Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ART NOUVEAU

La diffusion de l'Art nouveau

Les moyens de diffusion

L'Art nouveau s'est diffusé très rapidement dans le monde grâce aux revues illustrées de photographies et aux expositions. En 1893 paraît à Londres The Studio qui affichait la devise « Use and Beauty » : elle contribua puissamment à faire connaître les Arts and Crafts. D'autres revues suivirent, comme Dekorative Kunst et sa version française L'Art décoratif, Art et décoration, Innen Dekoration, Deutsche Kunst und Dekoration, Jugend en Allemagne, Ver Sacrum à Vienne, Volné Směry à Prague, L'Arte decorativa moderna à Turin.

L' affiche illustrée est un puissant moyen de diffusion ; son essor correspond à l'épanouissement de l'Art nouveau. La carrière d'Alfons Mucha est lancée par ses affiches pour l'actrice Sarah Bernhardt. Au faîte de sa gloire, Mucha ouvre un cours de composition d'art décoratif et publie en 1902 des Documents décoratifs. Les parures élaborées que portent ses personnages féminins incitent le joaillier Fouquet à lui commander des dessins de bijoux.

Les grandes expositions universelles, comme celle de Paris en 1900, contribuaient à répandre les modes : à côté de sections consacrées aux produits de l'industrie ou de l'agriculture, à la présentation de nouvelles technologies, une place était réservée aux expositions d'art et d'arts appliqués : la Salle viennoise de J. M. Olbrich ou celle de l'École des arts décoratifs de Vienne démontraient le renouveau des arts décoratifs autrichiens. Les pavillons des différents pays étaient rarement novateurs : ils évoquaient de préférence des formes d'architecture traditionnelle ou pastichaient des monuments fameux. L'Art nouveau constitua souvent une forme d'expression de révolte. À Prague, la Maison municipale (1903-1912) de Osvald Polívka et Antonin Balšánek, décorée par les plus grands artistes tchèques de l'époque, témoignait d'une volonté de s'approprier un style symbolisant la modernité et l'émancipation. À Paris, le Pavillon finlandais fit grande impression parce qu'il était l'expression authentique d'une nation qui cherchait à s'affranchir du joug russe. L'évocation de vieilles légendes finnoises, le répertoire animalier, les emprunts à l'architecture ancienne de la Carélie, le mobilier rustique de A. Gallen provoquèrent une sensation de fraîcheur nouvelle.

Depuis le début des années 1890, il était fréquent que les salons artistiques accueillent des objets d'art, mais il n'existait pas de manifestation spécifique. L'exposition de Darmstadt en 1901, Ein Dokument deutscher Kunst, ouvre la voie des expositions totalement consacrées aux arts décoratifs. En 1902, la ville de Turin organise la première exposition internationale des arts décoratifs modernes, qui apparut comme un chant du cygne du premier Art nouveau. Par contre Darmstadt, forte de l'expérience de la Colonie des artistes, illustrait la volonté réformatrice des créateurs allemands. Ceux-ci s'étaient regroupés très tôt dans des associations comme les Vereignigte Werkstätten für Kunst im Handwerk (Munich, 1897) ou les Dresdener Werkstätten für Handwerkskunst (Dresde, 1898). Ils souhaitaient rompre avec le caractère artistique recherché précédemment dans l'aménagement de l'habitation et qui aboutissait à un individualisme désordonné. L'architecture et les arts décoratifs doivent alors répondre à des critères de clarté, de simplicité, de naturel. L'époque où l'artiste touchait à tous les domaines de l'art industriel est révolue. L'avenir est à la professionnalisation. En 1906, Richard Riemerschmid présente à la troisième exposition d'art industriel allemand du mobilier démontable fabriqué par des machines (Maschinenmöbel-Programm[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

<it>La Girandole Coloquintes</it>, É. Gallé

La Girandole Coloquintes, É. Gallé

<it>Vase à couvercle au décor japonisant</it>, É. Gallé

Vase à couvercle au décor japonisant, É. Gallé

Chaise par Charles Rennie Mackintosh

Chaise par Charles Rennie Mackintosh

Autres références

  • JUGENDSTIL

    • Écrit par Robert L. DELEVOY
    • 236 mots

    Terme allemand dérivé du périodique Jugend fondé à Munich en 1896, « Jugendstil » est utilisé pour désigner l'art néo-baroque des années 1900, lui-même différemment qualifié selon les pays d'Europe où il se développe : Art nouveau, style Guimard (selon les entrées décoratives...

  • MODERN STYLE

    • Écrit par Roger-Henri GUERRAND
    • 507 mots
    • 1 média

    L'expression « modern style » ou « art nouveau » désigne un courant artistique né au tournant des xixe et xxe siècle en Europe, où il s'épanouit sous des noms différents selon les pays : Jugendstil en Allemagne, Sezessionstil en Autriche, Nieuwe Kunst aux Pays-Bas, arte joven...

  • SÉCESSION, mouvement artistique

    • Écrit par Yve-Alain BOIS
    • 1 234 mots
    • 3 médias

    Né tardivement par rapport à ses homologues européens, le style sécession, version autrichienne de l'Art nouveau, se cristallise autour d'une vingtaine d'artistes (J. Engelhart, J. Hoffmann, G. Klimt, M. Kurzweil, C. Moll, K. Moser, F. von Myrbach, J. Olbrich et A. Roller...

  • AFFICHE

    • Écrit par Michel WLASSIKOFF
    • 6 817 mots
    • 12 médias
    La tendance allant vers une simplification des formes et, partant, vers une plus grande efficacité, est toutefois contrebalancée parles surcharges ornementales de l'Art nouveau, mouvement qui se cristallise sur le plan mondial à la fin du xixe siècle, et entend se manifester dans tous les domaines...
  • ART DÉCO STYLE

    • Écrit par Christian BONNEFOI
    • 1 060 mots
    • 2 médias

    En ce début de l'ère industrielle, Bonnard et Toulouse-Lautrec dessinent des affiches, Gauguin signe des céramiques, les arts appliqués s'imposent sur la scène artistique. L'Art nouveau gagne peu à peu chaque secteur de la création, négligeant d'ajuster ses normes esthétiques...

  • BASILE ERNESTO (1857-1932)

    • Écrit par Roger-Henri GUERRAND
    • 388 mots

    Né à Palerme, fils d'un architecte célèbre en tant qu'homme politique et constructeur du théâtre Massimo (1878), Ernesto Basile dispose très tôt de nombreuses facilités. Ayant succédé à son père comme professeur à l'Académie royale des Beaux-Arts de Palerme, il en deviendra le directeur à quarante...

  • BIGOT ALEXANDRE (1862-1927)

    • Écrit par Marie-Cécile FOREST
    • 965 mots

    Alexandre Bigot naît à Mer, dans le Loir-et-Cher, le 5 novembre 1862, de parents vignerons. Licencié en physique en 1884, il devient, en 1887, professeur à l'École alsacienne. Il passe son doctorat en 1890 avec une thèse sur les dérivés de la glycérine. À l'Exposition universelle de 1889, il s'enthousiasme...

  • Afficher les 53 références

Voir aussi