CAISSE CLAIRE, en bref

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Œuvres majeures

Le plus célèbre emploi de la caisse claire dans la musique savante est sans conteste le Boléro, ballet pour orchestre de Maurice Ravel (1928), avec sa partie obstinée, présente pendant toute la pièce. Un ensemble fourni de percussions – parmi lesquelles la caisse claire – occupe une place centrale dans Le Sacre du printemps d'Igor Stravinski (1913).

En jazz, des virtuoses comme Roy Haynes (avec Charlie Parker et Thelonious Monk dans les années 1950) ont fait sortir l'instrument des clichés d'accompagnement. Max Roach a appliqué son phrasé mélodique à l'instrument. Art Blakey utilise le press roll (roulement écrasé en rebond), en référence aux percussions afro-cubaines. Elvin Jones va revenir à l'esprit de la percussion ethnique en changeant constamment les appuis rythmiques. En soul music, le funky drummer de James Brown représente la quintessence de la caisse claire funk avec ses notes fantômes qui créent une subtile polyrythmie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Caisse Claire

Caisse Claire
Crédits : Éditions J.M. Fuzeau (Courlay, France)

dessin

Caisse roulante : exemple sonore (1)

Caisse roulante : exemple sonore (1)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

musique

Caisse roulante : exemple sonore (2)

Caisse roulante : exemple sonore (2)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

musique

Caisse claire : exemple sonore (3)

Caisse claire : exemple sonore (3)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

musique

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Eugène LLEDO, « CAISSE CLAIRE, en bref », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/caisse-claire-en-bref/