BURKINA FASO, chronologie contemporaine

 

2019

1er-10 mai 2019
Bénin – Burkina Faso. Libération de deux otages français.

Le 1er, deux touristes français, Laurent Lassimouillas et Patrick Picque, disparaissent avec leur guide dans le parc national de la Pendjari, dans le nord-ouest du Bénin.Le 4, le corps de leur guide est retrouvé à la frontière du Burkina Faso voisin.Le 10, des éléments de la force française Barkhane stationnée au Sahel interviennent dans le nord du Burkina Faso pour libérer  […] Lire la suite

2018

2-3 mars 2018
Burkina Faso. Attentats djihadistes meurtriers à Ouagadougou.

Le 2, à Ouagadougou, des tirs visent l’ambassade de France, puis une seconde opération, dirigée contre le siège de l’état-major des forces armées, fait au moins huit morts parmi les militaires. Huit assaillants sont tués. Le président Roch Marc Christian Kaboré dénonce une « agression de forces obscurantistes », tandis que son homologue français Emmanuel Macron défend « le plein engagement de la F […] Lire la suite

2017

27-30 novembre 2017
France – Burkina Faso – Côte d'Ivoire – Ghana. Tournée du président français Emmanuel Macron en Afrique.

Le 27, le président français Emmanuel Macron entame par le Burkina Faso sa première tournée africaine.Le 28, dans son discours devant les étudiants de l’université de Ouagadougou, il déclare : « Il n’y a plus de politique africaine de la France. » Emmanuel Macron s’engage à déclassifier les documents administratifs français relatifs à l’assassinat du président burkinabé Thomas Sankara en 1987 et a […] Lire la suite

13 août 2017
Burkina Faso. Attentat meurtrier à Ouagadougou.

Deux hommes ouvrent le feu sur les clients d’un restaurant de Ouagadougou fréquenté par des expatriés, tuant dix-neuf personnes. Ils sont abattus par les forces de l’ordre. Un attentat contre un café de la capitale, revendiqué par Al-Qaida au Maghreb islamique, avait fait trente morts en janvier 2016. Deux dignitaires musulmans koweïtiens et trois étudiants du Mouvement sunnite du Burkina Faso fig […] Lire la suite

2016

15 janvier 2016
Burkina Faso. Attaque meurtrière revendiquée par AQMI

Un commando armé ouvre le feu contre un café du centre de Ouagadougou fréquenté par des expatriés, avant de se réfugier dans un hôtel de luxe proche. L’attaque cause la mort d’au moins trente personnes. Les trois assaillants sont tués dans leur fuite par les forces burkinabé et françaises. Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) revendique l’opération menée « contre la France et l’Occident infidèles  […] Lire la suite

2015

29 novembre 2015
Burkina Faso. Élection de Roch Marc Christian Kaboré à la présidence.

Le candidat du Mouvement populaire pour le progrès (M.P.P.), Roch Marc Christian Kaboré, remporte l’élection présidentielle dès le premier tour avec 53,5 p. 100 des suffrages. Son principal adversaire, Zéphirin Diabré, candidat de l’Union pour le progrès et la réforme (U.P.R.), obtient 29,7 p. 100 des voix. Le taux de participation est de 60 p. 100. Ancien Premier ministre et ancien président du P […] Lire la suite

14-29 septembre 2015
Burkina Faso. Tentative de coup d’État.

Le 14, alors que des élections doivent se tenir en octobre, la Commission de réconciliation nationale et des réformes publie un rapport qui préconise la dissolution du Régiment de sécurité présidentielle (R.S.P.). Cette unité d’élite est restée fidèle à l’ex-président Blaise Compaoré, chassé du pouvoir en octobre 2014. Le 17, un Conseil national pour la démocratie dirigé par le général Gilbert Die […] Lire la suite

2014

1er-23 novembre 2014
Burkina Faso. Mise en place des institutions de transition.

Le 1er, l'armée et son chef d'état-major, le général Honoré Traoré, reconnaissent la légitimité du lieutenant-colonel Isaac Yacouba Zida à assurer la présidence de la transition. Le 5, les représentants de l'armée, de la société civile et de l'opposition politique, ainsi que les chefs religieux et traditionnels, réunis à Ouagadougou en présence des présidents ghanéen, nigéri […] Lire la suite

28-31 octobre 2014
Burkina Faso. Départ du président Blaise Compaoré.

Le 28, des dizaines de milliers de personnes manifestent à Ouagadougou contre le projet du président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 1987, de modifier la Constitution de façon à être autorisé à briguer un cinquième mandat en novembre 2015. Le projet de loi doit être soumis le 30 au Parlement, acquis à la cause du chef de l'État. Le 30, les manifestants dévastent le siège du Parlement, que les d […] Lire la suite

2012

2 décembre 2012
Burkina Faso. Victoire du parti au pouvoir aux élections législatives.

Le Congrès pour la démocratie et le progrès, au pouvoir, remporte les élections législatives, avec 48,7 p. 100 des suffrages et 70 sièges sur 127. L'Alliance pour la démocratie et la Fédération-Rassemblement démocratique africain de Gilbert Ouédraogo obtient 11,2 p. 100 des voix et a 19 élus. L'Union pour le progrès et le changement de Zéphirin Diabré, un parti créé en mars 2010, arrive en troisiè […] Lire la suite

2010

21 novembre 2010
Burkina Faso. Réélection du président Blaise Compaoré.

Le président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis octobre 1987, est réélu à la tête de l'État dès le premier tour avec 80,2 p. 100 des suffrages. Il devance de très loin ses deux principaux adversaires, Hama Arba Diallo (8,21 p. 100) et Bénéwendé Stanislas Sankara (6,34 p. 100). Le taux de participation de ce scrutin sans véritable enjeu est de 54,9 p. 100. Blaise Compaoré, qui se présentait a prior […] Lire la suite

2008

15-31 mars 2008
Afrique. Manifestations contre la vie chère.

Le 15, Ouagadougou et d'autre villes du Burkina Faso sont le théâtre de manifestations contre la vie chère. Des événements semblables s'étaient déjà produits dans le pays, ainsi qu'au Cameroun, en février.Le 30, des manifestations contre la hausse des produits de première nécessité ont lieu à Dakar, au Sénégal, et le 31 à Abidjan, en Côte d'Ivoire. Tous ces rassemblements sont l'occasion de pillag […] Lire la suite

2005

13 novembre 2005
Burkina Faso. Réélection du président Blaise Compaoré.

Le président Blaise Compaoré, au pouvoir depuis octobre 1987, est réélu dès le premier tour avec 80,3 p. 100 des suffrages. Le taux de participation est de 57,5 p. 100. L'opposition prenait part au scrutin pour la première fois depuis le rétablissement du multipartisme en janvier 1991. […] Lire la suite

1998

15 novembre 1998
Burkina Faso. Réélection du président Blaise Compaoré.

Blaise Compaoré est réélu à la tête de l'État avec 87,5 p. 100 des suffrages. Ses principaux opposants, Joseph Ki Zerbo et Herman Yameogo, boycottaient le scrutin, dénonçant l'absence d'un contrôle électoral indépendant. Le taux de participation est de 56,1 p. 100. Il est plus de deux fois supérieur à celui qui avait marqué le scrutin de décembre 1991, première élection à laquelle s'était présenté […] Lire la suite

1994

11 janvier 1994
Afrique. Dévaluation du franc CFA.

Sous la pression de la France et du Fonds monétaire international (F.M.I.), les dirigeants des quatorze États africains appartenant à la zone franc (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Comores, Congo, Côte d'Ivoire, Gabon, Guinée équatoriale, Mali, Niger, Sénégal, Tchad, Togo), réunis à Dakar, annoncent la dévaluation de 50 p. 100 du franc CFA et de 25 p. 100 du franc comorien. La parité  […] Lire la suite

1992

24 mai 1992
Burkina Faso. Victoire du parti du président aux élections législatives.

Le 24, les élections législatives sont marquées par la nette victoire du parti du président Blaise Compaoré, l'Organisation pour la démocratie populaire-Mouvement du travail, qui remporte soixante-dix-huit sièges sur cent sept. Le premier parti d'opposition, la Convention nationale des patriotes progressistes-Parti social-démocrate de Pierre Tapsoba, obtient douze sièges. Le taux de participation  […] Lire la suite

1991

1er-9 décembre 1991
Burkina Faso. Élection présidentielle boycottée par l'opposition.

Le 1er, l'élection présidentielle, à laquelle Blaise Compaoré, chef de l'État arrivé au pouvoir grâce à un coup d'État le 15 octobre 1987, se présente comme unique candidat, a lieu dans un climat mouvementé, les partis d'opposition qui réclament la tenue d'une conférence nationale ayant décidé de ne pas participer au scrutin. Le président Compaoré obtient 86,4 p. 100 des suf […] Lire la suite

1990

25 janvier-1er février 1990
Vatican – Afrique. Sixième voyage du pape en Afrique.

Le 25, Jean-Paul II entame son sixième voyage pastoral en Afrique – son quarante-cinquième dans le monde – au cours duquel il visite cinq des pays les plus pauvres du continent. Dans l'archipel du Cap-Vert (90 p. 100 de catholiques), sa première étape, il lance un appel contre toute forme d'esclavage.Le 27, le pape se rend en Guinée-Bissau (6,5 p. 100 de catholiques) où il visite la léproserie de  […] Lire la suite

1989

18 septembre 1989
Burkina Faso. Exécution des auteurs d'une tentative de complot.

Le commandant Jean Baptiste Lingani, ministre de la Défense, et le capitaine Henri Zongo, ministre de la Promotion économique, tous deux chefs historiques de la révolution burkinabé et anciens proches de Thomas Sankara, renversé et assassiné en octobre 1987, sont passés par les armes, ainsi que deux autres militaires, après avoir « reconnu », par des aveux télévisés, leur participation à un complo […] Lire la suite

1987

15-19 octobre 1987
Burkina Faso. Mort du président Thomas Sankara lors d'un coup d'État

Le 15, le capitaine Thomas Sankara, qui avait pris le pouvoir en août 1983, est renversé par le numéro deux du régime, le capitaine Blaise Compaoré. Le président Sankara est tué ainsi qu'une dizaine de ses proches. Au total, le putsch aurait fait au moins une cinquantaine de morts.Le 19, le capitaine Compaoré affirme qu'il a devancé une vague d'arrestations et d'exécutions et dresse un bilan criti […] Lire la suite

1985

25-30 décembre 1985
Burkina Faso – Mali. Conflit frontalier dans la bande d'Agacher

Le 25, le Burkina Faso ordonne la mobilisation générale après avoir accusé le Mali d'une attaque surprise contre des villages situés dans la bande d'Agacher, zone frontalière revendiquée par le Mali. Les deux belligérants se rejettent mutuellement la responsabilité du conflit.Le 27, alors que les missions de conciliation se multiplient et qu'Ali Triki, ministre libyen des Affaires étrangères prése […] Lire la suite

1984

4-19 août 1984
Burkina Faso. Remaniement gouvernemental dans l'ancienne Haute-Volta

Le 4, à l'occasion du premier anniversaire de la prise du pouvoir par le capitaine Thomas Sankara, la Haute-Volta est rebaptisée république démocratique et populaire du Burkina Faso.Le 19, le capitaine Sankara dissout le gouvernement au sein duquel des dissensions étaient apparues. […] Lire la suite

11-15 juin 1984
Haute-Volta. Exécution de sept putschistes

Le 11, la Cour martiale révolutionnaire de Ouagadougou condamne à mort sept personnes impliquées dans une tentative de coup d'État prévue pour le 28 mai. Les conjurés, arrêtés le 27 mai, sont immédiatement fusillés après le verdict.Le 15, le capitaine Blaise Compaoré, numéro 2 du régime voltaïque en visite à Paris, dénonce le soutien apporté par le Parti socialiste français au professeur Joseph Ki […] Lire la suite

1983

4-24 août 1983
Haute-Volta. Renversement du commandant Ouedraogo par le capitaine Sankara

Le 4, le capitaine Sankara, ancien Premier ministre démis de ses fonctions en mai, considéré comme proche du colonel Kadhafi, renverse le gouvernement du commandant Ouedraogo.Le 6, à la tête du Conseil national de la révolution (C.N.R.), le capitaine Sankara assure « tous les mouvements de libération nationale de son soutien inconditionnel » et promet d'autre part de respecter les engagements inte […] Lire la suite

17-27 mai 1983
Haute-Volta. Vers une tentative de régime civil

Le 17, le président Jean-Baptiste Ouedraogo, de tendance modérée, fait arrêter le Premier ministre, Thomas Sankara, qui avait favorisé un rapprochement de son pays avec la Libye, en l'accusant de menacer l'unité nationale.Le 18, le chargé d'affaires libyen en Haute-Volta est prié de quitter le territoire voltaïque.Le 22, de nombreuses personnalités favorables au capitaine Sankara sont à leur tour  […] Lire la suite

1982

7-26 novembre 1982
Haute-Volta. Coup d'État militaire

Le 7, le colonel Zaye Zerbo, chef de l'État voltaïque depuis novembre 1980, est chassé du pouvoir par un coup d'État militaire qui aurait fait cinq morts, dont le ministre de l'Intérieur, le lieutenant-colonel Nezien. Un conseil provisoire de salut du peuple est formé, avec à sa tête le commandant Jean-Baptiste Ouedraogo. Ce dernier s'engage à respecter les accords internationaux souscrits par la  […] Lire la suite

— Universalis