ERESHKIGAL POÈME D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poème babylonien qui veut expliquer comment Nergal, à l'origine dieu du monde supérieur, est devenu le maître des Enfers, où ne régnait, jusque-là, dans l'austérité et le désespoir, qu'Ereshkigal (« la reine de la grande Terre », c'est-à-dire les Enfers).

On en connaît trois manuscrits et deux versions, toutes rédigées en langue babylonienne. La première, la plus ancienne, provient de la bibliothèque du pharaon Aménophis IV (première moitié du ~ xive s.), à Tell al-Amarna, en Égypte. Elle servait d'exercice scolaire aux scribes locaux, pour apprendre le babylonien, langue diplomatique du temps. La seconde a été trouvée en pays assyrien ; elle date du ~ viie siècle ; elle est plus longue (440 vers environ) et de style plus fleuri. Le succès de l'œuvre fut assez grand pour qu'elle fût connue, à basse époque, en Mésopotamie du Sud, à Uruk.

Les dieux se préparent à festoyer dans les cieux. Ils désirent faire porter une part du repas à leur sœur, Ereshkigal, que la stricte étiquette du monde infernal isole et à laquelle il est interdit de quitter son empire. À l'invitation d'Anu, le roi des dieux, elle envoie à sa cour son messager, le Destin. Tous les dieux se lèvent (ou s'inclinent, selon les versions) ; un seul refuse ce geste de courtoisie. Ereshkigal, outragée, charge le Destin de découvrir le coupable, que ses compagnons, complices, refusent de nommer : Nergal. Ea, le dieu-sage, le sermonne, puis lui conseille, semble-t-il, de se préparer à un voyage au pays des ombres, pour tenter, peut-être (car le texte est mutilé à cet endroit), de fléchir Ereshkigal. Nergal a reçu auparavant d'Ea d'autres conseils : ne goûter à rien de ce qui lui sera offert, témoigner de la plus expresse réserve à l'égard de la déesse.

Arrivé à la première porte des Enfers, il est reconnu par le Destin comme le coupable. Nergal pris, celui-ci pourra remplacer sa maîtresse, qui aura l'occasion de monter chez Anu. Mais Nergal déjoue tous les pièges ; il séduit même la reine des morts, quitte à l'abandonner avant d'être dé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (section des sciences religieuses) Paris

Classification


Autres références

«  ERESHKIGAL POÈME D'  » est également traité dans :

ASSYRO-BABYLONIENNE LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • René LABAT
  •  • 4 622 mots

Dans le chapitre « Mythes et épopées »  : […] La porte royale par laquelle il faut entrer dans la littérature épique, c'est, parmi les grands mythes, l' Épopée de Gilgamesh. En elle se résument vraiment l'histoire de la littérature babylonienne dans ses rapports avec la pensée sumérienne, les diverses étapes de son évolution et son rayonnement à l'extérieur. Le thème en est les exploits d'un très an […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-assyro-babylonienne/#i_8482

NERGAL

  • Écrit par 
  • Daniel ARNAUD
  •  • 642 mots

Une des figures divines les plus importantes du panthéon babylonien. Nergal signifierait, en sumérien, « le maître de la Grande Ville », c'est-à-dire des Enfers. Même si l'on voit dans cette interprétation une étymologie seconde, cela montre pourtant bien le caractère essentiel du dieu. Sa ville sainte est Kutha, à 50 kilomètres au nord-est de Babylone : elle finit par désigner, dans la mythologie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nergal/#i_8482

Pour citer l’article

Daniel ARNAUD, « ERESHKIGAL POÈME D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/poeme-d-ereshkigal/