MINES, Antiquité gréco-romaine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'importance des métaux dans les civilisations antiques peut se mesurer aux symboles qu'ils représentent dans la succession des temps, depuis le mythe des races – d'or, d'argent, de bronze, de fer – chez Hésiode (viiie siècle av. J.-C.) jusqu'aux grandes périodes – Âges du cuivre, du bronze, du fer – que les archéologues intercalent entre la préhistoire et l'histoire. Sans les métaux en effet, l'humanité ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui, avec tout ce qu'ils lui ont apporté de bon et de mauvais, à l'image du fer, qui est à la fois, selon Pline l'Ancien (Histoire naturelle, XXXIV, 138), la meilleure et la pire des choses : on en fabrique des armes aussi bien que des socs de charrue. L'utilisation des métaux est générale : villes et campagnes, soldats et paysans, États et simples particuliers, chacun en a besoin. Et cela est vrai dès l'Antiquité. Après que la révolution néolithique eut stabilisé les groupes humains, il fallut définir des territoires, les cultiver, les défendre. Parallèlement, les techniques évoluaient ; avec la maîtrise croissante de la matière, on abandonne la pierre pour les métaux. Bientôt ce sera, par le commerce ou par la force, l'appropriation des champs métallifères, où l'on passera vite de la collecte superficielle aux mines profondes.

Les mots metallon, en grec, et metallum, en latin, désignent la mine, mais le latin emploie aussi fodina, appliquant ce terme à une excavation minière. L'histoire des metalla a d'abord été un commentaire des auteurs anciens, ce que montre par exemple l'ouvrage de J. von Bethe, Commentatio de Hispaniae antiquae re metallica ad locum Strabonis lib. III, Göttingen, 1808. Puis les découvertes ponctuelles, et parfois spectaculaires, dues au boom minier du xixe siècle l'ont illustrée, comme on le voit par l'article d'E. Ardaillon au début du xxe. Aujourd'hui, l'archéolog [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite d'archéologie, université de Toulouse-Le Mirail

Classification


Autres références

«  MINES, Antiquité gréco-romaine  » est également traité dans :

LAURION MINES DU

  • Écrit par 
  • André DAUBARD
  •  • 218 mots

Le Laurion est une région montagneuse du sud-est de l'Attique, célèbre dans l'Antiquité pour ses mines de plomb argentifère. L'exploitation remonte, peut-être, aux alentours de ~ 1000. En ~ 483, les Athéniens utilisèrent le filon pour financer la construction d'une grande flotte qui remporta sur les Perses la victoire de Salamine en ~ 480. La cité d'Athènes, propriétaire des mines, en assurait l'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mines-du-laurion/#i_4357

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude DOMERGUE, « MINES, Antiquité gréco-romaine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mines-antiquite-greco-romaine/