influence de la pensée augustinienne sur les diverses écoles de spiritualité est sans doute la plus importante. On sait que la méditation, durant quinze années et en dehors de tout contexte polémique, du mystère de la Trinité aboutit chez Augustin à la certitude d'un théocentrisme : c'est en tant que Dieu que le Christ attire la créature vers son créateur. Le mot célèbre des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/augustinisme/#i_11259

ÉCOLE FRANÇAISE DE SPIRITUALITÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 788 mots

Il est devenu courant, depuis la parution du tome III de l' Histoire littéraire du sentiment religieux d'Henri Bremond (1925), de parler d'une « école française de spiritualité », aux limites chronologiques et typologiques assez imprécises, mais située au xvii e siècle et dans la mouvance du cardinal de Bérulle et de l'Orat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-francaise-de-spiritualite/#i_11259

GIBIEUF GUILLAUME (1580 env.-1650)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 179 mots

Oratorien français. Après des études à Paris, Gibieuf entre en 1612 dans la société que Bérulle venait de fonder ; il devient rapidement l'associé étroit du fondateur, qu'il remplace pour gouverner la société pendant ses longues absences en Italie et en Angleterre. À la mort de Bérulle, en 1629, Gibieuf se retrouve à la tête de ceux qui veulent conserver l'esprit séculier de l'Oratoire, contre les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-gibieuf/#i_11259

MYSTÈRE

  • Écrit par 
  • Édouard JEAUNEAU
  •  • 2 534 mots

Dans le chapitre « Les théologiens modernes »  : […] Au cours des siècles, la notion a pris, comme on peut s'y attendre, des significations diverses. Au xv e siècle, par exemple, on appelle « mystère » – sans doute par confusion de mysterium et ministerium – une composition dramatique sur un sujet religieux : telle la Passion d'Arnou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mystere/#i_11259

ORATOIRE DE JÉSUS ou ORATOIRE DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 745 mots

Société de prêtres fondée au xvii e  siècle par Bérulle et reconstituée au xix e  siècle, notamment par Gratry. Né en 1575, Pierre de Bérulle sent très tôt le besoin d'une congrégation de prêtres, dans le milieu mystique qu'il fréquente à Paris et où il est très écouté (vers 1600) ; il sollicite v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oratoire-de-jesus-oratoire-de-france/#i_11259

SAINT-CYRAN JEAN DUVERGIER DE HAURANNE abbé de (1581-1643)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 519 mots

Prêtre et spirituel français, né à Bayonne d'une famille de gros négociants gascons et basques, Jean Duvergier de Hauranne fit ses études chez les jésuites d'Agen, puis dans les Universités de Paris et de Louvain. De brillantes études en théologie révèlent son intérêt pour les Pères de l'Église ; ayant lié connaissance avec Jansénius, étudiant à Louvain, il l'invite à venir travailler avec lui l'É […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-cyran-jean-duvergier-de-hauranne-abbe-de/#i_11259

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean DELUMEAU, « BÉRULLE PIERRE DE - (1575-1629) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-de-berulle/