EPSTEIN sir JACOB (1880-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est peu avant 1900 que Jacob Epstein, fils d'émigrés russo-polonais, décide de se consacrer à la sculpture. Il entre dans une fonderie de New York et suit, le soir, des cours de modelage. Venu à Paris en 1902, il s'inscrit à l'École des beaux-arts puis à l'académie Julian et achète des sculptures africaines à Paul Guillaume, formant ainsi le noyau d'une célèbre collection. Il s'installe à Londres en 1905 et reçoit, en 1907, la commande de dix-huit statues pour le nouveau bâtiment de la British Medical Association. Exécutés en quatorze mois, ces personnages plus grands que nature marquent le début d'une hostilité que l'artiste va connaître tout au long de sa carrière de la part du public. En 1911, il est chargé d'exécuter la tombe d'Oscar Wilde au cimetière du Père-Lachaise. Son séjour à Paris lui permet de rencontrer Picasso, Brancusi et Modigliani. Un nouveau scandale éclate au moment de l'inauguration du monument en raison des attributs virils dont a été doté l'ange qui surplombe le caveau de l'écrivain. Dès 1913, il est membre du groupe vorticiste aux côtés du peintre Wyndham Lewis, du sculpteur Gaudier-Brzeska et du poète Ezra Pound. Le Rock-Drill (Tate Gallery, Londres) qu'il exécute en 1913, personnage transformé en marteau-piqueur, montre une parenté d'idées avec le futurisme italien, mais c'est la recherche d'une certaine simplification des formes qui domine alors dans son œuvre. Après la Première Guerre mondiale, Epstein adopte un style de tendance expressionniste avec une préférence marquée pour les sujets religieux et les portraits. Si des œuvres comme Genesis (1930) ou Ecce Homo (1934-1935), marbres qui dénotent une réminiscence de la sculpture africaine, provoquent de nouveaux scandales, les groupes de bronze de facture plus naturaliste comme La Visitation (1926, Tate Gallery) ou La Vierge à l'Enfant (1952, couvent du Saint-Enfant-Jésus, Cavendish Square à Londres), ainsi que ses nombreux portraits (Churchill, Nehru, Einstein...) sont mieux acceptés par le public.

Epstein dans son atelier

Epstein dans son atelier

photographie

Jacob Epstein dans son atelier de Hyde Park Gate, Londres. Au premier plan, à droite, une de ses œuvres, Behold The Man

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Nicole BARBIER

Écrit par :

Classification


Autres références

«  EPSTEIN sir JACOB (1880-1959)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Sculpture

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 2 366 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « 1914, Londres, creuset de la sculpture moderne »  : […] En 1914, à côté de Paris qui continue de jouer un rôle de capitale des arts bien connu, Londres s'affirme comme un des creusets de la sculpture moderne. Rodin lui-même, qui fréquente l'Angleterre depuis 1881 et y a rencontré d'importants succès, s'y réfugie pour échapper aux troubles de la guerre. Il présente au South Kensington Park une importante exposition, alors que ses célèbres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-sculpture/#i_25361

UN SIÈCLE DE SCULPTURE ANGLAISE (exposition)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 1 458 mots

Daniel Abadie, le commissaire de l'exposition présentée à la Galerie nationale du Jeu de Paume en 1996, a opéré une sélection radicale des artistes et des œuvres pour mener à bien un projet ambitieux : montrer au public français un siècle de sculpture anglaise. Dix-neuf artistes furent ainsi retenus, et quatre vingt-six œuvres, dont sept grandes sculptures placées dans le jardin des Tuileries, po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/un-siecle-de-sculpture-anglaise/#i_25361

OSCAR WILDE, L'IMPERTINENT ABSOLU (exposition)

  • Écrit par 
  • Françoise COBLENCE
  •  • 1 084 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du triomphe aux abîmes »  : […] Comme Morris et les préraphaélites, Wilde estime que la beauté se trouve partout, dans l’art décoratif, les objets, les tissus… – ces arts dits, à tort, « mineurs ». C’est pourquoi la défense de l’art décoratif sera au centre des conférences données aux États-Unis en 1882. De ce séjour qui dure près d’un an, l’exposition montre notamment les étonnants portraits photographiques réalisés par Napolé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oscar-wilde-l-impertinent-absolu/#i_25361

Pour citer l’article

Nicole BARBIER, « EPSTEIN sir JACOB - (1880-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/epstein-sir-jacob/