MOORE HENRY (1898-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le prestige d'Henry Moore a, depuis longtemps, débordé les frontières de son Angleterre natale. Révéré dans son pays à l'égal d'une institution, ce sculpteur a créé une œuvre considérable dont la puissance et la diversité forcent le respect, et dont témoignent les expositions triomphales de 1972 à Florence, 1977 à Paris, 1978 et 1983 à Londres, pour ses anniversaires, 1979 à Bonn et 1982 à Séoul. Ses recherches se sont d'emblée inscrites dans le courant des expériences les plus originales de l'art contemporain. Portant alternativement sur les domaines de l'abstrait et du figuratif, elles visent toutes à exprimer le dynamisme latent des structures vivantes, les soubresauts d'une nature en perpétuelle genèse, la fraternité de l'homme avec toutes les formes de vie. Cette hauteur de vues, allant de pair avec d'exceptionnelles qualités plastiques, justifie le rayonnement d'une œuvre qui a profondément marqué toute une génération d'artistes.

Moore dans son atelier

Moore dans son atelier

Photographie

Henry Moore dans son atelier du Hertfordshire, Royaume-Uni. 

Crédits : Chris Ware/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

La beauté est morte

N'en déplaise aux âmes compatissantes, l'enfance d'Henry Moore à Castleford, petite cité industrielle du Yorkshire où il naquit en 1898, ne fut pas malheureuse. Les sacrifices consentis pour que ce fils de mineur accédât en 1916 à la carrière d'instituteur n'entamèrent pas l'optimisme du climat familial. Après la Première Guerre mondiale au cours de laquelle il fut gazé, Moore obtint de se consacrer à l'étude de la sculpture, d'abord à la School of Art de Leeds, puis au Royal College of Art de Londres (1919-1924). En 1928, il organise sa première exposition particulière à la Warren Gallery. La seconde, aux Leicester Galleries, en 1931, déchaîne un beau scandale qui lui coûte son poste de professeur de sculpture au Royal College. La School of Art de Chelsea l'accueille aussitôt ; il y enseignera jusqu'en 1939. Les commandes ne tardent pas à affluer, dont plusieurs officielles. Mais il faut attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale et l'attribution du grand prix de la Biennale de Venise (1948) pour que l'œuvre de Moore fasse entendre sa voix avec toute l'autorité souhaitable dans le tumulte des arts contemporains [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MOORE HENRY (1898-1986)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Sculpture

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 2 366 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Débats sur l'abstraction : Henry Moore, Barbara Hepworth »  : […] C'est à Henry Moore, Barbara Hepworth et Ben Nicholson qu'il revient d'avoir été les pionniers de la sculpture abstraite en Angleterre, dans les années 1930, sous la houlette du théoricien et critique Herbert Read. Henry Moore (1898-1986) et Barbara Hepworth (1903-1975), qui se sont connus à l'École des beaux-arts de Leeds en 1920, travaillent d'abord chacun dans un style personnel en proposant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-sculpture/#i_12024

ESPACE, architecture et esthétique

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY, 
  • Jean GUIRAUD
  • , Universalis
  •  • 12 324 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'espace comme mime »  : […] Le crayon vient d'amorcer tranquillement son périple ; le geste ininterrompu déroule sa trajectoire, s'éloigne ou se recroise, varie librement ses parcours, s'accorde une dernière boucle, puis referme exactement le circuit ; de petites flèches tout au long du parcours restituent l'itinéraire ; çà et là sont placées de rares ponctuations et le puzzle apparaît fait de personnages. Paul Klee nomme c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-architecture-et-esthetique/#i_12024

UN SIÈCLE DE SCULPTURE ANGLAISE (exposition)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 458 mots

Daniel Abadie, le commissaire de l'exposition présentée à la Galerie nationale du Jeu de Paume en 1996, a opéré une sélection radicale des artistes et des œuvres pour mener à bien un projet ambitieux : montrer au public français un siècle de sculpture anglaise. Dix-neuf artistes furent ainsi retenus, et quatre vingt-six œuvres, dont sept grandes sculptures placées dans le jardin des Tuileries, po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/un-siecle-de-sculpture-anglaise/#i_12024

Voir aussi

Pour citer l’article

Gérard BERTRAND, « MOORE HENRY - (1898-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-moore/