VIE ANIMALE DANS L'AIR ET DANS L'EAU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Respiration chez un animal aquatique et chez l'homme

Respiration chez un animal aquatique et chez l'homme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Pressions partielles du dioxyde de carbone et de l'oxygène

Pressions partielles du dioxyde de carbone et de l'oxygène
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Volumes d'air respirés par la truite et par la tortue

Volumes d'air respirés par la truite et par la tortue
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Système de soutien de différents animaux selon le poids

Système de soutien de différents animaux selon le poids
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Tous les médias


Les mécanismes dissipatifs

Dissipation de la chaleur

Les propriétés de l'eau et de l'air sont très différentes pour ce qui concerne la dissipation de la chaleur. Ici encore, les conséquences physiologiques de cette différence sont importantes. Tout animal produit de la chaleur ; en fait, il produit surtout de la chaleur, car le travail mécanique, le travail chimique, la production d'énergie électrique (poissons électriques), d'énergie lumineuse (bioluminescence), le travail nécessaire à la régulation des concentrations ioniques dans l'organisme ainsi qu'entre l'organisme et son milieu sont obtenus par des réactions à faible rendement, n'atteignant que 20 à 30 p. 100, dans les meilleurs cas. La plus grande part de l'énergie dépensée pour assurer ces activités apparaît donc sous forme de chaleur. Celle-ci est rapidement dissipée chez les animaux aquatiques puisque la capacité et la conductivité caloriques de l'eau sont élevées. Presque tous les animaux aquatiques ont à peu près la même température que l'eau où ils vivent ; leur température corporelle leur est imposée, de l'extérieur, par la température de l'eau. On dit que ces animaux sont ectothermes ou poïkilothermes. Seuls les mammifères aquatiques et, dans une certaine mesure, certains thons échappent à cette règle.

Au contraire, les animaux aériens vivent dans un milieu dont la capacité et la conductibilité caloriques sont faibles : l'air est un bon isolant calorique. Dès lors, le flux de chaleur à travers la peau, laquelle est souvent doublée de graisse, de plumes, de fourrure ou de pelage, est peu élevé, et le degré thermique dans les régions profondes des animaux aériens, dans leurs viscères, dans ce qu'on appelle le « noyau » corporel, est plus élevé que la température ambiante.

Économie de l'eau et excrétion

Les animaux aquatiques semblent disposer de toute l'eau dont ils peuvent avoir besoin. Toutefois, cette abondance d'eau peut n'être qu'apparente, car la composition de l'eau ambiante, qu'elle soit douce, ou bien très salée comme [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., directeur du laboratoire de physiologie respiratoire, Strasbourg

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre DEJOURS, « VIE ANIMALE DANS L'AIR ET DANS L'EAU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/animal-vie-dans-l-eau-et-dans-l-air/