NEGRI ANTONIO (1933-     )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophe italien. Né en 1933 à Padoue, Antonio Negri est d'abord militant de l'Action catholique avant d'adhérer en 1956 au Parti socialiste italien, où il restera jusqu'en 1963. Par la suite, il occupe une place importante dans des organisations de la nouvelle gauche italienne telles que Potere operaio et Autonomia operaia, et collabore à de nombreuses publications liées à ces courants telles que Quaderni Rossi, Classa operaia, Contropiano et Rosso. Simultanément, il travaille comme professeur de théorie de l'État à l'université de Padoue, où il se fait le théoricien et l'activiste de « l'autre mouvement ouvrier », de « l'auto-valorisation prolétarienne », de « l'autonomie ouvrière » sans médiation syndicale ni partisane. Arrêté en 1979 à la suite de l'assassinat d'Aldo Moro par les Brigades rouges, il est accusé d'« association subversive » et d'« insurrection armée contre les pouvoirs de l'État ». Après quatre ans de prison préventive qui n'aboutissent à aucun procès, il est élu député dans le Parti radical de Mario Panella, ce qui lui permet de bénéficier de l'immunité parlementaire. À l'automne de 1983, alors que celle-ci va être révoquée, il s'enfuit à Paris où il vivra durant quatorze années, enseignant à l'université de Paris-VIII et au Collège international de philosophie. À l'été de 1997, il décide de rentrer en Italie, où il est immédiatement arrêté et incarcéré à la prison de Rebibbia. Pour Negri, « on peut être aussi libre en prison qu'en dehors d'elle. La prison n'est pas un manque de liberté, de même que la vie n'est pas la liberté – tout au moins la vie des travailleurs ». Dans son esprit, cette seconde incarcération devait être une incitation à trouver une solution pour des centaines de personnes exilées ou en prison à cause des activités politiques conduites dans les années 1960 et 1970. Pourtant, la page ne fut pas tournée, et l'amnistie que quelques-uns attendaient n'eut pas lieu. Soumis par la suite aux arrêts domiciliaires Antonio Negri retrouva la liberté à la fin de l'année 2004.

Sa fréq [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  NEGRI ANTONIO (1933- )  » est également traité dans :

BIOPOLITIQUE

  • Écrit par 
  • Frédéric GROS
  •  • 1 813 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un terme à multiples facettes »  : […] gestionnaire. L'idée de biopolitique se retrouve encore au cœur du livre de M. Hardt et A. Negri (Multitude. Guerre et démocratie à l'âge de l'Empire, 2004). Mais un retournement décisif de sens s'opère. Réévaluée dans une perspective spinoziste, la biopolitique devient la capacité de composition des puissances. Elle exprime un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biopolitique/#i_42573

MULTITUDE, philosophie

  • Écrit par 
  • Victor Manuel MONCAYO
  •  • 1 060 mots

Le nouvel état des choses a conduit Toni Negri à reprendre le concept de Multitude (titre d'un ouvrage publié en collaboration avec Michael Hardt, 2004), et à avancer que la multitude contemporaine n'est composée ni de « citoyens » ni de « producteurs », puisque la distinction entre l'individuel et le collectif, le public et le privé est désormais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/multitude-philosophie/#i_42573

Pour citer l’article

Victor Manuel MONCAYO, « NEGRI ANTONIO (1933-     ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonio-negri/