SHAMASH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le roi babylonien Nabu-Apal-Iddin est présenté au dieu Shamash

Le roi babylonien Nabu-Apal-Iddin est présenté au dieu Shamash
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Stèle du code de Hammourabi, roi de Babylone

Stèle du code de Hammourabi, roi de Babylone
Crédits : Art Media/ Heritage-Images

photographie


Le dieu Soleil du panthéon assyro-babylonien. L'idéogramme qui le désignait primitivement représentait un disque solaire apparaissant entre deux montagnes, à l'est de la Mésopotamie. Il est fils du dieu Lune, Sin, et de Ningal, sa parèdre ; le frère d'Ishtar, déesse de l'amour et de la guerre, assimilée à la planète Vénus ; l'époux d'Aya (« la jeune femme »). Deux villes lui étaient particulièrement consacrées : Larsa, dans le sud, Sippar, dans le centre de la Babylonie, où ses deux temples s'appelaient l'un et l'autre l'Ebabbar (« la maison brillante »). On représentait symboliquement Shamash par une roue à rayons. Voyageant tous les jours dans le ciel, il y inspecte l'humanité, découvre et châtie les méchants. Dieu de la justice et du droit (en particulier, de la probité commerciale), c'est lui qu'on voit sur le fameux code de Hammourabi (~ 1792-~ 1750), dicter ses lois au roi de Babylone. On jurait par lui dans les procès. Dieu omniscient, il présidait, avec Adad, à la divination.

Le roi babylonien Nabu-Apal-Iddin est présenté au dieu Shamash

Le roi babylonien Nabu-Apal-Iddin est présenté au dieu Shamash

photographie

ART DU PROCHE-ORIENT, Babylonie, IXe siècle avant J.-C., Le roi babylonien Nabu-Apal-Iddin, introduit par le grand prêtre et suivi par la déesse, est présenté au dieu Shamash, moulage. Musée des Antiquités orientales, Istanbul. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Stèle du code de Hammourabi, roi de Babylone

Stèle du code de Hammourabi, roi de Babylone

photographie

Stèle trouvée à Suse, portant le Code de Hammourabi , 282 lois du souverain. Le sommet de la stèle est orné d'un bas-relief: le roi reçoit du dieu Shamash les symboles du pouvoir. Règne de Hammourabi (1792-1750). Basalte noir. Hauteur: 2,225 mètres. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Art Media/ Heritage-Images

Afficher

—  Daniel ARNAUD

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (section des sciences religieuses) Paris

Classification


Autres références

«  SHAMASH  » est également traité dans :

ADAD ou HADAD

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 145 mots

Dans le panthéon classique, Adad, fils d'Anu, est le dieu de l'orage mésopotamien, mais son culte s'étendait largement au-delà de la Mésopotamie en particulier en Syrie, où il se confondit avec son homologue syrien Baal et le hourrite Teshub. Son symbole est la foudre ; on le comparait volontiers à un taureau sauvage. Il était assimilé, en astrologie, à la constellation du Corbeau. Ses manifestati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adad-hadad/#i_13596

ASSYRO-BABYLONIENNE RELIGION

  • Écrit par 
  • René LARGEMENT
  •  • 4 258 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les divinités »  : […] Les Assyro-Babyloniens rencontrent leurs dieux à la limite de leurs possibilités d'action sur les éléments naturels : divinités astrales : Anu et Antu (divinités du ciel), Shamash et Sîn (dieu solaire et lunaire), Ishtar (déesse vénusienne)  ; dieux de l'atmosphère : Enlil et Adad ; dieux de la terre et des eaux : Enki-Ea, Tammuz. Ils leur attribuent la toute-puissance sur ces éléments et comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-assyro-babylonienne/#i_13596

Pour citer l’article

Daniel ARNAUD, « SHAMASH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/shamash/