CARMEL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mystique carmélitaine

Thérèse d'Avila et Jean de la Croix, l'un et l'autre en raison de la qualité de leur expérience et d'un sens psychologique très aigu, sont devenus les guides de générations de contemplatifs. C'est en partie grâce à leurs écrits que les Carmes restent fidèles à la tradition du Mont-Carmel. Thérèse d'Avila définit bien le sens de la vocation carmélitaine : « Nous qui portons ce saint habit du Carmel, nous sommes appelées à l'oraison et à la contemplation. Telle a été en effet notre première institution. Nous descendons de cette race de saints religieux du Mont-Carmel qui ne s'enfonçaient dans une solitude si profonde et ne vouaient au monde un mépris si absolu que pour aller à la recherche de ce trésor, je veux dire de cette pierre précieuse. »

Ainsi l'oraison désigne moins un moment qu'un état. L'âme s'oriente déjà vers Dieu dans la méditation d'un thème, un épisode de la vie du Christ par exemple. Le sujet méditant n'a pas à faire appel d'abord à son imagination, il est surtout invité à se mettre en présence de Dieu. Il lui importe plus d'aimer que de discourir. Les rapports entre Dieu et l'âme participent de l'échange amical, de l'amitié réciproque. Peu à peu, le simple regard succède au colloque affectif : l'âme se tient dans le silence et reçoit l'infusion de la lumière divine.

Le passage est insensible de la méditation à la contemplation. Comparable à une préparation, la méditation n'est qu'un relais : quand la lumière divine envahit l'âme, ensevelie dans le silence, la voie de l'union est ouverte. Une transformation s'est opérée, tout entière due à la grâce. Jean de la Croix décrit la longue purification qui précède l'union transformante : aridité, angoisse, nuit des sens. Les imperfections doivent être consumées. L'âme subit un sort analogue à celui que le feu fait subir au bois, le blessant, le dépouillant jusqu'à ce qu'il devienne feu.

Dans le vocabulaire carmélitain, qui sera généralement accepté par toutes les écoles à partir du xviie siècle, la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CARMEL  » est également traité dans :

ACARIE BARBE (1566-1618)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 175 mots

Spirituelle française, originaire d'une grande famille de bourgeois parisiens, Barbe Avrillot, mariée à seize ans à Pierre Acarie, conseiller du roi et adhérent de la Ligue, fut mère de six enfants et mena une vie de piété et de dévotion qui fit de son hôtel de la rue des Juifs, à Paris, un centre du renouveau mystique : elle y reçut Benoît de Canfield, François de Sales, Bérulle, Michel de Marill […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barbe-acarie/#i_3720

BÉRULLE PIERRE DE (1575-1629)

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 1 698 mots

Dans le chapitre « Un homme d'action »  : […] Né dans un milieu parlementaire – son père était conseiller au Parlement de Paris et sa mère, fille de Pierre Séguier, président à mortier – Bérulle avait pour cousine Mme Acarie dont l'hôtel joua « au seuil du xvii e  siècle, le rôle qui devait être plus tard celui du parloir de Port-Royal et du vallon chanté par Racine » (J. Dagens). À l'hôtel Acarie, il se trouva, dès sa jeunesse, en relation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-de-berulle/#i_3720

CARMES DÉCHAUX

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 294 mots

Branche masculine de la réforme du Carmel qu'a inaugurée sainte Thérèse d'Ávila. En 1568, Jean de la Croix et Antoine de Jésus commencent à vivre, dans le hameau de Duruelo, selon la règle primitive du Carmel telle qu'elle était pratiquée depuis 1562 au nouveau monastère féminin de Saint-Joseph, à Ávila. La descalcez (c'est-à-dire aller pieds nus dans des sandales) était comme le signe extérieur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carmes-dechaux/#i_3720

JEAN DE LA CROIX (1542-1591)

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Bernard SESÉ
  •  • 3 742 mots

Dans le chapitre « Le réformateur et le mystique »  : […] Juan de Yepes est né en 1542, à Fontiveros, petit village de Vieille-Castille, d'une famille noble, mais pauvre, que la mort prématurée du père plongea bientôt dans la misère. Installé avec sa mère à Medina del Campo, il essaya divers métiers et s'intéressa en particulier à l'architecture et à la peinture, pour laquelle il était remarquablement doué. Après des études au collège des Jésuites, il en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-la-croix/#i_3720

SORETH JEAN (1394-1471)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 217 mots

Réformateur du Carmel au xv e siècle. Profès du Carmel à Caen, Jean Soreth poursuit des études universitaires à Paris. Provincial de France en 1440 et commissaire général pour la région rhénane et les Pays-Bas, il est élu 25 e prieur général de l'ordre en 1451. Son activité de réformateur ne se limite pas alors à lutter contre les abus concernant la pauvreté, la vie commune, les privilèges des g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-soreth/#i_3720

THÉRÈSE D'ÁVILA (1515-1582)

  • Écrit par 
  • Pierre SÉROUET
  •  • 2 240 mots

Dans le chapitre « La réformatrice »  : […] Teresa de Ahumada y Cepeda naquit probablement à Gotarrendura ; elle fut baptisée en l'église San Juan d'Ávila. Son père était le fils d'un marchand drapier de Tolède, qui, né dans une famille juive, mais baptisé dans son enfance, passa au judaïsme avant de revenir vers l'an 1500 à la religion catholique. La mère de Teresa appartenait à une famille de petite noblesse castillane. Nourrie de pieuses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/therese-d-avila/#i_3720

THÉRÈSE DE L'ENFANT JÉSUS (1873-1897)

  • Écrit par 
  • Jean-François SIX
  •  • 782 mots

Née à Alençon, « petite dernière » d'une famille qui compte quatre autres filles. Le père, Louis Martin, horloger, abandonne son métier ; c'est la mère qui fait vivre la famille : elle fait fortune en créant un atelier de dentelle d'Alençon où des ouvrières travaillent pour elle. Thérèse a moins de cinq ans quand sa mère meurt. Le père et ses cinq filles viennent alors vivre à Lisieux près du frèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/therese-de-l-enfant-jesus/#i_3720

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Madeleine DAVY, « CARMEL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carmel/