CALCIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Tissus biologiques minéralisés

Tissus biologiques minéralisés
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Calcium : propriétés physiques

Calcium : propriétés physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Carbonate et sulfate

Le carbonate existe sous deux variétés cristallines : la calcite, variété stable isomorphe du carbonate de magnésium, et l'aragonite, variété métastable isomorphe des carbonates alcalino-terreux lourds. On distingue pratiquement les deux variétés en portant à ébullition une solution de sel de cobalt contenant en suspension le carbonate pulvérisé ; la calcite reste blanche, tandis que l'aragonite, plus soluble, provoque la formation d'un carbonate basique de cobalt, qui la teinte en rose. La calcite très pure donne parfois de très gros cristaux ou spath d'Islande, dont la double réfringence permet la fabrication des prismes de Nicol. La pression d'équilibre du gaz carbonique au-dessus de la calcite chauffée n'est que de l'ordre de 1 mm vers 600 0C, elle atteint une atmosphère à 920 0C. Dans les eaux chargées de gaz carbonique, le carbonate de calcium se dissout sans qu'on ait pu isoler le carbonate acide correspondant ; ce phénomène se produit naturellement, à grande échelle, pour les eaux qui traversent des massifs calcaires ; à l'air, elles déposent le sel dissous sous forme de stalagtites, de stalagmites ou dans l'eau des fontaines pétrifiantes. L'albâtre, translucide, utilisée en statuaire, a une origine identique.

Le sulfate est lui aussi important, puisque, sous sa forme hydratée, il constitue le plâtre. Le gypse naturel est bihydraté ; chauffé à une température inférieure à 150 0C, il perd 1,5 molécule d'eau et, au-delà, le sulfate anhydre β se forme ; ces phases de la déshydratation étant réversibles, il suffit de mélanger les produits déshydratés à de l'eau pour obtenir une masse dure, dont le volume s'accroît lors de la prise, propriété qui favorise les scellements et les moulages. Le sulfate anhydre, très avide d'eau, est employé en laboratoire comme déshydratant. À température supérieure à 300 0C le sulfate anhydre α non réhydratable se forme, il est stable jusque vers 1 400 0C.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : docteur ès sciences, maître assistant à l'université de Haute-Normandie

Classification


Autres références

«  CALCIUM  » est également traité dans :

ACIDIFICATION DES OCÉANS

  • Écrit par 
  • Paul TRÉGUER
  •  • 2 203 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La chimie de l'océan et le dioxyde de carbone »  : […] À la différence d'autres gaz comme le di-oxygène (O 2 ), le CO 2 non seulement se dissout dans l'eau mais réagit avec elle pour former de l'acide carbonique (H 2 CO 3 ) qui, lui-même, se dissocie en ions bicarbonates (HCO 3 ) et en ions carbonates (CO 3 2– ) (fig. 1 ). En libérant des ions H + , ces réactions vont accro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acidification-des-oceans/#i_3073

ALIMENTATION (Aliments) - Classification et typologie

  • Écrit par 
  • Ambroise MARTIN
  •  • 4 565 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Lait et produits laitiers »  : […] Si le lait maternel est l'aliment de référence pour le nourrisson, suffisant à couvrir la totalité de ses besoins pendant les six premiers mois de la vie, les produits laitiers ne constituent plus, par la suite, un aliment complet pour l'enfant et l'adulte. Le lait de vache (avec tous les produits qui en dérivent) est le plus largement utilisé. Tous les laits sont des sources de protéines animale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alimentation-aliments-classification-et-typologie/#i_3073

AUDITION - Acoustique physiologique

  • Écrit par 
  • Pierre BONFILS, 
  • Yves GALIFRET, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 14 763 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les canaux de la membrane baso-latérale »  : […] Nous avons vu que le mode de fonctionnement des canaux apicaux de transduction leur permettait de suivre des fréquences élevées. Mais, pour que le potentiel de récepteur suive les mêmes fréquences, il faut – pour ne prendre en considération que l'élément essentiel – que le potassium entré soit rapidement évacué. On a décrit, dans la membrane baso-latérale, des canaux potassium à forte conductance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/audition-acoustique-physiologique/#i_3073

CHONDROCALCINOSE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 400 mots

Maladie « métabolique » caractérisée, au niveau des cartilages articulaires, par des calcifications (dépôt de microcristaux de pyrophosphate de calcium) visibles sur des radiographies, à partir de la cinquantaine, car cette affection augmente de fréquence avec l'âge de telle sorte que 25 p. 100 des octogénaires sont frappés. Sur le plan clinique, on peut observer des troubles de type arthritique ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chondrocalcinose/#i_3073

EAU - Approvisionnement et traitement

  • Écrit par 
  • Georges BREBION, 
  • Cyrille GOMELLA, 
  • Bernard LEGUBE
  •  • 10 031 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Paramètres organoleptiques et techniques »  : […] Les paramètres organoleptiques et techniques ne sont pas explicitement mentionnés en tant que tels dans la réglementation, mais ils sont englobés dans les paramètres qui conduisent à des mesures correctives ou à des restrictions d'usage. Un désagrément souvent rencontré est celui des eaux fortement entartrantes (dites « eaux calcaires »), phénomène dû à des teneurs en calcium et en hydrogénocarb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-approvisionnement-et-traitement/#i_3073

EAU DURETÉ DE L'

  • Écrit par 
  • Cyrille GOMELLA
  •  • 305 mots

La dureté d'une eau traduit sa teneur globale en ions calcium (Ca ++ ) et magnésium (Mg ++ ). Elle est exprimée en degrés hydrotimétriques : un degré français correspond à 4 mg/l de calcium ou à 2,4 mg/l de magnésium. Les praticiens distinguent la dureté totale (titre hydrotimétrique, TH) et une de ses fractions : la dureté temporaire (titre alcal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/durete-de-l-eau/#i_3073

FORÊTS - Dépérissement des forêts

  • Écrit par 
  • Maurice BONNEAU, 
  • Guy LANDMANN
  •  • 5 648 mots

Dans le chapitre « La pollution acide et la pauvreté des sols »  : […] Les gaz polluants émis par les sources domestiques ou industrielles (SO 2 , NO x ) sont transformés dans l'atmosphère en acides sulfurique et nitrique. Les pluies ainsi que les aérosols (fines particules) qui se déposent sur le feuillage des forêts apportent donc à l'écosystème forestier en général, et au sol en particulier, des quantités de protons (H + […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forets-deperissement-des-forets/#i_3073

HYDROMINÉRAL ÉQUILIBRE

  • Écrit par 
  • Alain REINBERG
  •  • 2 929 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Variabilité suivant l'âge »  : […] En prenant l'Homme comme exemple, il apparaît que l'hydratation diminue avec l'âge. Exprimée en pourcentage de la masse corporelle totale, l'eau représente 93 p. 100 du poids d'un fœtus de quatre mois, 85 p. 100 de celui d'un prématuré de sept mois, 80 p. 100 de celui d'un nouveau-né et 72 p. 100 de celui d'un adulte jeune et sain. La quantité de chaque élément minéral, par unité de poids, diffère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibre-hydromineral/#i_3073

MÉTAUX - Métaux alcalino-terreux

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 581 mots
  •  • 2 médias

Les métaux alcalino-terreux constituent la deuxième colonne du tableau de classification périodique des éléments. On peut distinguer les alcalino-terreux vrais  – calcium, strontium, baryum, radium – et deux éléments plus légers – béryllium et magnésium –, qui présentent des particularités propres. Ce double nom d'alcalino-terreux trouve son origine dans les propriétés des oxydes, qui furent les p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-alcalino-terreux/#i_3073

MYOCARDE ou MUSCLE CARDIAQUE

  • Écrit par 
  • Édouard CORABOEUF, 
  • Didier GARNIER, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 6 192 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Adaptation à long terme »  : […] Une surcharge mécanique chronique, celle qui est obtenue par une hypertension artérielle, va entraîner des mécanismes plus permanents d'adaptation qui mettent en jeu l'expression même du génome myocardique. a ) Sur un plan quantitatif, la masse myocardique va croître, ce qui multiplie le nombre des unités contractiles et diminuera la contrainte pariétale d'après la loi de La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/myocarde/#i_3073

NERVEUX (SYSTÈME) - Le neurone

  • Écrit par 
  • Michel HAMON, 
  • Clément LÉNA
  •  • 5 729 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les oscillations dans les neurones »  : […] Les changements de potentiel électrique dans les neurones sont contrôlés non seulement par l'activité synaptique mais également par une activité électrique intrinsèque. Ainsi, certains neurones ont la faculté de se dépolariser et de s'hyperpolariser de façon cyclique, indépendamment de toute influence extérieure. De telles oscillations sont dues à l'activation alternative de deux types de canaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-le-neurone/#i_3073

NERVEUX (SYSTÈME) - L'influx nerveux

  • Écrit par 
  • Alfred FESSARD
  •  • 4 987 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre «  Physico-chimie de l'excitation nerveuse »  : […] La propriété essentielle du neurone est d'être excitable. Les notions générales d'excitabilité et d'excitation ont déjà été exposées (cf.   excitabilité ), ainsi que les processus électrogénétiques qui sont les réponses spécifiques aux stimulations (cf.  électrophysiologie , chap. 1 et 4). On rappellera seulement ici que le neurophysiologiste pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-l-influx-nerveux/#i_3073

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurobiologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc GOAILLARD, 
  • Michel HAMON, 
  • André NIEOULLON, 
  • Henri SCHMITT
  •  • 13 735 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les récepteurs postsynaptiques »  : […] L' utilisation de techniques biochimiques, pharmacologiques et neuroanatomiques très fines a permis de préciser la nature et la localisation des récepteurs aux neuromédiateurs qui font aujourd'hui l'objet d'études considérables au niveau de la biologie moléculaire. Les résultats montrent une pluralité de sites d'action membranaires pour un seul neuromédiateur. Ces sites de reconnaissance membranai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurobiologie/#i_3073

OS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CAMUS, 
  • Armand de RICQLÈS
  • , Universalis
  •  • 15 852 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le métabolisme phosphocalcique »  : […] Leurs fonctions extra-osseuses se déroulent distinctement pour le calcium et le phosphore, qui se juxtaposent seulement au niveau du cristal osseux ; en dehors de cette structure parfaitement définie, le calcium et le phosphore suivent des voies métaboliques très différentes qu'il faut étudier séparément, avant d'envisager leur participation à la constitution du cristal, élément mécanique essenti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/os/#i_3073

RÉCIFS CORALLIENS

  • Écrit par 
  • Pascale JOANNOT
  •  • 6 421 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Croissance et répartition des coraux »  : […] Le corail construit son squelette d'aragonite lentement, plus ou moins densément selon les facteurs de l'environnement. Un corail massif grandit de 1 centimètre de diamètre par an alors qu'un corail branchu croît environ de 10 centimètres par an. Les mécanismes de croissance du corail sont complexes. Le polype prélève les ions calcium (Ca ++ ) dans l'eau de mer et les tran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recifs-coralliens/#i_3073

REIN

  • Écrit par 
  • Paul JUNGERS
  •  • 15 497 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Excrétion des autres constituants de l'urine »  : […] Bien d'autres substances ont une élimination qui se fait partiellement ou totalement par le rein : ainsi le potassium, les phosphates, le calcium, les acides aminés ; quant aux protéines, elles sont pratiquement en totalité arrêtées par le rein. La majeure partie du potassium filtré est réabsorbée par le tube proximal, comme l'ont montré les études par microponction tubulaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rein/#i_3073

SOLS - Biodynamique

  • Écrit par 
  • François TOUTAIN
  •  • 4 644 mots

Dans le chapitre « Activités biologiques et cycles biogéochimiques »  : […] L'activité biologique dans les sols peut se manifester par des phénomènes d'altération et de concentration sélective. Les micro-organismes du sol peuvent intervenir en effet dans l'altération des minéraux par production d'acides et de substances complexantes provoquant des phénomènes de solubilisation. Par ailleurs, il est bien connu que les organismes vivants peuvent, dans un milieu donné, prélev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sols-biodynamique/#i_3073

SOLS - Physico-chimie

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHET
  •  • 1 554 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Échanges de cations »  : […] Les charges négatives du réseau cristallin des argiles n'étant pas totalement compensées par des cations appartenant à ce réseau, des cations « compensateurs », largement interchangeables, sont attirés et retenus à la surface des minéraux argileux. Ces faits, découverts par T. Way dès 1850, ont été peu à peu précisés et expliqués ; de même que l'échange intervenant dans une résine synthétique, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sols-physico-chimie/#i_3073

SQUELETTE

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Armand de RICQLÈS
  • , Universalis
  •  • 5 760 mots
  •  • 3 médias

Le squelette varie considérablement, chez les végétaux comme chez les animaux, tant par sa nature physico-chimique que par son mode de formation et par ses relations avec les éléments cellulaires ou tissulaires. Pourtant, il constitue toujours la partie de l'organisme qui assure la rigidité du corps. En ce sens, il est bien plus facile de définir le squelette par sa fonction essentielle – le souti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/squelette/#i_3073

VASOMOTRICITÉ

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 299 mots

La vasomotricité est la propriété que possède une artère de moduler son calibre. Sur le plan physiopathologique, la plupart des rétrécissements qui affectent le calibre artériel sont liés à la formation de dépôts contenant du cholestérol (plaque athéromateuse). Ils contrarient la vasomotricité de l'artère saine, car ils sont plaqués sur le revêtement endothélial du vaisseau atteint. Or l'endothél […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vasomotricite/#i_3073

VISION - Photoréception rétinienne

  • Écrit par 
  • Yves GALIFRET
  •  • 5 924 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les mécanismes moléculaires de la transduction »  : […] L' hyperpolarisation provoquée par la lumière résulte donc d'une diminution du courant entrant dans le segment externe. Mais comment relier cette diminution de conductance de la membrane plasmique à la photo-isomérisation du rétinal de la rhodopsine ? La réponse fait intervenir un certain nombre de molécules dont les deux principales sont un nucléotide cyclique, le guanosyl monophosphate cyclique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vision-photoreception-retinienne/#i_3073

Voir aussi

ARAGONITE    CALCITE    PLÂTRE    SULFATE DE CALCIUM

Pour citer l’article

Jean PERROTEY, « CALCIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcium/