ANGLAIS (ART ET CULTURE)Peinture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ère des « connaisseurs » (1714-1830)

L'accession de la dynastie des Hanovre en 1714 marque le début d'une ère de stabilité politique et de prospérité économique, où la Grande-Bretagne devient une grande puissance européenne. Les élites sociales, désormais, ne fondent plus leur autorité seulement sur la possession de la terre et sur le pouvoir politique, mais aussi, de plus en plus, sur la maîtrise du goût et de la vie artistique. Le philosophe Shaftesbury explique que le vrai gentilhomme doit allier le culte du beau à l'amour de la vertu. L'âge d'or des « connaisseurs » commence donc à cette époque. Ceux-ci tentent fébrilement de rattraper le retard artistique du pays, tant dans le domaine des collections que dans celui de la création. La pratique du « grand tour », ce voyage éducatif qu'accomplissaient beaucoup de jeunes nobles, se développa. Certains peintres en profitèrent également, en faisant partie de leur suite. Ces voyages ont ainsi permis aux Anglais la découverte de l'art italien, notamment dans le domaine de la peinture et de l'architecture. Les châteaux anglais construits en style palladien se sont peu à peu remplis de collections de tableaux acquis à l'étranger ou dans les ventes publiques. L'accès à ces collections était le plus souvent aisé, ce qui a permis à des peintres comme Gainsborough et Constable de développer leur culture artistique sans avoir franchi la Manche.

Entre autres conséquences, la pratique du « grand tour » a suscité un engouement pour la peinture de paysage, dont le prestige va croître progressivement durant le siècle. Les collectionneurs idolâtrent « Claude » (Lorrain) et « Gaspard » (Dughet), au détriment des anciens « topographes » Wenceslas Hollar et Jan Siberechts. John Wootton et George Lambert peignent aussi bien des scènes de chasse que des scènes mythologiques où le paysage a la part belle, et où l'influence des maîtres romains du xviie siècle est prépondérante. Mais c'est incontestablement Richard Wilson (1713-1782) qui est le premier grand paysagiste anglais. Ruskin a écrit qu'avec lui « commence en Angleterre l'histoire d'un art sincère du paysage fondé sur un amour méditatif de la nature ». Originaire du pays de Galles, Wilson a longtemps séjourné en Italie. Il a laissé des vues de la campagne romaine, de parcs et châteaux anglais, mais aussi des paysages sauvages du pays de Galles comme le Mont Snowdon (vers 1760, Walker Art Gallery, Liverpool). Dans ses meilleures toiles, il a manifesté une extrême attention à la luminosité du ciel, à l'étagement habile des plans et à l'originalité du point de vue. Son œuvre de pionnier a permis l'épanouissement du paysage comme genre pictural novateur dans le pays.

Le Mont Snowdon vu de Llyn Nantlle, R. Wilson

Photographie : Le Mont Snowdon vu de Llyn Nantlle, R. Wilson

Richard WILSON, Le Mont Snowdon vu de Llyn Nantlle, 1760, huile sur toile. Version du Castle Museum and Art Gallery Nottingham, Royaume-Uni. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Pendant que les connaisseurs aristocratiques accumulaient des collections de tableaux anciens et encourageaient leurs imitateurs   anglais, même les plus médiocres, William Hogarth (1697-1764) élabora une œuvre puissamment originale, qui s'adressait à une nouvelle clientèle, urbaine et bourgeoise. Comme son ami le romancier Fielding, il chercha à créer un art narratif, réaliste et moralisateur. Certes, il a laissé quelques délicieux portraits comme Les Enfants du docteur Graham (1742, Tate Gallery, Londres), mais sa grande spécialité a été la série de tableaux narratifs (destinés à être gravés ultérieurement) comme La Carrière de la prostituée (1733-1735, Soane Museum, Londres) et Le Mariage à la mode (1744, National Gallery, Londres). Formé à l'esthétique rococo par son apprentissage de graveur sur argent, Hogarth saisit ses personnages (ses acteurs, devrait-on dire) à des moments révélateurs de leur histoire, choisit le geste et l'expression les plus parlants ; il organise autour d'eux un réseau de significations annexes et de renvois au passé et à l'avenir, grâce à une profusion de détails symboliques. La touche de son pinceau est vive et chaleureuse, et une impression de vitalité irrésistible se dégage de ses toiles. Pourtant, le mépris de Hogarth pour les connaisseurs fera de lui un artiste en marge du monde de l'art, dont l'apport ne sera pleinement reconnu qu'à l'époque victorienne.

La mort de Hogarth coïncide avec les efforts de plusieurs artistes [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Médias de l’article

Le «Téméraire» remorqué à son dernier mouillage, J. M. W. Turner

Le «Téméraire» remorqué à son dernier mouillage, J. M. W. Turner
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Marche sur Finchley, W. Hogarth

La Marche sur Finchley, W. Hogarth
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Bois de Cornard, T. Gainsborough

Le Bois de Cornard, T. Gainsborough
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Marie II Stuart, P. Lely

Marie II Stuart, P. Lely
Crédits : Sotheby's/ AKG

photographie

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Clermont-Ferrand-II-Blaise-Pascal
  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  ANGLAIS ART ET CULTURE  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 1 108 mots

Il est significatif que les deux ouvrages les plus importants consacrés au particularisme marqué de l'art anglais, à son caractère unique au sein de l'histoire de l'art occidental, et en tout cas les premiers à poser délibérément cette question et à en faire l'objet principal de leur réflexion, L'« Anglicité » de l'art anglais et Les Antécédents idéologiques de l […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Langue

  • Écrit par 
  • Guy Jean FORGUE, 
  • Hans KURATH
  •  • 6 441 mots
  •  • 2 médias

L'anglais est une langue germanique qui, par sa structure, appartient à la catégorie des langues indo-européennes. Il est étroitement apparenté au frison, au hollandais, au bas allemand qui, avec le haut allemand, constituent le groupe occidental des langues germaniques.Importé dans les îles Britanniques dès le ve siècle par les envahisseurs venus du […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Toute histoire littéraire sous-entend une perspective et la perspective a rapport au temps présent, le passé étant vu en fonction de problèmes contemporains ; ainsi, maint écrivain dont le nom est consacré dans le panthéon des célébrités peut se trouver aujourd'hui ou demain dans la situation de la semence qui tombe sur le basalte. Si l'on conçoit l'histoire littéraire comme dynamique et non plus […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Aquarelle

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ
  •  • 3 838 mots
  •  • 2 médias

Dupremier voyage de John Robert Cozens en Italie en 1776 à la mort de Turner en 1851, l'Angleterre a connu un âge d'or de l'aquarelle. Cette technique picturale, auparavant réservée au dessin topographique et architectural, a brusquement connu la faveur des artistes et de leurs clients au moment où les voyage […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Sculpture

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 2 368 mots
  •  • 4 médias

La « sculpture anglaise » existe-t-elle vraiment ? Si l'on a évidemment pratiqué de tout temps la sculpture en Angleterre, l'expression ne prend corps qu'à l'âge contemporain avec l'invention de la sculpture moderne. Le xxe siècle est en effet marqué par une véritable effervescence de la création sculpturale en Angleterre, phénomène qui a été analysé […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 7 822 mots
  •  • 29 médias

L'architecture anglaise reste étrangement méconnue en France. Or le développement de cet art au cours des quatre siècles qui vont de la Renaissance à l'orée des temps contemporains, de l'avènement d'Élisabeth à la mort de Victoria, prouve qu'à côté de l'Italie et de la France l'Angleterre fut une des terres les plus fécondes en grands praticiens et en mo […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Musique

  • Écrit par 
  • Jacques MICHON
  • , Universalis
  •  • 6 932 mots
  •  • 8 médias

Les arts sont les témoins des civilisations et sont, comme elles, largement façonnés par le contexte géographique et historique qui les voit naître et se développer. La musique anglaise n'échappe pas à cette loi.Protégée de l'influence immédiate de ses voisins les plus proches par l'existence entre elle et eux d'un bras de mer, c'est en son propre terroir qu […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 3 487 mots
  •  • 4 médias

Depuis ses origines, le cinéma britannique s'épanouit dans la contradiction – un peu comme l'humour anglais, que l'on caractérise comme conformiste d'un côté, iconoclaste de l'autre. On le déclare périodiquement « fini » pour mieux parler de ses « renaissances » ; les généralisations sont tentantes, souvent réductrices, parfois abusives, car à bien des égards, cette cinématographie reste déroutant […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques CARRÉ, Barthélémy JOBERT, « ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-peinture/