CHONDROCALCINOSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Maladie « métabolique » caractérisée, au niveau des cartilages articulaires, par des calcifications (dépôt de microcristaux de pyrophosphate de calcium) visibles sur des radiographies, à partir de la cinquantaine, car cette affection augmente de fréquence avec l'âge de telle sorte que 25 p. 100 des octogénaires sont frappés. Sur le plan clinique, on peut observer des troubles de type arthritique (pseudo-goutte) dus à la libération de cristaux de pyrophosphate de calcium dans la cavité articulaire. Les articulations touchées sont le genou, le poignet, l'épaule, la hanche et la symphyse pubienne. Pour poser le diagnostic, on élimine l'éventualité d'une maladie goutteuse vraie ou d'une polyarthrite rhumatoïde grâce à la radiographie de l'articulation touchée. Les clichés font, en effet, apparaître en cas de chondrocalcinose un fin liseré opaque cernant les contours épiphysaires osseux. C'est la trace des calcifications intracartilagineuses. La ponction de liquide articulaire à l'occasion d'une crise permettra de confirmer le diagnostic car ce liquide renferme alors des cristaux que l'on individualise grâce à l'examen microscopique en lumière polarisée. À bouts carrés, non biréfringents (différence avec les urates des goutteux), ils sont dissous par l'acide édétique (E.D.T.A.).

Maladie parfois familiale, la chondrocalcinose est dans certains cas primitive, mais elle peut aussi être secondaire et s'associe alors à l'hyperparathyroïdie et à l'hémochromatose, à un myélome, une maladie de Paget osseuse, ou une insuffisance rénale chronique.

Les formes cliniques sont diverses :

– l'arthrite aiguë, avec signes inflammatoires importants et fièvre à 38 degrés ; elle atteint genou, poignet et cheville, mais en principe isolément ;

– l'arthropathie chronique d'allure dégénérative, la plus fréquente ; elle siège électivement au niveau de la main ;

– la forme polyarthritique chronique cache en fait des poussées successives et régressives atteignant diverses articulations.

Le traitement des accès aigus utilise les anti-inflammatoires (indométacine, phénylbutazone). Les formes subaiguës et chroniques sont soulagées par des cortisoniques en injections locales et les médicaments antalgiques.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  CHONDROCALCINOSE  » est également traité dans :

RHUMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • André-Paul PELTIER
  •  • 6 150 mots

Dans le chapitre « Arthrites microcristallines »  : […] La goutte, reconnue depuis Hippocrate, est le chef de file de ce type d'arthrites. Elle relève d'un trouble du métabolisme des purines qui entraîne en permanence une élévation du taux d'acide urique dans le sérum (hyperuricémie). Cette hyperuricémie conduit à son tour à la précipitation de l'acide urique en excès sous forme de microcristaux d'urates, à la fois dans les tissus (tophus) et dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhumatologie/#i_80795

Pour citer l’article

« CHONDROCALCINOSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chondrocalcinose/