ACARIE BARBE (1566-1618)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Spirituelle française, originaire d'une grande famille de bourgeois parisiens, Barbe Avrillot, mariée à seize ans à Pierre Acarie, conseiller du roi et adhérent de la Ligue, fut mère de six enfants et mena une vie de piété et de dévotion qui fit de son hôtel de la rue des Juifs, à Paris, un centre du renouveau mystique : elle y reçut Benoît de Canfield, François de Sales, Bérulle, Michel de Marillac. Sans négliger les siens, elle entreprit d'introduire en France les Carmélites réformées par Thérèse d'Ávila. Après de grandes difficultés, souvent dues aux résistances des Carmes espagnols, Bérulle put ramener d'Espagne six religieuses — dont deux disciples directes de la réformatrice, Anne de Jésus et Anne de Saint-Barthélemy —, qui organisèrent le premier Carmel français, rue Saint-Jacques, à Paris. Après la mort de son mari (1613), Mme Acarie rejoignit ses trois filles au Carmel, sous le nom de Marie de l'Incarnation. Elle a été béatifiée en 1791.

—  Jean-Robert ARMOGATHE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ACARIE BARBE (1566-1618)  » est également traité dans :

BÉRULLE PIERRE DE (1575-1629)

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 1 698 mots

Dans le chapitre « Un homme d'action »  : […] Né dans un milieu parlementaire – son père était conseiller au Parlement de Paris et sa mère, fille de Pierre Séguier, président à mortier – Bérulle avait pour cousine Mme Acarie dont l'hôtel joua « au seuil du xvii e  siècle, le rôle qui devait être plus tard celui du parloir de Port-Royal et du vallon chanté par Racine » (J. Dagens). À l'hôtel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-de-berulle/#i_17154

Pour citer l’article

Jean-Robert ARMOGATHE, « ACARIE BARBE - (1566-1618) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/barbe-acarie/