BIOPOLITIQUE (anthropologie)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans son cours au Collège de France en 1976, intitulé « Il faut défendre la société », Michel Foucault a défini la biopolitique comme l’application des techniques de pouvoir aux phénomènes vivants. Depuis la fin des années 1990, date à laquelle ce cours a été publié, le terme « biopolitique » a fait l’objet de nombreuses reprises en philosophie politique et en sciences sociales, qui en ont développé les significations. Si le monde contemporain semble entièrement régi par la biopolitique, au sens où la santé de la population justifie de plus en plus de décisions politiques, il faut comprendre en quoi cette définition générale a transformé les conceptions classiques du pouvoir avant d’être à son tour reprise et transformée par l’anthropologie à travers la relation humain-non humain.

Un regard du pouvoir sur la vie

Comme le souligne le philosophe italien Roberto Esposito, la notion de biopolitique n’a pas été inventée par Foucault. Probablement forgée dans les années 1930 par le Suédois Rudolf Kjellén, pour désigner une politique d’expansion nécessaire à tout État entendu comme force naturelle, elle réapparaît dans les années 1960 en France, selon une acception néo-humaniste qui prend acte de l’histoire du régime nazi. Elle désigne alors une philosophie politique qui adapte les valeurs civilisatrices aux transformations des concepts et des techniques biologiques par la révolution moléculaire, comme le fait Kenneth Cauthen dans Christian Biopolitics. A Credo and Strategy for the Future, publié en 1971. La reprise du terme par Foucault en 1976 apparaît donc comme un effort de réflexivité sur une tendance en cours de formation : « Ce qui, dans les déclinaisons précédentes de la biopolitique, était présenté comme un donné inaltérable – la nature, ou la vie humaine en tant que telle – devient désormais un problème. » (Esposito, 2004) Il s’agit en effet pour Foucault de comprendre ce qui se transforme da [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche CNRS, membre du Laboratoire d'anthropologie sociale

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Frédéric KECK, « BIOPOLITIQUE (anthropologie) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/biopolitique-anthropologie/