APOSTOLIQUES SECTE DES (XIIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Épiphane signale sous le nom d'apostoliques ou apotactiques une secte manichéenne du ive et du ve siècle qui professe le refus du mariage, la continence et le détachement des biens matériels. Le terme « apostolique » reparaîtra au xiie siècle pour désigner les premiers cathares exécutés à Cologne et dans la région de Soissons (1114). Mais c'est aux xiiie et xive siècles que l'appellation prend une valeur particulière en s'appliquant à un mouvement populaire marqué par l'idéal de la pauvreté volontaire, l'ascétisme et des espérances millénaristes qui prendront, avec Dolcino de Novare, un tour insurrectionnel.

Le groupe prend naissance à Parme, en 1260, autour de Gherardo Segarelli qui, rééditant l'option de Pierre Valdo, vend ses biens, distribue l'argent aux pauvres et, s'identifiant au Christ, entend revenir à une conception de l'Église primitive, avec ses apôtres errants. La secte atteint bientôt trois cents membres, auxquels s'ajoute une communauté de sœurs apostoliques, et essaime dans l'Europe entière. Plusieurs raisons expliquent le succès des ségarellistes. Le franciscanisme, qui avait repris à son compte, en le ramenant dans le giron de l'Église, l'exemple de l'évangélisme vaudois, condamné comme hérésie et durement réprimé, s'éloigne de plus en plus des préceptes de son fondateur. Une lutte intestine y oppose les partisans d'une inconditionnelle fidélité au pouvoir pontifical et les « spirituels », fidèles au vœu de pauvreté de saint François, mais respectueux des privilèges de l'ordre. À la date de 1260, donnée par Joachim de Flore comme début du règne des Saints, les apostoliques apportent la conviction d'être le véritable ordre mendiant qui ouvrira les portes du troisième âge. Une partie des spirituels leur est acquise, que le pape condamnera sous le nom de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  APOSTOLIQUES SECTE DES ( XIII e s.)  » est également traité dans :

DOLCINO fra (mort en 1307)

  • Écrit par 
  • Edina BOZOKY
  •  • 310 mots

Chef de la secte des « apostolici » (ou frères apôtres) ; né dans le diocèse de Novara, mort à Vercelli, fils d'un prêtre, Dolcino (en latin Dulcinus, en français Dulcin) devint le réorganisateur de cette communauté qui avait été fondée vers 1260 par Segarelli. Il vit en exil en Dalmatie lorsqu'il adresse sa première lettre (1300) aux apostolici, leur rappelant qu'ils doivent mener une vie apostol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dolcino/#i_86909

MILLÉNARISME

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 3 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du christianisme primitif au Moyen Âge occidental »  : […] Le millénarisme, très vivace dans le christianisme des premiers siècles, était professé aussi bien par des « orthodoxes », tels Irénée de Lyon à la fin du ii e siècle et Hippolyte de Rome au début du iii e siècle, que par des « hérétiques » comme les montanistes, d'origine phrygienne, et, déjà à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/millenarisme/#i_86909

SEGARELLI GHERARDO (mort en 1300)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 729 mots

Fondateur du mouvement apostolique, Segarelli illustre le mélange de crainte et d'espérance né des prophéties de Joachim de Flore et du choix par celui-ci de la date de 1260 comme devant marquer l'avènement du règne des Saints et du troisième âge. Le succès du franciscanisme, allié à une période de troubles et de misère, allait dégager de l'aspiration à un changement radical une attitude paradoxal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gherardo-segarelli/#i_86909

Pour citer l’article

Raoul VANEIGEM, « APOSTOLIQUES SECTE DES (XIIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/apostoliques-secte-des/