HIJIKATA TATSUMI (1928-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec la mort de Hijikata Tatsumi, c'est un peu de la force de l'avant-garde japonaise des années 1960 qui s'en est allée. Il ne fut pas seulement le fondateur de l'ankoku buto (signifiant « danse des ténèbres » ; plus tard abrégé en buto), mais surtout le révélateur de toute une génération de poètes, d'acteurs, de cinéastes qui se reconnut en lui. Personnage hors du commun, il fascinait autant par sa danse que par un état d'esprit qui attira auprès de lui des personnalités aussi différentes que l'écrivain Mishima Yukio ou le metteur en scène Terayama Shuji. Danseur, chorégraphe, s'opposant violemment aux formes du ballet classique comme à celles de la danse moderne, il créa, à la fin des années 1950, un style qui s'est, depuis lors, propagé dans le monde entier. Le buto évoque tout naturellement aujourd'hui des corps nus, blanchis, des visages grimaçants et des positions suscitant une angoisse indicible alors que, à l'origine, Hijikata n'était pas tellement préoccupé par ces aspects formels qui, un peu malgré lui, firent rapidement école. Ironiquement, c'est à l'étranger, en Amérique en Europe, que le buto a rencontré ses premiers succès. Les quelque vingt ans de lutte clandestine qu'aura demandé la reconnaissance du travail de Hijikata à l'intérieur de l'archipel ont moins profité au maître lui-même qu'à ses nombreux disciples. Hijikata s'est vu cantonné ainsi dans le rôle d'éminence grise, de père spirituel à la fois proche et lointain : il avait du reste volontairement arrêté toute activité à partir de 1976.

Il y a là une ambiguïté qui pèsera par la suite : ses élèves se serviront en effet de son nom pour cautionner leurs propres développements qu'ils considèrent, le plus souvent, comme un retour aux valeurs japonaises. Or cet aspect traditionnel n'existait pas du tout dans les premières performances de Hijikata, plutôt influencées par le surréalisme français et européen. Tout comme les happenings américains d'Allan Kaprow, ces performances avaient un contenu nettement plus radical. C'est cette radicalité qu'il faut entendre dans le titre : Danse des ténèbres que Hijikata utilisa en 1961 pour définir sa danse. Il avait l'habitude de dire : « Ce n'est pas l'ombre qui est l'esclave de la lumière, mais au contraire c'est l'obscurité qui encourage la lumière à être la lumière. » Au Japon, ce lieu de l'ombre correspondait au Tōhoku (situé à l'extrémité nord de l'île principale), région déshéritée surnommée le « Tibet » du Japon, où précisément Hijikata était né, tout comme Terayama.

En empruntant aux gestes du labeur quotidien rarement présents sur la scène de la danse classique, l'Ankoku Buto reconnaissait, sans avoir de message politique explicite, le monde des pauvres et des exclus. C'est ainsi en tout cas que réagissaient les militants du Zengakuren (version nipponne de la révolte estudiantine des années 1960), qui soutenaient le travail de Hijikata en feignant d'ignorer le lien qui l'unissait politiquement à Mishima, très à droite par rapport au mouvement étudiant. Si le Buto, en montrant le corps dans tous ses états, répond à une esthétique, il fut d'abord l'expérience d'une réalité. En effet, Hijikata, né le 9 mars 1928 dans un village extrêmement pauvre de la préfecture d'Akita, devait se souvenir toute sa vie de son enfance. Il passe sa jeunesse environné par le bruit des cigales, le claquement des sabots des chevaux et les cris d'un père alcoolique. Autant de thèmes qu'il intégrera plus tard dans ses créations, par exemple dans Un paysage du vent. Venu à la danse par le biais des techniques d'inspiration occidentale, il se rend à Tōkyō vers la fin des années 1940. Il suit les cours de Takaya Eguchi (très influencé par l'école allemande et spécialement par Mary Wigman) et de Yada Dan (chorégraphe du music-hall). Ayant pris très tôt ses distances avec les méthodes d'enseignement, il choque considérablement la profession dès sa première chorégraphie, Kinjiki (« Couleurs interdites »), en 1959. On pouvait le voir provoquer sexuellement un jeune garçon et disparaître avec lui en courant sur une scène obscurcie. Selon les témoins, un coq aurait même été immolé en public pour exprimer ce moment de terreur et de désir. Inoubliable scandale pour les partisans de la danse moderne qui s'écartent à jamais de Hijikata, mais le chorégraphe gagne un admirateur de taille en la personne de Mishima, qui n'a jamais hé [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HIJIKATA TATSUMI (1928-1986)  » est également traité dans :

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le buto, danse des ténèbres »  : […] Dans le Japon vaincu naît une danse en opposition à l'esthétique du théâtre nō et du ballet classique occidental. Son nom, le buto, vient du groupe de recherche Ankoku Buto Ha (« la danse des ténèbres »), qui s'est créé autour de Tatsumi Hijikata (1928-1986) et Kazuo Ohno (né en 1906) . Cette danse est l'expression tragique d'une contestation radicale de la société, après le cataclysme nucléair […] Lire la suite

BUTŌ

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 3 829 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Le créateur d'une nouvelle danse  »  : […] Hijikata Tatsumi a imprégné de sa personnalité le mouvement pionnier du butō. De son vrai nom Yoneyama Kunio, il naît le 9 mars 1928 à Akita, dans la région du Tōhoku, un territoire rizicole soumis aux intempéries et aux rigueurs hivernales. C'est là qu'il assiste au kagura (danse liturgique shinto), à des cérémonies de marionnettes chamaniques et à des danses funéraires. Il commence son apprent […] Lire la suite

IKEDA CARLOTTA (1941-2014)

  • Écrit par 
  • Thomas HAHN
  •  • 959 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les années fondatrices »  : […] Née le 19 février 1941 à Fukui, village situé sur la côte ouest du Japon, Ikeda Carlotta, de son vrai nom Ikeda Sanae, s’initie tout d’abord au ballet classique à Tōkyō, puis se forme, dans les années 1960, à la danse contemporaine, notamment aux techniques de l’Américaine Martha Graham et à l’expressionnisme de l’Allemande Mary Wigman. Ce n’est qu’en 1972 qu’elle découvre le butō de Hijikata Tat […] Lire la suite

MUROBUSHI KŌ (1947-2015)

  • Écrit par 
  • Thomas HAHN
  •  • 1 073 mots
  •  • 1 média

Le danseur et chorégraphe japonais Murobushi Kō était l’une des grandes personnalités du butō, cette danse contemporaine née au Japon à la fin des années 1950, et l’héritier artistique de Hijikata Tatsumi (1928-1986), fondateur de ce courant chorégraphique. […] Lire la suite

ŌNO KAZUO (1906-2010)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 555 mots

Le chorégraphe japonais Ōno Kazuo (Ohno en translittération anglo-saxonne) a contribué, avec Hijikata Tatsumi (1928-1986), le fondateur du butō, à développer cette forme de danse apparue au Japon à la fin des années 1950. Celui qui affirmait « danser pour se tuer et se retuer sans cesse » s'est éteint le 1 er juin 2010 à l'hôpital Senin Hoken de Yokohama, dans la banlieue de Tōkyō. Il avait cent […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bertrand RAISON, « HIJIKATA TATSUMI (1928-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hijikata/