CANNIBALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Approche psychanalytique

Le cannibalisme de la « horde primordiale »

L'humanité, selon Claude Lévi-Strauss, se diviserait en deux catégories : « Il y a des sociétés qui voient dans l'absorption de certains individus détenteurs de forces redoutables le seul moyen de neutraliser celles-ci et de les mettre à leur profit, et celles qui, comme la nôtre [...], ont choisi la solution inverse, consistant à expulser ces êtres redoutables du corps social, en les tenant temporairement ou définitivement isolés. » Les uns seraient donc anthropophages, les autres anthropèmes (du grec émein, « vomir »). Freud soutenait, dans une lettre à Marie Bonaparte, qu'« il y a naturellement de bonnes raisons pour que, dans la vie moderne, on ne tue pas un homme pour le dévorer, mais aucune raison [...] pour ne pas manger de chair humaine au lieu de viande. Pourtant, la plupart d'entre nous trouveraient cela tout à fait impossible. » Cette impossibilité est toutefois relative, comme en témoigne le cas des rescapés d'un accident d'avion, réduits à cette dernière extrémité, ou celui des naufragés du radeau de La Méduse : après avoir utilisé les cadavres des moins résistants, les officiers s'attaquèrent à l'équipage. La faim peut transformer à ce point un groupe d'hommes civilisés et hiérarchisés. Hérodote a raconté comment les soldats de Cambyse, lors d'une expédition contre les Éthiopiens, furent amenés à dévorer un homme sur dix ; Cambyse dut renoncer à sa conquête, car il craignait que ses hommes ne devinssent pareils à des bêtes sauvages, comme ces mercenaires phéniciens et lyciens réduits, par la famine, à se manger entre eux ; Hamilcar Barca les fit écraser par ses éléphants car il pensait que ces hommes « ne pouvaient plus, sans sacrilège, se mêler aux autres hommes » (Porphyre, De abstinentia, ii, 57).

Être cannibale serait donc être un animal, un monstre, un malade mental, un fou dangereux, un sauvage, un barbare, un primitif, quelqu'un qui ignore les règles, les lois, les interdits, qui vit dans la promiscuité, pratique l'inceste et s'abandonne sans frein à tous les dérèglements et à toutes les turpitudes. À cette « nature » ensauvagée s'oppose la « culture », qui interdit d'abolir les différences et de « conjoindre les identités ».

Étudiant le cannibalisme des « peuples primitifs », Freud, dans Totem et Tabou (1912), expliquait qu'« en ingérant les parties du corps d'une personne, dans l'acte de dévoration, on s'approprie aussi les propriétés qui ont appartenu à cette personne ». En reprenant les idées de Robertson-Smith sur la fonction du repas sacrificiel comme ciment de l'unité du groupe, Freud soutenait qu'« un jour les frères se rassemblèrent, tuèrent et dévorèrent le père, mettant ainsi fin à la horde primitive [...]. Dans l'acte de dévoration, ils accomplirent l'identification avec lui, chacun s'appropriant une partie de sa force. »

Ce « mythe » de la horde primordiale conjoint le meurtre du père, l'inceste, le cannibalisme, le sacrifice, la loi morale, la mort. Le meurtre du père instaure la « castration symbolique », puisque le « signifiant du nom du père » (en tant qu'auteur de la Loi) est lié à sa mort, un tel meurtre étant ce « moment fécond de la dette par où le sujet se lie à la Loi » (J. Lacan).

On comprend que Freud, par cet opérateur « symbolique », ait pu arracher le cannibalisme à l'imaginaire incorporatif prégénital (mère-enfant). On comprend aussi que les ethnologues éprouvent quelque difficulté à accepter le « mythe freudien » de la horde primitive, lequel, d'une part, situe l'histoire de l'humanité dans une perspective patriarcale, d'autre part, considère qu'un sentiment de responsabilité a pu « persister pendant des millénaires, se transmettant de génération en génération, et se rattachant à une faute tellement ancienne qu'à un moment donné les hommes n'ont plus pu en conserver le moindre souvenir ».

Expliquer le sentiment de culpabilité par l'« hérédité des dispositions affectives » et faire du tabou « une prohibition très ancienne, imposée du dehors par une autorité » et une « tradition transmise par l'autorité paternelle et sociale », c'est assurément sous-estimer la véritable importance des fantasmes. Dans les Trois Essais sur la théorie de la sexualité (1905), Freud se demandait comment la prohibit [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : chargée de recherche au CNRS
  • : psychiatre, psychanalyste, docteur médical de la cure ambulatoire du centre Étienne-Marcel

Classification

Autres références

«  CANNIBALISME  » est également traité dans :

PRÉHISTOIRE - Cannibalisme

  • Écrit par 
  • Alban DEFLEUR
  •  • 2 203 mots

Savoir si les populations paléolithiques et principalement les Néandertaliens pratiquaient ou non le cannibalisme est une question débattue en Europe depuis plus de cent ans. Les fouilles réalisées dans la Baume Moula-Guercy en Ardèche depuis 1991 ont apporté en 1999 des éléments nouveaux montrant que les N […] Lire la suite

ARAWAKS & KARIBS

  • Écrit par 
  • Oruno D. LARA
  •  • 3 308 mots
  •  • 1 média

Arawaks et Karibs n'ont cessé d'alimenter en stéréotypes, depuis le xvi e  siècle, une vision occidentale, extérieure, ethnologique et anthropologique de l'espace des Caraïbes. Ces aborigènes signalés par Christophe Colomb dès son premier voyage ont fourni à la littérature, au cinéma, à la presse et à l'historiographie coloniale le thème obsédant du cannibalisme. Au service du roi de France, le c […] Lire la suite

DÉCOUVERTE D'HOMO ANTECESSOR

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 239 mots

C'est dans le massif montagneux d'Atapuerca, près de la ville de Burgos en Espagne, qu'ont été découverts les plus anciens hommes fossiles d'Europe. Alors que ce massif était connu de longue date des paléontologues et préhistoriens amateurs, ce n'est qu'en 1994, lors des fouilles entreprises par Juan Luis Arsuaga de l'université Complutense à Madrid, Jose Maria Bermudez de Castro du Musée d'histoi […] Lire la suite

GUARANI

  • Écrit par 
  • Hélène CLASTRES
  •  • 1 389 mots

Dans le chapitre « Avant la conquête »  : […] Comme toutes les tribus de la forêt tropicale, les Guarani pratiquaient l'agriculture sur brûlis : manioc, maïs, haricot, tabac, coton étaient les principales espèces cultivées. En dépit du peu de temps consacré aux travaux agricoles (le plus gros du travail, le défrichage, était effectué collectivement), ils produisaient d'importants surplus. À ces ressources s'ajoutaient celles de la collecte, d […] Lire la suite

GUAYAKI ou GUAYAKIL

  • Écrit par 
  • Susana MONZON
  •  • 298 mots

Indiens de l'Amérique du Sud qui, au Paraguay oriental, habitent la forêt tropicale. Leur langue présente d'étroites ressemblances avec le guarani. Les Guayaki sont des chasseurs nomades organisés en bandes, unités socio-économiques qui contrôlent un territoire leur assurant des ressources alimentaires suffisantes. Les produits de la chasse sont complétés par ceux de la pêche et de la cueillette. […] Lire la suite

INTERDIT

  • Écrit par 
  • Claude RABANT, 
  • Pierre SMITH
  •  • 6 124 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les trois interdits fondamentaux »  : […] « Pour fixer les termes, écrit Freud dans L'Avenir d'une illusion , nous appellerons refus le fait qu'une pulsion ne puisse être satisfaite, interdit la disposition qui établit ce refus, et privation l'état qui en découle. » Il faut distinguer, ajoute-t-il, entre les interdits culturellement variables, locaux ou particuliers, qui ne touchent qu'une catégorie sociale, et les interdits fondamentaux […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - Alimentation

  • Écrit par 
  • Hervé BOCHERENS
  •  • 1 940 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les Néandertaliens, irréductibles mangeurs de viande ?  »  : […] L'Europe a été occupée entre environ 300 000 ans et 30 000 ans par les Néandertaliens, proches de l'homme moderne par leur capacité crânienne mais distincts par certaines caractéristiques physiques et par leur outillage. Ces hominidés intriguent, et leur mode de vie n'est pas toujours facile à reconstituer. Au début des années 1990, l'analyse isotopique d'ossements néandertaliens de Charente (sit […] Lire la suite

SACRIFICE

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 521 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De l'ethnologie à la psychanalyse »  : […] De cette analyse du sacrifice à travers les interprétations qu'en donnent les sacrifiants une première conclusion se dégage : c'est que ces interprétations varient selon les types de sociétés et que l'on pourrait parler à juste titre des cadres sociaux du sacrifice. Là où dominent les structures de communication, le sacrifice est conçu sur le modèle de l'échange (dons et contre-dons, prestations e […] Lire la suite

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 14 142 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La Yakoutie »  : […] Le troisième ensemble, celui de la Yakoutie, occupe une place à part. Certes, le Néolithique yakoute (site de Munku) est en filiation directe avec le Baïkal, et on y distingue les mêmes étapes, la même industrie lithique et la même poterie. Mais celle-ci, toutefois, s'en distingue par une activité plus orientée vers la pêche (site de Kullaty), par l'apport d'un décor à cordonnet vertical et au tam […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicole SINDZINGRE, Bernard THIS, « CANNIBALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cannibalisme/