BURKINA FASO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Burkina Faso : carte physique

Burkina Faso : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Burkina Faso : drapeau

Burkina Faso : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Burkina Faso : population et activités

Burkina Faso : population et activités
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Peul

Peul
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tous les médias


Nom officielBurkina Faso (BF)
Chef de l'ÉtatRoch Marc Christian Kaboré (depuis le 29 décembre 2015)
Chef du gouvernementChristophe Dabiré (depuis le 24 janvier 2019)
CapitaleOuagadougou
Langue officiellefrançais
Unité monétairefranc CFA
Population20 244 000 (estim. 2018)
Superficie (km2)270 764

Évolution politique depuis l'indépendance

Difficiles lendemains d'indépendance

La Haute-Volta accède à l'indépendance le 5 août 1960, à l'issue d'un processus graduel commun à toutes les colonies françaises d'Afrique, hormis la Guinée. Le pays connaît ensuite une évolution particulièrement chaotique, marquée par une succession de régimes civils et militaires plus ou moins autoritaires, qui ne prendra fin qu'en 1987.

1960-1966 : Maurice Yaméogo ou la dérive autoritaire

Premier président de la République de Haute-Volta après avoir été Premier ministre pendant la période transitoire, Maurice Yaméogo engage rapidement le régime dans une spirale autoritaire, voire autocratique. Son parti, le Rassemblement démocratique africain (R.D.A.), est érigé en parti unique et les libertés publiques sont gravement mises en cause. Lâché par ses principaux soutiens que sont la chefferie mossi et l'Église catholique, dont il est issu, Maurice Yaméogo doit également faire face à la fronde des syndicats, très puissants en milieu urbain salarié notamment, suite à l'aggravation de la situation économique et financière. À la fin de 1965, l'annonce d'un plan d'austérité cristallise toutes les oppositions et jette dans la rue des milliers de manifestants. Arbitre de la situation, l'armée se saisit d'un pouvoir qui était à prendre.

1966-1980 : l'autoritarisme « débonnaire » du général Lamizana

Cette prise de pouvoir précipite la Haute-Volta dans un cycle de profonde instabilité politique et institutionnelle, marqué par une alternance de régimes militaires et civils, sous la houlette de Sangoulé Lamizana. Si la nature du pouvoir est fondamentalement autoritaire tout au long de cette période, son intensité n'en est pas moins variable selon le type de gouvernement et elle n'atteindra jamais le niveau communément observé en Afrique à la même époque. Cette singularité politique justifie le qualificatif de « débonnaire » qui s'attache à l'autoritarisme du général Lamizana.

Sangoulé Lamizana

Sangoulé Lamizana

Photographie

Sangoulé Lamizana, président de la République de Haute-Volta (aujourd'hui Burkina Faso), de 1966 à 1980. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

L'objectif premier du nouveau régime vise l'assainissement des finances publiques [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche émérite au C.N.R.S.
  • : maître de conférences en géographie à l'université de Paris-X-Nanterre
  • : directeur de recherche au C.N.R.S., à Sciences Po Bordeaux

Classification


Autres références

«  BURKINA FASO  » est également traité dans :

BURKINA FASO, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/chronologie/burkina-faso/#i_91654

BOBO

  • Écrit par 
  • Roger MEUNIER
  •  • 406 mots

L'appellation Bobo est peu claire. Les ethnologues ont alimenté la confusion en distinguant Bobo Oulé ou Tara, Niénigué, Bobo Gbé ou Kian, Bobo Fing, Bobo Dioula. Les Bobo Oulé ainsi que les Niénigué sont des Bwa ; ils sont installés au Burkina Faso, au nord-est de Bobo-Dioulasso, au sud et au nord de Dédougou et débordent sur les confins maliens. Quant aux Bobo Gbé que signale l'ethnologue frança […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bobo/#i_91654

BOBO-DIOULASSO

  • Écrit par 
  • Pierre VENNETIER
  •  • 233 mots
  •  • 1 média

Deuxième ville du Burkina Faso par le nombre de ses habitants, capitale du pays (alors appelé Haute-Volta) jusqu'en 1947, Bobo-Dioulasso a pour origine le petit village de Sia, situé sur un promontoire entre deux marigots et agrandi par l'arrivée de commerçants dioula ; il fut transformé après sa conquête par les Français (1897), qui lui donnèrent en 1904 son nom actuel (la maison des Bobo et des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bobo-dioulasso/#i_91654

CÔTE D'IVOIRE

  • Écrit par 
  • Richard BANÉGAS, 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 13 468 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La fin du régime d'Houphouët-Boigny et la radicalisation de l'ivoirité »  : […] Le modèle d'intégration des allogènes va fonctionner tant bien que mal jusqu'à la fin des années 1970, date à laquelle il entre en crise, sous l'influence de divers facteurs tels que l'augmentation de la pression sur la terre ; la baisse des prix agricoles et la crise de l'économie de plantation ; la crise fiscale et la réduction des ressources publiques qui huilaient ce système ; les mesures d'aj […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cote-d-ivoire/#i_91654

LOBI

  • Écrit par 
  • Alain MOREL
  •  • 847 mots

Les Lobi peuplent une région qui s'étend entre le 9 e et le 11 e degré de latitude nord et entre le 5 e et le 6 e degré de longitude ouest, de part et d'autre de la frontière séparant le Burkina Faso de la Côte-d'Ivoire, sur la rive droite de la Volta Noire. Ils forment une population de 1 milli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lobi/#i_91654

MALI

  • Écrit par 
  • Pierre BOILLEY, 
  • François BOST, 
  • Christian COULON
  •  • 8 519 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le régime militaire de Moussa Traoré »  : […] Un comité militaire de libération nationale (C.M.L.N.) prend en main les affaires du pays. Il est dirigé par un sous-lieutenant de trente-deux ans (qui deviendra vite général), originaire de la région de Kayes et formé au collège militaire de Fréjus. Les militaires annoncent l'établissement d'un « ordre nouveau ». S'ils déclarent ne pas renoncer à l'option socialiste, ils proclament leur volonté d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mali/#i_91654

MOOSE ou MOSSI

  • Écrit par 
  • Michel IZARD
  •  • 2 894 mots

Les Moose (sing. Mooga ou Moaga) ou Mossi sont les habitants d'une région du Burkina Faso appelée Moogo, qui a une superficie de 63 500 kilomètres carrés et correspond au bassin de la Volta Blanche. Au nombre approximatif de 4 700 000 en 1993, les Moose représentent environ la moitié de la population burkinabé ; on estime qu'il y en a un demi-million à l'extérieur du Burkina Faso, principalement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moose-mossi/#i_91654

OUAGADOUGOU

  • Écrit par 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 430 mots
  •  • 1 média

Ouagadougou, capitale et première ville du Burkina Faso, fut fondée au xv e  siècle en même temps que le royaume mossi. Bien que très centralisé, ce dernier ne permit toutefois pas à sa capitale de dépasser le simple stade de gros bourg, constitué de hameaux strictement hiérarchisés et répartis autour de la résidence royale et du marché, et relié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ouagadougou/#i_91654

OUAGADOUGOU ROYAUME DE

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 392 mots

Les Mossi ont été à l'origine de plusieurs royaumes importants. Les royaumes Gourmantché, du Yatenga et de Ouagadougou sont ceux qui ont eu le plus grand rôle historique. Le royaume de Ouagadougou, situé dans l'actuel Burkina Faso, semble avoir été fondé vers 1220 par Oubri. Son histoire est relativement peu agitée ; c'est qu'il a été protégé par l'État du Yatenga contre les incursions des puissan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-de-ouagadougou/#i_91654

SAHEL

  • Écrit par 
  • François BOST
  •  • 3 528 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Population et peuplement »  : […] D'ouest en est, la population sahélienne présente une grande diversité. Le désert mauritanien est traditionnellement le domaine des nomades Maures, de plus en plus sédentarisés. Le long de la vallée du fleuve Sénégal cohabitent les peuples afro-mauritaniens noirs : Ouolof, Sarakolé, Peul et Toucouleur. Au Mali se succèdent du nord au sud les nomades touareg, puis les pasteurs peul, enfin les pay […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sahel/#i_91654

SANKARA THOMAS (1949-1987)

  • Écrit par 
  • René OTAYEK
  •  • 747 mots

Dirigeant de la Haute-Volta, puis du Burkina Faso, de 1983 à 1987. Thomas Sankara est né le 21 décembre 1949, dans ce qui était encore la colonie de Haute-Volta, à Yako, village du Yatenga, l'un des principaux royaumes qui formaient l'Empire mossi, le Moogo, multiséculaire. Peul par son père et mossi (l'ethnie dominante) par sa mère, il gardera, sa vie durant, l'empreinte d'un milieu familial pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-sankara/#i_91654

SENOUFO ou SENUFO

  • Écrit par 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 559 mots

Les populations de langue senoufo (rattachées au groupe voltaïque) comptent environ 1 500 000 personnes au début du xxi e siècle et occupent un vaste territoire qui couvre le sud du Mali et du Burkina Faso, et le nord de la Côte-d'Ivoire. Bien que n'étant guère connues que par les travaux incomplets de B. Holas, elles sont devenues très tôt célè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/senoufo-senufo/#i_91654

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel IZARD, Jean-Fabien STECK, René OTAYEK, « BURKINA FASO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/burkina-faso/