BAPTÊME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rites chrétiens

Le rite baptismal chrétien comporte essentiellement deux éléments, l'eau et la formule trinitaire. Le rite d'eau consistait originellement en une immersion complète. C'est le sens du mot grec baptizein. Mais très tôt, comme en témoigne la Didachè, on a admis que si l'on manquait d'eau, le baptême pouvait être donné par une effusion, ce qui est devenu l'usage ordinaire. On remarquera que ce n'est pas le baptisé qui se baptise lui-même, comme dans les rites de purification ordinaire, mais qu'il est baptisé par un membre de la communauté. Le baptême est essentiellement reçu. Il devait être donné normalement dans l'eau vive, c'est-à-dire dans une eau courante où peuvent vivre des poissons. Très tôt, le baptême a été donné sous la forme d'une triple immersion. Cela paraît lié à la mention des trois Personnes divines dans la formule baptismale. Cette formule était exprimée ordinairement sous forme déclarative, comme c'est le cas aujourd'hui. Mais, dans certaines églises, elle se présentait sous la forme d'une triple interrogation, à laquelle répondait le baptisé, et chaque réponse était accompagnée d'une immersion.

Ce rite essentiel s'est progressivement accompagné de rites subsidiaires. Le baptême est précédé de la renonciation à l'idolâtrie et de la profession de foi à la Trinité. Ce double rite paraît s'inspirer d'un usage juif. La profession de foi souligne que le baptême n'est pas un rite magique, mais implique une adhésion de la liberté. Dans le cas du baptême des enfants, cet engagement est le fait des parents ou du parrain. Un autre rite prébaptismal est celui de l'onction de l'huile sur tout le corps. Cette onction d'huile est faite par le diacre pour les hommes et par la diaconesse pour les femmes. Elle a eu des significations diverses. Dans l'ensemble des Églises, l'onction d'huile était interprétée comme communiquant une force en vue du baptême. Mais les Églises syriennes et cappadociennes l'ont entendue comme une assistance de l'Esprit nécessaire à l'acte de foi. Et, dans ce cas, elle précédait la profession de foi. Quant au dépouillement des vêtements anciens, il a pris le symbolisme du dépouillement du « vieil homme ».

Les rites baptismaux comportaient la remise des vêtements blancs, que le nouveau baptisé portait durant la semaine pascale, appelée à cause de cela, en Occident, semaine in albis. Puis venait une onction d'huile sur le front, en forme de croix, la consignation. Le rite paraît avoir son origine dans les onctions utilisées dans le judaïsme pour les rois et les prêtres. Cette onction était faite avec un mélange d'huile et de parfum appelé le chrisma ou chrême. Elle signifiait une communication spéciale de l'Esprit en relation avec la mission des chrétiens. C'est cette onction qui est devenue par la suite un sacrement particulier, la confirmation. Elle n'existait pas dans l'Église syrienne ancienne. En revanche, il semble que dans celle-ci, originellement, il y a eu un rite de couronnement avec une couronne de feuillage. Le baptême était immédiatement suivi de l'introduction du baptisé dans la réunion eucharistique et de sa première communion.

Primitivement, le baptême était donné dans une rivière ou dans la mer. Mais, au ive siècle, l'usage s'établit de réserver pour cette cérémonie une salle dans les dépendances de l'église : le baptistère. Une piscine y était creusée dans le sol. L'eau de cette piscine devait être normalement une eau courante. Plus tard, les baptistères devinrent des édifices avoisinant l'église, comme il en subsiste encore beaucoup. Le cierge remis après le baptême est un souvenir de la procession nocturne qui conduisait les baptisés du baptistère à l'église. Le temps du baptême n'est pas déterminé. Mais, dès le iie siècle, l'usage s'établit de le donner de préférence durant la vigile pascale. Les quarante jours qui précédaient, répartis sur six semaines en Occident et sur huit semaines en Orient, étaient consacrés à la préparation. Ils étaient inaugurés, le premier dimanche de Carême, par l'inscription du nom. Les réunions comprenaient un enseignement sur l'Écriture et sur la formule de foi, et des exorcismes. Ces exorcismes consistaient primitivement en un jeûne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BAPTÊME  » est également traité dans :

ANABAPTISME

  • Écrit par 
  • Jean SÉGUY
  •  • 1 399 mots

Le vocable « anabaptisme » désigne, étymologiquement, les pratiques et les doctrines des groupes chrétiens qui préconisent un second baptême. L'anabaptisme lui-même prétend seulement que le baptême doit être accordé aux adultes qui le demandent, aucun enfant ne pouvant faire cette démarche. Dans sa perspective, il n'existe donc qu'un baptême ; dans celle des Églises pédo-baptistes, il y a, par con […] Lire la suite

ASSEMBLÉES DE DIEU

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 189 mots

Tendance qui regroupe 90 p. 100 des adhérents français du pentecôtisme, les Assemblées de Dieu éditent une revue, Pentecôte . Comme dans les autres mouvements pentecôtistes, les Assemblées de Dieu exaltent chez leurs membres une grâce supplémentaire accordée au chrétien qui a vécu sa propre Pentecôte et reçu le baptême du Saint-Esprit, signe manifeste du salut. Ce baptême donne la puissance de tém […] Lire la suite

BAPTISME

  • Écrit par 
  • Jean SÉGUY
  •  • 1 083 mots

Le terme générique « baptisme » et l'adjectif qui en est dérivé calquent le mot grec β́απτισμα, par l'intermédiaire du latin ecclésiastique ( baptisma ) et de l'anglais moderne ( baptism ). Ils désignent une doctrine particulière du baptême et de l'Église comme communauté des baptisés. Dans un sens large sont baptistes tous les groupes qui se réclament de cette doctrine. Ainsi les pentecôtistes, […] Lire la suite

CANONIQUE DROIT

  • Écrit par 
  • Patrick VALDRINI
  •  • 8 014 mots

Dans le chapitre « Le droit des personnes »  : […] Le livre II du Code latin, un des sept livres de ce Code, est, sans aucun doute, l'ensemble législatif central tant par son contenu que par le nouvel équilibre qu'il présente par rapport au Code précédent. Ce dernier organisait les relations entre les personnes en référence, comme nous l'avons déjà dit, à une ecclésiologie où étaient développés les aspects hiérarchiques en raison de la menace que […] Lire la suite

CARÊME

  • Écrit par 
  • Robert CABIÉ
  •  • 495 mots

Temps qui, dans toutes les Églises chrétiennes, est réservé à la préparation de Pâques, et s'étend du mercredi des Cendres à la messe du soir du jeudi saint. Le carême (en latin populaire, quaresima  ; en latin classique, quadragesima [ dies ], « le quarantième » [jour avant Pâques] ) dure en principe quarante jours (comptés à l'époque où les dimanches en étaient exclus et où il se prolongeait ju […] Lire la suite

CATHARES

  • Écrit par 
  • Christine THOUZELLIER
  •  • 6 769 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Liturgie, hiérarchie, morale »  : […] D'un commun accord et à l'exemple des hérésiarques antérieurs, les cathares contestent la valeur des sacrements : le baptême d'eau, sans valeur, donné même aux enfants ; l'eucharistie, dépourvue de présence christique. Mais, quotidiennement, ils fractionnent le pain, qu'ils bénissent et distribuent aux assistants. Toutefois, les Albanenses refusent de bénir cet élément matériel. Tous condamnent l […] Lire la suite

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 423 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La vie de la communauté chrétienne »  : […] Ces conflits font apparaître combien est fausse une certaine image idyllique de la première Église. Le tableau que donne Luc de la communauté de Jérusalem, de son unité spirituelle et matérielle, outre qu'il a un caractère littéraire très marqué, ne convient qu'aux mois qui ont immédiatement suivi la Pentecôte. On doit dire au contraire que les premières décennies du christianisme comptent parmi c […] Lire la suite

CHRISTIANISME

  • Écrit par 
  • Pierre LIÉGÉ
  • , Universalis
  •  • 7 122 mots

Dans le chapitre « L'entrée en christianisme »  : […] C'est dans la mouvance des événements de Pâques et de Pentecôte et du témoignage des Apôtres que devait s'opérer le premier regroupement des chrétiens. On devenait chrétien d'abord par une conversion à la personne de Jésus identifié comme Seigneur, le rite du baptême venant sanctionner cette conversion. En se convertissant, les croyants avaient conscience d'entrer dans l'espace final de l'histoir […] Lire la suite

CYRILLE DE JÉRUSALEM (315 env.-env. 387)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 283 mots

Évêque de Jérusalem de 348 ou 350 à sa mort. Consacré par l'évêque homéen Acace de Césarée, Cyrille se rapproche rapidement du courant homéousien, ce qui lui vaut les attaques de ses anciens amis. Déposé par Acace en 357, réhabilité au concile de Séleucie (359), exilé de nouveau lors du concile de Constantinople de 360, il rentre à Jérusalem sous Julien (362) pour perdre encore une fois son siège […] Lire la suite

EAUX SYMBOLISME DES

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 4 078 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'eau baptismale ou lustrale »  : […] Une troisième orientation peut alors s'amorcer dans le symbolisme aquatique : celle de la purification, de l'eau baptismale ou lustrale. Nous saisissons là sur le vif cette logique si particulière du symbole où une image suscite une autre image qui peut jusqu'à un certain point contester la première tout en prolongeant une part importante de son sens. C'est ainsi que la méditation de l'archétype […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

22-27 septembre 2001 Vatican – Kazakhstan – Arménie. Voyage du pape Jean-Paul II au Kazakhstan et en Arménie

baptême » de l'Arménie, première nation officiellement christianisée. Il lance à cette occasion un nouvel appel au rapprochement des Églises d'Orient et d'Occident.  […] Lire la suite

19-22 septembre 1996 Vatican – France. Visite du pape Jean-Paul II en France pour le quinzième centenaire du baptême de Clovis

baptême de Clovis. De son côté, le souverain pontife émet le vœu que cette commémoration se déroule « sans confusion », dans le respect de la diversité « des sensibilités et des croyances ». Par ailleurs, le pape invite les chrétiens à dialoguer davantage « avec les autres composantes de la nation, spécialement avec les membres des autres confessions […] Lire la suite

6-13 juin 1988 U.R.S.S. Célébration du millénaire de l'Église orthodoxe russe

baptême du grand-prince Vladimir, événement fondateur du christianisme en Russie. Il représente Jean-Paul II qui n'a pas été invité. Le 10, au cours d'une cérémonie officielle à laquelle assiste Raïssa Gorbatchev, le patriarche Pimène, primat de Russie, se félicite de la politique de perestroïka (restructuration) menée par l'« architecte infatigable […] Lire la suite

2-22 février 1987 France. Baptême de l'Airbus A-320 et mesures de rétorsion envisagées par les États-Unis contre l'avion européen

baptême du biréacteur Airbus A-320, en présence de la marraine, lady Diana, et du prince de Galles. Cette cérémonie est, pour le Premier ministre, l'occasion d'annoncer que le programme concernant l'avion de combat futur (A.C.F.) français est engagé, et que le choix du gouvernement s'est porté sur le prototype Rafale, conçu par le groupe Dassault-Breguet […] Lire la suite

1er-29 mars 1982 Pologne. Lancement d'une campagne d'épuration

baptême de la dernière fille de Lech Wałęsa. Environ vingt mille personnes assistent à cette cérémonie, qui prend, en l'absence du leader de Solidarité, l'allure d'une manifestation politique. Le 23, le journal télévisé annonce que, sur ordre personnel du général Jaruzelski, des « groupes opérationnels » militaires vont se rendre dans les campagnes […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis-Marie CHAUVET, Jean DANIÉLOU, « BAPTÊME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bapteme/