CAISSE CLAIRE, en bref

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Caisse Claire

Caisse Claire
Crédits : Éditions J.M. Fuzeau (Courlay, France)

dessin

Caisse roulante : exemple sonore (1)

Caisse roulante : exemple sonore (1)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

musique

Caisse roulante : exemple sonore (2)

Caisse roulante : exemple sonore (2)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

musique

Caisse claire : exemple sonore (3)

Caisse claire : exemple sonore (3)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

musique

Tous les médias


Styles musicaux

Dans la musique d'orchestre – même si Richard Wagner lui a préféré la caisse roulante, pour Parsifal notamment –, la caisse claire intéresse les compositeurs avides d'innovations ou se référant aux formes populaires : les opérettes viennoises en font un usage permanent, Gustave Mahler l'utilise pour évoquer la musique populaire ou militaire – par exemple, pour le rythme de marche énergique dans sa Sixième Symphonie « Tragique » (1906) –, les compositeurs russes comme Nikolaï Rimski-Korsakov (suite symphonique Shéhérazade, opus 35, 1889) lui offrent une place de choix.

Caisse roulante : exemple sonore (1)

Caisse roulante : exemple sonore (1)

Son

Coups de caisse roulante. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Caisse roulante : exemple sonore (2)

Caisse roulante : exemple sonore (2)

Son

Roulements de caisse roulante. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Dans le jazz, avant les solos enregistrés de Warren « Baby » Dodds avec Jelly Roll Morton et Louis Armstrong en 1927, le disque n'est guère parvenu à capturer l'instrument. Mais on sait que son rôle était central dès les prémices du jazz : les musiques déambulatoires de La Nouvelle-Orléans, les marching bands, fanfares et cliques font un usage immodéré de la caisse claire pour scander le rythme (leur timbre est souvent inamovible). Pendant la période bop, la caisse claire devient un élément de ponctuation avec le fabuleux Kenny Clarke. À partir des années 1970, s'appuyant sur une technique sans faille et un son unique, des batteurs de jazz-rock (ou jazz fusion) comme Dave Weckl – qui joue parfois avec deux caisses claires – ou le versatile mais audacieux Steve Gadd découvrent des phrasés nouveaux.

Dans le rock, la caisse claire a souvent marqué lourdement l'after beat (temps pairs) et exécuté des breaks en combinaison avec les toms (John « Bonzo » Bonham de Led Zeppelin et Ian Paice de Deep Purple, par exemple). Mais certains batteurs (Bill Bruford pour le rock progressif, Stewart Copeland pour la pop music) en ont largement exploré les ressources propres. Dans des formes de rock extrêmes comme le death metal, on recherche le blast beat, c'est-à-dire une alternance très rapide de la caisse claire et de l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Eugène LLEDO, « CAISSE CLAIRE, en bref », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/caisse-claire-en-bref/