BUTŌ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le butō aujourd'hui

Hijikata et Ōno sont à l'origine d'une lignée d'artistes très singuliers qui se réclament du butō, chacun d'entre eux s'inspirant de tel ou tel aspect de cette danse. Celle-ci s'enrichit en effet de chaque danseur, de sa gestuelle personnelle à sa quête existentielle. Les exercices de butō n'imposent nul modèle reproductible, nulle technique particulière, mais incitent chacun à explorer son imaginaire, à renforcer son endurance, à intensifier son énergie. Le danseur de butō ne fait rien, il est. Plus qu'à un enseignement, il se soumet, pour effacer son ego, à une initiation sur le mode maître-disciple, souvent violente, éduquant le corps à la dure (jeûne, immersion dans l'eau glacée, stations pénibles immobiles...). Il s'agit tout autant de modifier la perception interne du corps que son rapport au cosmos ou à la société. Rien de tout cela ne pouvant se transmettre par le biais d'un académisme ou d'une école particulière, seuls subsistent quelques traits communs : pieds en dedans, yeux révulsés, corps nus blanchis, crânes rasés, postures fœtales, rythme ralenti...

Parmi les disciples d'Hijikata, outre Ōno qui poursuivra son travail de création jusque dans les années 1990, mentionnons Ishii Mitsutaka (devenu danseur indépendant à partir de 1967) ainsi que Ashikawa Yokō, Nakajima Natsu et Kasai Akira qui fonderont leur propre compagnie (respectivement, Hakuto-Bō, Muteki-Sha, Tenshi-Kan). Maro Akaji – acteur, danseur, metteur en scène, chorégraphe et scénographe –, qui collabora épisodiquement avec Hijikata, a créé quant à lui, en 1972, le Dairakuda-Kan, une compagnie de vingt-quatre danseurs qui est devenue une sorte de vivier pour la danse butō. En effet, c'est dans cette troupe que débutent, parmi les plus connus, Amagatsu Ushio – qui fondera en 1975 Le Sankai Juku –, Murobushi Kō et Ikeda Carlotta – qui animeront, respectivement, les groupes Sebi et Ariadone –, et Yamada Bishop – fondateur de la troupe Hoppō butō Ha.

Chaque compagnie de butō possède ses particularité [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Hijikata Tatsumi

Hijikata Tatsumi
Crédits : M. Onozuka/ D.R.

photographie

Ono Kazuo

Ono Kazuo
Crédits : Peter Stockhaus Filmproduktion GmbH Sunmusicfilm.com

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BUTO  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 645 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le buto, danse des ténèbres »  : […] Dans le Japon vaincu naît une danse en opposition à l'esthétique du théâtre nō et du ballet classique occidental. Son nom, le buto, vient du groupe de recherche Ankoku Buto Ha (« la danse des ténèbres »), qui s'est créé autour de Tatsumi Hijikata (1928-1986) et Kazuo Ohno (né en 1906) . Cette danse est l'expression tragique d'une contestation radicale de la société, après le cataclysme nucléair […] Lire la suite

HIJIKATA TATSUMI (1928-1986)

  • Écrit par 
  • Bertrand RAISON
  •  • 1 181 mots

Avec la mort de Hijikata Tatsumi, c'est un peu de la force de l'avant-garde japonaise des années 1960 qui s'en est allée. Il ne fut pas seulement le fondateur de l' ankoku buto (signifiant « danse des ténèbres » ; plus tard abrégé en buto ), mais surtout le révélateur de toute une génération de poètes, d'acteurs, de cinéastes qui se reconnut en lui. Personnage hors du commun, il fascinait autant […] Lire la suite

IKEDA CARLOTTA (1941-2014)

  • Écrit par 
  • Thomas HAHN
  •  • 959 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les années fondatrices »  : […] Née le 19 février 1941 à Fukui, village situé sur la côte ouest du Japon, Ikeda Carlotta, de son vrai nom Ikeda Sanae, s’initie tout d’abord au ballet classique à Tōkyō, puis se forme, dans les années 1960, à la danse contemporaine, notamment aux techniques de l’Américaine Martha Graham et à l’expressionnisme de l’Allemande Mary Wigman. Ce n’est qu’en 1972 qu’elle découvre le butō de Hijikata Tat […] Lire la suite

MUROBUSHI KŌ (1947-2015)

  • Écrit par 
  • Thomas HAHN
  •  • 1 073 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aux racines du butō »  : […] Né à Tōkyō le 14 juin 1947, Murobushi Kō suit tout d’abord des études littéraires à l’université Waseda puis devient l’élève de Hijikata Tatsumi de 1968 à 1969, après avoir été séduit par un de ses spectacles. En 1969, il se retire dans la montagne auprès des yamabushi, communauté de moines bouddhistes solitaires et ascétiques. Cette rencontre est brève mais déterminante pour sa carrière. En effet […] Lire la suite

ŌNO KAZUO (1906-2010)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 555 mots

Le chorégraphe japonais Ōno Kazuo (Ohno en translittération anglo-saxonne) a contribué, avec Hijikata Tatsumi (1928-1986), le fondateur du butō, à développer cette forme de danse apparue au Japon à la fin des années 1950. Celui qui affirmait « danser pour se tuer et se retuer sans cesse » s'est éteint le 1 er juin 2010 à l'hôpital Senin Hoken de Yokohama, dans la banlieue de Tōkyō. Il avait cent […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Agnès IZRINE, « BUTŌ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/buto/