BERGMAN TORBERN OLOF (1735-1784)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chimiste suédois né à Katrineberg et mort à Medevi. Torbern Olof Bergman fut l'élève du naturaliste Carl von Linné (1707-1778) à l'université d'Uppsala. En 1758, il y obtient un doctorat avec une thèse de mathématiques et devient assistant en sciences naturelles. Nommé en 1761 professeur de mathématiques, il occupe en 1767 une chaire de chimie et de minéralogie, toujours à l'université d'Uppsala dont il fut quelque temps le recteur.

Bergman a développé la notion d'« affinité » dans le cadre d'une théorie qui cherche à expliquer pourquoi une substance réagira avec une autre substance, mais pas avec une troisième. Les affinités (attractions) entre les corps peuvent devenir « électives ». Bergman illustre ces notions, qui découlent de concepts newtoniens, par des tables d'affinités détaillées et toute une série de diagrammes ; la notion d'affinité, telle qu'il la développe, va avoir une grande influence sur l'évolution de la chimie.

Bergman est un pionnier des méthodes d'analyses, tant qualitatives que quantitatives. Il insiste sur la nécessité d'utiliser des réactifs purifiés ; il développe des tests caractéristiques pour de nombreux métaux ; il effectue de nombreuses analyses, parmi lesquelles on peut citer celles de pierres précieuses, des fontes et des aciers.

Bergman a réalisé un travail important sur l'« acide aérien » (le gaz carbonique). Il a établi, par l'usage d'indicateurs colorés – telles la teinture de tournesol ou la décoction de bois du Brésil –, le caractère acide des solutions aqueuses de cet acide aérien.

Un grand mérite de Bergman aura aussi été la protection et l'aide qu'il prodigua à un autre grand chimiste suédois, Carl Wilhelm Scheele (1742-1786).

—  Georges BRAM

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sud-XI-Orsay

Classification


Autres références

«  BERGMAN TORBERN OLOF (1735-1784)  » est également traité dans :

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Fluide unique ou deux fluides ? »  : […] Pour Franklin, « la matière électrique consiste en particules extrêmement subtiles, puisqu'elle peut pénétrer la matière ordinaire, même les métaux les plus denses. « Le fluide électrique se trouve dans la matière ordinaire parce que nous pouvons le pomper au-dehors. » Æpinus (1724-1802) partageait cet avis. La théorie dite du fluide unique se cons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-histoire/#i_15676

Pour citer l’article

Georges BRAM, « BERGMAN TORBERN OLOF - (1735-1784) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/torbern-olof-bergman/