ÉPHÉMÈRE ARCHITECTURE

L'architecture éphémère n'est apparue que récemment dans le champ de l'histoire de l'art. Les historiens ne se préoccupaient autrefois que des réalisations durables. Ils étaient tributaires en cela des théoriciens classiques pour lesquels l'art de l'architecte a, par excellence, vocation à l'éternité, son but premier étant de faire passer à la postérité la gloire du mécène. Bâtir pour un jour a donc quelque chose de choquant : Sully condamne dans les Royales Œconomies d'Estat ces « magnificences qui s'écoulent incontinent de l'usage et de la mémoire ». Pourtant, cette pratique est attestée aux époques et dans les sociétés les plus diverses comme une des constantes de la culture.

Au même titre que l'architecture non bâtie, l'architecture éphémère nous paraît former un genre distinct au sein de la création architecturale. On la définira moins d'après le laps de temps qui lui est accordé et qui peut varier de quelques heures à quelques années que d'après les intentions de ses créateurs. Deux points sont alors essentiels. Le premier est l'absence d'impératifs de solidité, d'où le choix de matériaux périssables et de techniques de construction propres. Le second serait paradoxalement l'opposition au provisoire : l'architecture éphémère n'est pas un pis-aller en attendant autre chose, c'est une structure qui existe pour elle-même, le temps que quelque chose se passe. Elle apparaît alors comme fondamentalement liée à la fête, c'est-à-dire à la fois au rituel et au ludique. C'est ce que nous nous efforcerons de montrer à travers les grands moments de l'histoire de chaque type.

Les historiens des fêtes ont d'abord indiqué l'ancrage primitif, rituel et dépourvu de finalités esthétiques, d'une pratique dont le développement dans l'Occident moderne coïncide avec l'intervention de l'architecte. Les travaux des historiens de l'architecture sont plus récents et monographiques. Il n'existe pas, à notre connaissance, d'étude d'ensemble sur la question. Nous ne pourrons donc que poser quelques jalons dans un domaine fort peu exploré encore : le domaine des rapports – de compl [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉPHÉMÈRE ARCHITECTURE  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Bois

  • Écrit par 
  • Yves LESCROART
  •  • 4 634 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Les caractéristiques du matériau »  : […] en outre une mise en œuvre rapide avec une main-d'œuvre réduite. Ces données expliquent l'usage du bois dans l'architecture « éphémère » : de la hutte du charbonnier aux extraordinaires édifices mis en place pour quelques jours à l'occasion de grands événements comme au xvie siècle les « entrées » royales dans les villes, où la réalisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-materiaux-et-techniques-bois/#i_81039

CARÊME MARIE-ANTOINE (1784-1833)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 444 mots

Pâtissier et architecte, Carême a participé à l'élaboration de la gastronomie comme art, associant l'érudition architecturale au sensualisme culinaire. Pâtissier et rôtisseur, il entre chez Talleyrand, alors ministre des Relations extérieures, et collabore à la renommée d'une des plus célèbres tables d'Europe, assurant aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-antoine-careme/#i_81039

CHRISTO ET JEANNE-CLAUDE CHRISTO JAVACHEFF (1935-    ) et JEANNE-CLAUDE DENAT DE GUILLEBON (1935-2009), dits

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 1 640 mots

Dans le chapitre « Une monumentalité éphémère »  : […] distinguent toutefois par le caractère strictement réversible de leurs interventions et la dimension éphémère de leurs créations, qui peuvent occuper un espace d'autant plus grand qu'elles demeurent marquées de la fragilité même du matériau qui les constitue. « Le tissu, expliquent-ils justement, est le dénominateur commun qui traduit ce caractère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christo-et-jeanne-claude-christo-javacheff-et-jeanne-claude-denat-de-guillebon-dits/#i_81039

DIVERTISSEMENT DE COUR

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 898 mots

À l'origine, la fête de cour mêle des éléments religieux, aristocratiques et populaires. Elle a pour principale fonction de célébrer la continuité d'une société et du pouvoir qui la régit. Chacun, en principe, y a sa place, mais le personnage central en est le prince. La fête de cour a évolué à partir de la société féodale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/divertissement-de-cour/#i_81039

EXPOSITIONS COLONIALES

  • Écrit par 
  • Jean-Étienne GRISLAIN
  •  • 910 mots
  •  • 1 média

Dans toute exposition internationale, l'architecture joue un rôle privilégié. Dégagée des contraintes fonctionnelles, elle sert plus à signifier qu'à abriter et constitue dans les registres de l'image symbolique un des principaux véhicules des idéologies. Signes purs, emblèmes, dont le but est d'impressionner le visiteur, les pavillons sont conçus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expositions-coloniales/#i_81039

FÊTE, arts et architecture

  • Écrit par 
  • Georges FRÉCHET
  •  • 1 104 mots
  •  • 1 média

Habillée de vent, nourrie d'éphémère, comment la fête nous est-elle perceptible et qu'en reste-t-il après qu'elle a eu lieu ? Certains décors peuvent être construits en dur, et faire désormais partie du paysage. À Rome, les arcs de triomphe commémorent le retour de vainqueurs comme Titus ou Septime Sévère ; à l'époque moderne, celui construit à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fete-arts-et-architecture/#i_81039

FOLIE, architecture

  • Écrit par 
  • Cariss BEAUNE
  •  • 585 mots
  •  • 1 média

Dans la seconde moitié du xviiie siècle, la folie désigne une maison de plaisance que se faisaient construire l'aristocrate, le financier ou l'actrice, généralement aux alentours de Paris. Elle répondait dans sa destination et dans sa conception à un caprice de courtisan, qui se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/folie-architecture/#i_81039

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne-Marie LECOQ, « ÉPHÉMÈRE ARCHITECTURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-ephemere/